Il avait été tabassé à coups de barre de fer :

Adolescent tué en Seine-Saint-Denis: cinq mineurs en garde à vue


Publié / Actualisé
Cinq mineurs âgés de 14 à 17 ans étaient en garde à vue lundi, soupçonnés d'être impliqués dans la rixe où un adolescent de 13 ans a été mortellement blessé à coups de barre de fer samedi aux Lilas (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de source proche de l'enquête.
Cinq mineurs âgés de 14 à 17 ans étaient en garde à vue lundi, soupçonnés d'être impliqués dans la rixe où un adolescent de 13 ans a été mortellement blessé à coups de barre de fer samedi aux Lilas (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Deux d'entre eux se sont rendus à la police dimanche en fin de journée et les trois autres ont été interpellés lundi matin, selon cette même source.

Dimanche après-midi, un jeune de 13 ans (et non 12 ans comme indiqué dimanche) est mort dans un hôpital parisien où il avait été transporté la veille après avoir été gravement blessé lors d'une bagarre impliquant une vingtaine de jeunes armés de bâtons et de barres de fer aux Lilas, une commune au nord-est de Paris. Originaire de la ville voisine de Bagnolet, il se plaignait de multiples douleurs sur tout le corps.

"Nous n'avons pour l'heure pas identifié le motif de la rixe", a ajouté la source proche de l'enquête. Selon cette dernière, les bandes rivales pourraient en fait être originaires de Bagnolet et d'une autre ville limitrophe, Romainville. Ce décès intervient un mois après la mort d'un autre adolescent, âgé lui de 16 ans, tué de plusieurs balles dans une cité de Saint-Denis, à l'autre extrémité du département. Deux autres personnes avaient été blessées dans cette fusillade qui avait "choqué" cette ville populaire.

Selon le ministère de l'Intérieur, 90 bandes organisées sont répertoriées en France, dont près de la moitié à Paris et dans sa proche banlieue.
Entre 2016 et 2017, les événements violents liés à ces bandes ont baissé de 19% à Paris et dans les villes de la petite couronne, relève le ministère.

- © 2018 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !