France :

SNCF: la CGT "appellera régulièrement à la grève en juillet et août"


Publié / Actualisé
La CGT Cheminots "appellera régulièrement à la grève en juillet et août" et "les dates seront dévoilées au fur et à mesure, en fonction de l'avancée ou non de négociations" sur les suites de la réforme ferroviaire, a déclaré à l'AFP son secrétaire général Laurent Brun.
La CGT Cheminots "appellera régulièrement à la grève en juillet et août" et "les dates seront dévoilées au fur et à mesure, en fonction de l'avancée ou non de négociations" sur les suites de la réforme ferroviaire, a déclaré à l'AFP son secrétaire général Laurent Brun.

Les journées de grève "pourront être calées sur les départs en vacances, mais ne le seront pas exclusivement et majoritairement" car "ce n'est pas notre cible principale", a expliqué M. Brun, à l'issue de la réunion de la commission exécutive fédérale de son syndicat. Il y aura "beaucoup d'autres dates", comme celles "de réunions de l'entreprise" qui "pour l'instant ne sont pas confirmées", a-t-il ajouté.

"Les premières dates de grève concerneront la première semaine de juillet et seront annoncées fin juin de façon à permettre une mobilisation la plus unitaire possible" avec les autres syndicats de la SNCF, a souligné M. Brun.

La première date pourrait être le mercredi 4 juillet puisque la CGT Cheminots a déposé ce mercredi "une alerte sociale" (demande de concertation immédiate), lançant le processus qui conduit au dépôt d'un préavis de grève, a-t-il précisé."On continue à défendre la SNCF. On touchera à des départs en vacances, ça ne nous interdira pas de faire grève", a-t-il prévenu.

La CGT Cheminots demande notamment au gouvernement de "geler le nouveau plan de baisse du fret ferroviaire" que prévoit la direction de la SNCF, écrit-elle dans un communiqué. Le syndicat souhaite aussi que le patronat de la branche ferroviaire "identifie les contraintes spécifiques aux métiers ferroviaires et ouvre une négociation sur les contreparties apportées aux cheminots". La CGT demande également à la direction de la SNCF de "changer d'orientation sur plusieurs points de sa politique afin de gommer 15 ans de dérives".

Interrogée par l'AFP, la direction de la SNCF n'a pas souhaité réagir.Le calendrier de la grève par épisode lancée le 3 avril s'achèvera le jeudi 28 juin, 36e jour du mouvement contre la réforme ferroviaire.

Mardi, l'Unsa ferroviaire a décidé de ne pas poursuivre la grève après le 28 juin. "Notre stratégie, c'est de peser sur les négociations" dans la branche et l'entreprise, pas sur "les grands départs en vacances", avait expliqué son secrétaire général Roger Dillenseger.

La CFDT Cheminots a aussi décidé mardi de poursuivre la grève jusqu'au 28 juin, pour peser sur les négociations avec la direction de la SNCF, mais a réservé à plus tard sa décision sur une poursuite du mouvement au-delà.La date de prise de cette décision "n'est pas définitivement fixée. Cela pourrait avoir lieu avant" le 28 juin, a indiqué à l'AFP Sébastien Mariani, secrétaire général adjoint de la CFDT Cheminots.

Mercredi matin, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a "souhaité" que son syndicat ne prolonge pas la grève après le 28 juin, prenant acte des "avancées concrètes" obtenues pour les cheminots, même si la réforme ferroviaire ne lui "convient pas", et aussi parce que les grandes vacances, c'est un "moment un peu +sacré+".SUD-Rail, qui a lancé depuis le 3 avril une grève illimitée, veut comme la CGT poursuivre le mouvement cet été. Le syndicat "réunira ses structures le 26 juin afin de prendre une décision collective" sur la suite du mouvement, a indiqué à l'AFP Erik Meyer, secrétaire fédéral et porte-parole de SUD-Rail.
 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !