Indonésie :

Menacé par le typhon Mangkhut, Macao arrête de jouer


Publié / Actualisé
Macao a fermé tous ses casinos pour la première fois de son histoire à l'approche du typhon Mangkhut, les autorités mettant en garde contre un risque de graves inondations. L'exécutif de l'ancienne colonie portugaise avait été vivement critiqué l'année dernière pour son manque de préparation lors du typhon Hato, qui avait fait 12 morts et généré des dégâts considérables.
Macao a fermé tous ses casinos pour la première fois de son histoire à l'approche du typhon Mangkhut, les autorités mettant en garde contre un risque de graves inondations. L'exécutif de l'ancienne colonie portugaise avait été vivement critiqué l'année dernière pour son manque de préparation lors du typhon Hato, qui avait fait 12 morts et généré des dégâts considérables.

Dans un communiqué, les autorités ont annoncé samedi soir que la décision de fermer les 42 casinos de la ville avait été prise en accord avec les entreprises du jeu. "La suspension des opérations de jeu est une mesure pour la sécurité des employés des casinos, des visiteurs et des habitants", a indiqué le gouvernement.

La ville, généralement bondée de touristes, était déserte dimanche matin.
Nombre de commerçants avaient entassé des sacs de sable devant leurs magasins, dont les devantures étaient protégées par des plaques de bois. Le pic de la tempête était attendu vers midi (04H00 GMT).

Le typhon Hato qui avait déferlé fin août 2017 sur l'ancien comptoir portugais avait débouché sur la démission du patron des services météorologiques, un discours d'excuses du chef du gouvernement et le déploiement de l'armée chinoise pour participer aux secours.
Le territoire semi-autonome est le seul endroit de Chine où le jeu est autorisé et les riches Chinois aiment y dépenser des fortunes.

La capitale mondiale des casinos, loin devant Las Vegas en termes de chiffre d'affaires, avait subi de plein fouet la campagne anticorruption des autorités chinoises, lorsque les riches flambeurs évitaient soigneusement l'ex-comptoir à la réputation douteuse de centre de blanchiment pour argent chinois illégal.
La crise avait été aggravée par l'essouflement de l'économie du continent.

Pour rebattre les cartes, les casinotiers ont misé sur la clientèle de masse, ouvrant de gigantesques complexes qui proposent toute une gamme d'activités, entre dîners gastronomiques et parcs à thème, afin de compenser la perte des revenus de l'élite.
 

- © 2018 AFP

   

1 Commentaire(s)

Well..., Posté
Macao n'est pas en Indonesie mais en Chine.