Football :

Bleus : Les 23 de mai, pas forcément ceux du Mondial


Publié / Actualisé
Etre dans la liste des 23 Bleus fin mai, c'est bien; aller vraiment au Mondial en juin, c'est mieux: il y a souvent des forfaits pendant la préparation, et la période qu'a ouverte la liste annoncée jeudi comporte plusieurs incertitudes.
Etre dans la liste des 23 Bleus fin mai, c'est bien; aller vraiment au Mondial en juin, c'est mieux: il y a souvent des forfaits pendant la préparation, et la période qu'a ouverte la liste annoncée jeudi comporte plusieurs incertitudes.

"La seule liste qui comptera sera celle du 4 juin à midi", envoyée à la Fifa. "Je peux être amené à tout moment à pouvoir changer un des joueurs", a prévenu Didier Deschamps.

Cette flexibilité jouera d'ailleurs les prolongations, puisque le sélectionneur peut faire appel au joueur qu'il souhaite, sans restriction, dans l'hypothèse d'une blessure dûment constatée d'un de ses joueurs jusqu'au 15 juin. Soit exactement 24 heures avant l'entrée en lice des Bleus au Mondial, le samedi 16 juin contre l'Australie, à Kazan (12h00 françaises).

"DD" a toutefois un vivier de onze "suppléants" qui doivent se "tenir prêts" en cas de pépin physique parmi les 23, et il pourrait ainsi piocher dedans (Ben Yedder, Coman, Costil, Debuchy, Digne, Lacazette, Martial, Rabiot, Sakho, Sissoko, Zouma). Contrairement aux "réservistes" des campagnes précédentes, ces suppléants ne participeront pas à la préparation du tournoi, même s'ils auront "un programme" d'entretien physique à observer.

Le passé récent invite à la prudence: trois des 23 convoqués pour les deux dernières compétitions ont dû céder leur place sur blessure. Avant le Mondial-2014, Mandanda, Grenier et Ribéry ont été remplacés par Ruffier, Schneiderlin et Cabella; avant l'Euro-2016, Varane, Mathieu et L. Diarra par Rami, Umtiti et encore Schneiderlin. Rami et Umtiti s'étaient d'ailleurs relayés comme titulaires pendant la phase finale en France - le statut de suppléant contient une part d'espoir.

- Mendy à jauger -

Chez les 23 heureux élus, la principale interrogation porte sur l'arrière gauche Benjamin Mendy, opéré fin septembre du genou droit et qui n'a rejoué depuis le 22 avril qu'une grosse heure répartie en trois matches."Evidemment qu'il y a un risque", a admis Deschamps. "Concernant son rythme, avec les quinze jours de préparation et les deux matches amicaux j'en saurai un peu plus. Il a des qualités athlétiques au-dessus de la moyenne, évidemment qu'à son poste de latéral il apporte beaucoup. Aujourd'hui, je n'ai pas la certitude qu'il puisse jouer un match de 90 minutes, on va faire en sorte avec le staff d'avoir un peu plus de réponses avant la deadline (date-butoir) du 4 juin"."DD" pourra le jauger contre l'Eire le 28 mai au Stade de France et face à l'Italie le 1er juin à Nice, voire face aux Etats-Unis le 9 juin à Lyon.

Dans L'Equipe de vendredi, Mendy a reconnu manquer encore d'"explosivité, mais ça viendra". Ajoutant à propos de sa convocation: "Peut-être que c'est très rare, peut-être que c'est un risque, mais aujourd'hui, honnêtement, je ne pense pas comme ça. La manière dont j'ai travaillé me fait dire que je suis prêt".

L'autre risque médical concerne Djibril Sidibé, l'arrière droit titulaire. Le Monégasque s'était blessé au genou mi-avril, et est réapparu samedi dernier, une grosse vingtaine de minutes (1-0 contre Saint-Etienne).

Sa décision de ne pas se faire opérer accroît le risque de rechute. Le staff médical des Bleus l'a cependant particulièrement choyé avec un stage individualisé de trois jours début mai à Clairefontaine, sous la houlette du préparateur physique de l'équipe de France, Grégory Dupont."C'est forcément un rêve d'enfant qui se réalise, et un gros soulagement après tous les efforts de ces dernières semaines", a réagi "Djib" jeudi soir, cité par l'AS Monaco.

- Varane, C1 risque -

Les autres risques se nichent parmi les joueurs concernés par les dernières échéances en club. Et le plus exposé reste Raphaël Varane, en raison notamment de ses antécédents, entre le précédent 2016 et ses multiples forfaits cette saison.

Le défenseur central de 25 ans a disputé sans problème l'intégralité du match du Real Madrid samedi passé, et en a un dernier au programme en Liga, samedi prochain à Villarreal, à moins qu'il ne soit ménagé. Puis surtout un ultime, de haute intensité celui-là: la finale de Ligue des champions face à Liverpool, le 26 mai à Kiev.

Autre petite incertitude: Samuel Umtiti était absent des deux derniers matches du FC Barcelone en raison de "gênes au genou gauche".
D'autres joueurs ont encore un match à enjeu en club. A l'étranger, outre Varane en C1, c'est le cas samedi pour N'Golo Kanté, Olivier Giroud et Paul Pogba, opposés en finale de Coupe d'Angleterre (Chelsea-Manchester United), et Corentin Tolisso avec la finale de Coupe d'Allemagne du Bayern Munich contre Francfort.

En Ligue 1, les Marseillais (Mandanda et Thauvin, Rami étant suspendu), les Monégasques (Sidibé et Lemar) et le Lyonnais (Fekir) se battront à distance pour les 2e et 3e places finales, synonymes de C1 directe. Attention à la casse.

 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !