Devant le siège des services de renseignements :

Au moins un mort et 6 blessés dans un attentat-suicide à Kaboul


Publié / Actualisé
Un kamikaze à pied s'est fait exploser samedi matin à devant le siège du NDS, les services de renseignements afghans, proche du quartier diplomatique, faisant au moins un mort et six blessés selon le ministère de l'Intérieur.
Un kamikaze à pied s'est fait exploser samedi matin à devant le siège du NDS, les services de renseignements afghans, proche du quartier diplomatique, faisant au moins un mort et six blessés selon le ministère de l'Intérieur.

"Un kamikaze a déclenché sa charge dans le secteur de Shash Darak à Kaboul tuant une personne et en blessant six" a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère Najib Danish.
Les témoins présents ont fait état d'une "énorme explosion", survenue autour de 8H30 (4H00 GMT), en pleine heure de pointe.
Le quartier a été aussitôt bouclé par les forces de l'ordre, a constaté un photographe de l'AFP.
Le siège du NDS est situé en lisière de la "zone verte", le quartier diplomatique, à proximité de l'ambassade américaine et du siège de l'opération Resolute Supporte de l'Otan, commandée par des officiers américains.
Mais selon une source à l'intérieur du NDS, ce sont bien les renseignements afghans qui étaient visés: "L'explosion s'est produite devant l'entrée principale. Le mort est un civil, les blessés appartiennent tous au NDS" a-t-elle précisé.
Le barrage de contrôle gardant l'accès au NDS ainsi qu'aux ministères de la Défense, des Mines et des Affaires sociales avait déjà été attaqué le 25 décembre par un kamikaze qui avait fait six morts. L'opération avait été revendiquée par le groupe Etat islamique.
Kaboul a subi fin janvier trois attaques en une semaine, dont la dernière, revendiquée par les talibans le 27 janvier et perpétrée par une ambulance piégée dans une rue suppposée sécurisée, a fait plus de 100 morts et 250 blessés.
Depuis, cette partie de la ville vit en état de siège avec un renforcement des barrages, de nombreux axes bloqués et un trafic en permanence congestionné qui oblige beaucoup de Kabouli à abandonner leur voiture.

- © 2018 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !