Malgré l'effondrement de son "califat" :

L'EI contre-attaque pour défendre sa dernière ville en Syrie


Publié / Actualisé
Chassé de son dernier fief urbain en Syrie, le groupe Etat islamique (EI) a mené vendredi une contre-offensive spectaculaire et repris près de la moitié de la ville de Boukamal, tentant de prouver qu'il restait puissant malgré l'effondrement de son "califat".
Chassé de son dernier fief urbain en Syrie, le groupe Etat islamique (EI) a mené vendredi une contre-offensive spectaculaire et repris près de la moitié de la ville de Boukamal, tentant de prouver qu'il restait puissant malgré l'effondrement de son "califat".

Trois ans après avoir conquis de vastes territoires en Syrie et en Irak voisin, l'EI n'est plus que l'ombre de lui-même sur le terrain, chassé de toutes les grandes villes qu'il contrôlait dans ces deux pays.
Jeudi, les jihadistes avaient même perdu leur dernière cité en Syrie, Boukamal, une ville de moindre importance à la frontière avec l'Irak, dans la province orientale de Deir Ezzor.
Mais au lendemain de ce revers face à l'armée syrienne et ses alliés, les jihadistes tentaient de se battre jusqu'au dernier souffle pour reprendre le contrôle de Boukamal.
"L'EI a contre-attaqué dès jeudi soir et a repris plus de 40% de Boukamal", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
"Les jihadistes (...) ont repris de nombreux quartiers dans le nord, nord-est et nord-ouest" de la ville, a-t-il ajouté précisant que "de violents combats" étaient toujours en cours.


- L'EI veut exister encore -


D'après l'OSDH, l'offensive du régime syrien qui avait conduit à la reprise --temporaire-- de Boukamal jeudi a été menée notamment par des miliciens irakiens, des combattants du Hezbollah libanais et des Gardiens de la Révolution iraniens.
En contre-attaquant, l'EI semble vouloir prouver que si son territoire s'est réduit comme peau de chagrin, lui existe toujours.
L'organisation jihadiste reste la plus redoutée au monde: elle est toujours capable d'inspirer des auteurs d'attentats sanglants en Syrie mais aussi à travers le monde.
Le mystère entoure toujours le sort de son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, qui s'est manifesté la dernière fois dans un enregistrement présumé diffusé le 29 septembre.
Il avait alors appelé ses combattants à "résister" alors que l'EI subissait revers après revers.
Les jihadistes ne contrôlent plus que 30% de la province syrienne de Deir Ezzor, qui était totalement entre leurs mains il y a encore quelques mois.
L'EI qui tient encore une vingtaine de villages dans la vallée de l'Euphrate, est visée dans cette province par deux offensives distinctes.
L'une menée par l'armée du président syrien Bachar al-Assad, l'autre par des combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenus par Washington.
Ailleurs en Syrie, l'EI se maintient dans deux quartiers de Damas et dans des poches du centre et du sud du pays.
Face à cet effondrement, le régime syrien appuyé par les Russes, et les Kurdes soutenus par les Américains, émergent comme les grands gagnants du conflit en Syrie.
A Deir Ezzor, coupée en deux par l'Euphrate, les troupes gouvernementales opèrent du côté ouest du fleuve et contrôlent 38% de cette province pétrolière.
Positionnées sur la rive est, les FDS --qui avancent face à l'EI mais à un rythme plus lent que celui du régime-- contrôlent quant à elles 32% de la province.


- Avancée des FDS -


Vendredi, elles ont pris à l'EI quatre villages le long de l'Euphrate. La coalition antijihadistes dirigée par les Etats-Unis a récemment indiqué que le nombre de ses frappes aériennes en Syrie et en Irak était en chute libre, en raison de l'effondrement de l'EI.
Une fois le groupe ultraradical complètement chassé de la province de Deir Ezzor, l'armée du régime et les FDS se feront face, augmentant les risques de collision ou même d'affrontement entre les deux belligérants rivaux.
Selon les analystes, le régime chercherait même à reprendre des territoires ou des villes conquis par les FDS, comme Raqa, ex-capitale de l'EI en Syrie et d'où les jihadistes ont été chassés le 17 octobre.
En six ans de guerre, le régime a pu reprendre le contrôle de 52% du pays. Contrairement aux premières années de guerre, très peu de pays réclament aujourd'hui le départ du président Bachar al-Assad.
Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime, le conflit en Syrie s'est complexifié depuis avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.
Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.
La rébellion anti-Assad, elle, est devenu quasi-inexistante, ayant perdu de nombreux fiefs notamment depuis l'entrée en action de la Russie auprès du régime en 2015.
Les différentes factions se concentrent dans la province d'Idleb (nord-ouest), frontalière de la Turquie. Certains groupes y sont engagées dans des guerre intestines.

Par Mihaela RODINA - © 2017 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !