Justice :

Début du procès d'Abdelhakim Dekhar, "le tireur de Libé"


Publié / Actualisé
Le procès d'Abdelhakim Dekhar, jugé pour tentative d'assassinat en novembre 2013 à BFMTV, Libération et à la Société générale, s'est ouvert vendredi devant la cour d'assises de Paris.
Le procès d'Abdelhakim Dekhar, jugé pour tentative d'assassinat en novembre 2013 à BFMTV, Libération et à la Société générale, s'est ouvert vendredi devant la cour d'assises de Paris.

Abdelhakim Dekhar, aujourd'hui âgé de 52 ans, est détenu depuis près de quatre ans. Il est apparu calme dans le box des accusés, répondant d'une voix posée aux premières questions du président. Cheveux grisonnants, il fait plus âgé que sur les photos de vidéosurveillance qui avaient tourné en boucle au moment des faits.
Le périple armé d'Abdelhakim Dekhar avait déclenché une traque de cinq jours. Il avait démarré au siège de BFMTV le 15 novembre, où il avait pénétré vers 7 heures du matin, menaçant un rédacteur en chef avant de s'enfuir.
Trois jours plus tard, il avait grièvement blessé par balle un assistant photographe à Libération, avant de se rendre à la Défense, où il avait tiré contre l'immeuble de la Société générale, sans faire de blessé.
Une des questions centrales du procès concernera les motivations de cet homme. Lors de l'enquête, il avait mis en avant son "combat politique". Dans des courriers antérieurs, il développait la théorie d'un "complot fasciste", se faisait le porte-parole des opprimés. Il vouait une haine aux journalistes "payés pour faire avaler des mensonges".
Il avait expliqué vouloir se faire tuer par la police mais s'était enfui rapidement à chaque étape de son périple.
Sa défense tentera de convaincre la cour que l'accusé n'avait pas l'intention de tuer.
Abdelhakim Dekhar est connu des autorités depuis les années 90. Il avait été condamné en 1998 dans un dossier criminel majeur de l'époque lié aux milieux de l'ultragauche. Il était soupçonné d'être "le troisième homme" de l'équipée de deux membres de cette mouvance, Florence Rey et Audry Maupin: une fusillade au cours de laquelle trois policiers, un chauffeur de taxi et Maupin avaient été tués en 1994.
Le procès doit se terminer le 24 novembre.

Par Jordane BERTRAND - © 2017 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !