Une première :

Le président érythréen rend visite à son homologue somalien


Publié / Actualisé
Le président érythréen Issaias Afeworki s'est rendu à Mogadiscio jeudi, une première depuis son entrée en fonction en 1993, pour rencontrer son homologue somalien Mohamed Abdullahi Mohamed et intensifier le réchauffement des relations entre ces deux pays de la Corne de l'Afrique.
Le président érythréen Issaias Afeworki s'est rendu à Mogadiscio jeudi, une première depuis son entrée en fonction en 1993, pour rencontrer son homologue somalien Mohamed Abdullahi Mohamed et intensifier le réchauffement des relations entre ces deux pays de la Corne de l'Afrique.

M. Issaias a atterri dans la matinée à l'aéroport de Mogadiscio, où il a été accueilli par le président somalien. "Ils sont actuellement dans la zone VIP de l'aéroport et ils seront ensuite emmenés au palais présidentiel", a précisé à l'AFP Mohamed Abdullahi, un responsable policier. La présidence somalienne avait auparavant annoncé dans un tweet que la visite avait pour but de "renforcer les liens historiques entre deux nations soeurs". "Les deux chefs d'Etat mèneront des discussions bilatérales sur des questions mutuellement bénéfiques".

Après une longue période d'hostilité, la Somalie et l'Erythrée ont établi des liens diplomatiques fin juillet, dans la foulée de la signature d'un accord de paix entre l'Ethiopie et l'Erythrée.

Somalie et Erythrée entretenaient depuis plus d'une décennie des relations tendues en raison notamment du soutien présumé d'Asmara aux islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda et qui ont juré la perte du gouvernement somalien.

Mais le président somalien s'était rendu à Asmara fin juillet pour signer un accord sur l'établissement de relations diplomatiques, lors de la première visite d'un chef de l'État somalien depuis l'indépendance de l'Érythrée en 1993.

Issaias Afeworki et Mohamed Abdullahi Mohamed s'étaient ensuite vus dans le nord de l'Ethiopie début novembre pour une rencontre où les dirigeants des trois pays ont évoqué les moyens de renforcer l'intégration économique régionale entre des Etats par le passé rivaux.
 

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !