France - Justice :

Sabotage d'une ligne SNCF: ouverture du procès du "groupe de Tarnac"


Publié / Actualisé
Le procès de huit militants libertaires du "groupe de Tarnac", poursuivis notamment pour la dégradation d'une ligne SNCF dix après avoir été mis en cause pour terrorisme, une qualification abandonnée, s'est ouvert mardi devant le tribunal correctionnel de Paris.
Le procès de huit militants libertaires du "groupe de Tarnac", poursuivis notamment pour la dégradation d'une ligne SNCF dix après avoir été mis en cause pour terrorisme, une qualification abandonnée, s'est ouvert mardi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Parmi les prévenus figurent Julien Coupat, 43 ans, présenté comme le théoricien du groupe, son ex-compagne Yildune Levy, 34 ans, Elsa Hauck, 33 ans, et Bertrand Deveaud, 31 ans. Ils sont poursuivis pour "association de malfaiteurs". "Ça va être l'autopsie d'un fiasco. L'ensemble des magistrats instructeurs n'ont eu pour seul objectif que de couvrir les manipulations de la police", a affirmé Me Jeremie Assous, avocat de Julien Coupat.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !