[VIDEO] Dimitri Payet est entré dans le jeu à la 67ème minute :

Football : Kylian Mbappé sauve les champions du monde français face à l'Islande 2-2


Publié / Actualisé
Merci qui ? Kylian Mbappé a provoqué un but contre son camp puis transformé un penalty, dans les cinq dernières minutes, pour sauver du ridicule la France championne du monde et arracher le nul face à l'Islande (2-2), jeudi, en amical. Dimitri Payet n'a que peu joué. Il est entré sur le terrain à la 67ème minute en remplacement de Ousmane Dembélé. La France affrontera l'Allemagne, mardi, pour le compte de la Ligue des nations.
Merci qui ? Kylian Mbappé a provoqué un but contre son camp puis transformé un penalty, dans les cinq dernières minutes, pour sauver du ridicule la France championne du monde et arracher le nul face à l'Islande (2-2), jeudi, en amical. Dimitri Payet n'a que peu joué. Il est entré sur le terrain à la 67ème minute en remplacement de Ousmane Dembélé. La France affrontera l'Allemagne, mardi, pour le compte de la Ligue des nations.

Méconnaissables, les champions du monde français ont donc attendu l'entrée en jeu supersonique de Kylian Mbappé et les dernières secondes pour sauver le match nul contre l'Islande (2-2), jeudi à Guingamp, devant un public breton conquis. Les Bleus ont pourtant bien failli s'incliner pour la première fois de leur histoire contre les Islandais... Mais Mbappé était là pour provoquer le but contre son camp islandais (86e) puis marquer in extremis le penalty de l'égalisation (90e).

 

 

Le prodige parisien n'en finit plus de faire la différence, à l'image de son quadruplé contre Lyon (5-0) le week-end dernier en championnat.

Dans l'optique du match de Ligue des nations contre l'Allemagne mardi, autrement plus important sportivement que cet amical à Guingamp, Didier Deschamps avait choisi de préserver sa pépite au coup d'envoi, en raison d'une petite gène musculaire. "Je n'avais pas envie de prendre de risque et lui non plus. J'attendais aujourd'hui pour voir comment il se sentait à l'échauffement. Ca allait beaucoup mieux", a expliqué "DD" après le match.

Le sélectionneur a finalement décidé de le faire entrer à l'heure de jeu. Bien lui en a pris, à voir les déboulés de l'attaquant de 19 ans, à l'origine du premier but et à la conclusion du second, d'un penalty puissant après une main islandaise dans la surface.

- 10 buts... -

Il devient ainsi "le premier joueur de l'histoire de l'équipe de France à atteindre la barre des 10 buts en Bleu avant ses 20 ans", a relevé le statisticien Opta. Jusqu'à son entrée, les Islandais méritaient tout simplement de gagner. Plus entreprenants, motivés et efficaces que les Français, visiblement guère intéressés par cette rencontre, ils avaient logiquement ouvert le score grâce à une frappe à ras de terre de Bjarnason (30e) et filaient vers un succès historique face à la France grâce à la tête d'Arnason (58e) sur corner.

 

Les champions du monde ont, de leur coté, complètement raté leur première partie de match. Les rares Bleus qui auraient pu profiter de leur titularisation pour marquer quelques points en sélection ont été très décevants. Le Marseillais Florian Thauvin, hormis une frappe juste au-dessus du cadre, a raté son match.

L'attaquant du FC Barcelone Ousmane Dembélé a, lui, allumé quelques flammes mais, comme souvent, elles n'ont jamais suffi à trouver la faille et ont surtout ressemblé à des pétards mouillés. "A lui de prendre conscience de toutes les exigences du football de haut niveau", l'avait pourtant prévenu Didier Deschamps ces derniers jours.

- Lloris sauveur -

Et il s'en est fallu de peu pour qu'ils ne coulent peu avant la pause, quand le capitaine Hugo Lloris a réalisé une superbe triple parade à la 38e.

 

Rares joueurs à surnager, le milieu de terrain Steven Nzonzi s'est distingué par une jolie frappe juste avant la mi-temps tandis que Benjamin Pavard faisait son job dans le couloir droit.

Pour le reste, tout était raté ou presque. Puis il y a eu Mbappé. Grâce à lui, les Bleus surfent sur leur série de matches sans défaite. Ils n'ont plus perdu depuis le mois de mars et une défaite en amical contre la Colombie (3-2), soit une série de 14 matches. Ils évitent une grosse fausse note et pourront vite oublier ce match amical pour se tourner vers l'Allemagne, un adversaire contre lequel il faudra livrer une tout autre prestation.

En prime, en marquant deux fois en fin de match, ils ont permis aux supporters bretons d'exulter. Le public de Guingamp, fief du président de la Fédération Noël Le Graët, n'attendait que ça, à l'image de l'avant-match rythmé par la présentation de la Coupe du monde. Et surtout, il voulait voir... Mbappé.

Ils ont été comment

Antoine Griezmann s'est très peu montré avant son remplacement à l'heure de jeu par Kylian Mbappé, qui a permis aux Bleus d'éviter le naufrage, jeudi en amical, contre l'Islande (2-2) à Guingamp.

Lloris (cap.): de retour dans les cages françaises après sa blessure à la cuisse en septembre, le capitaine français a bien démarré en bloquant deux tentatives islandaises mais n'a rien pu faire face à Bjarnason (30e) légèrement masqué. Dans la foulée, le portier de Tottenham a signé une triple parade superbe (38e) pour éviter aux Bleus de couler.

Pavard: l'un des rares Bleus convaincants en première période, le défenseur de Stuttgart a récupéré plusieurs ballons dangereux et a souvent proposé devant.

Raphaël Varane: le vice-capitaine des Bleus n'a pas fait de grosses erreurs mais ne s'est pas non plus distingué. Il a été remplacé dès la pause par Kurt Zouma.

Presnel Kimpembe: costaud et rugueux d'entrée, à l'image de son tacle à la 13e minute, il en parfois fait un peu trop. Victime d'une béquille, il reste au sol et ne peut aider ses coéquipiers sur le but islandais. Puis il se laisse prendre de la tête à la 38e mais est sauvé par un triple arrêt de Lloris.

Lucas Digne: celui qui n'avait pas été retenu parmi les 23 pour la Coupe du monde a bien débuté en proposant de nombreuses solutions et en adressant un bon centre à Griezmann, dont la tête décroisée est passée à côté (18e). Puis il a été moins en vue.

Steven Nzonzi: avec Pavard, il fut le seul à surnager en première période avec plusieurs récupérations et une jolie frappe juste boxée par le gardien islandais juste avant la pause.

Paul Pogba: Aussi sobre que discret en première période, il a tenté d'élargir le jeu sur les ailes, réussi quelques passements de joueurs et frappé au but. Une de ses tentatives a filé juste à côté du poteau gauche de Runarsson (22).

Florian Thauvin: Pour sa première titularisation avec les Bleus, le Marseillais s'est d'abord montré disponible, combinant sur son côté droit avec Pavard, avant que leur association ne devienne moins prononcée. Il s'est ensuite montré beaucoup plus maladroit, entre mauvaises passes et centre manqué. Il a néanmoins tenté plusieurs frappes (21, 29, 59), trop molles ou imprécises. Remplacé par Thomas Lemar à l'heure de jeu.

Antoine Griezmann: très discret, l'attaquant de l'Atlético Madrid aurait pu ouvrir le score dans les vingt premières minutes mais sa tête décroisée (19), à la reprise d'un centre de Digne, est passée à côté du but de Runarsson. Il a frappé un coup franc direct au-dessus du but islandais (36) et placé une tête repoussée par Runarsson (54). Remplacé à l'heure de jeu par Mbappé, qui a provoqué le but islandais contre son camp (86) avant d'égaliser sur penalty (90).

Ousmane Dembélé: l'ailier du Barça a fait parler sa vitesse sur le côté gauche mais sans grande efficacité, à l'image de ce coup du foulard (7) en début de match aussi spectaculaire qu'inutile. Il a gâché une offrande de Griezmann en perdant son face-à-face avec Runarsson (34), puis a complètement manqué sa frappe (50) après avoir donné le tournis à son vis-à-vis. Remplacé par Dimitri Payet (67).

Olivier Giroud: sevré de ballons, l'avant-centre a comme d'habitude participé aux tâches défensives avec application

www.ipreunion.com avec l'AFP
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !