Elections :

L'Ukraine élit son président avec un comédien comme favori


Publié / Actualisé
Les Ukrainiens se rendent aux urnes dimanche pour le premier tour d'une élection présidentielle qui s'annonce hautement imprévisible, avec un comédien sans expérience politique en tête des sondages et des enjeux colossaux pour un pays en guerre et en lourdes difficultés économiques.
Les Ukrainiens se rendent aux urnes dimanche pour le premier tour d'une élection présidentielle qui s'annonce hautement imprévisible, avec un comédien sans expérience politique en tête des sondages et des enjeux colossaux pour un pays en guerre et en lourdes difficultés économiques.

Volodymyr Zelensky, 41 ans et dont la seule expérience de gouvernance se résume à incarner un professeur d'histoire devenu subitement président dans une série télévisée, devance de loin ses rivaux avec plus de 25% des intentions de vote, selon les derniers sondages.

Il est suivi par deux vétérans de la politique ukrainienne: le président sortant Petro Porochenko et l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, sur un total record de 39 candidats en lice. "Il faut encore un mandat présidentiel pour que les réformes deviennent irréversibles", a plaidé samedi M. Porochenko, 53 ans, lors d'un service religieux à Kiev, se plaçant comme l'artisan d'une adhésion future de l'Ukraine à l'UE et à l'Otan.

M. Porochenko, alors que toute agitation politique est censée être interdite à la veille de l'élection, a assisté à ce service religieux aux côtés du gratin politique ukrainien et des militaires. Volodymyr Zelensky devrait pour sa part profiter de la diffusion à la télévision de plusieurs de ses spectacles humoristiques et d'un documentaire consacré à Ronald Reagan, acteur américain élu président en 1981, dont la voix off sera doublée par le candidat.

Cette diffusion sera assurée par la chaîne 1+1, propriété de l'oligarque Igor Kolomoïski, ennemi de M. Porochenko. Certains accusent M. Zelensky d'être sa marionnette, ce que le comédien dément. "Oui, je n'ai pas d'expérience" mais "j'ai suffisamment de forces et d'énergie. Bien sûr que je n'ai pas toutes les connaissances, mais je suis en train d'apprendre", avait déclaré M. Zelensky début mars lors d'un entretien à l'AFP.

- Candidat atypique -

L'ascension fulgurante de M. Zelensky a été favorisée par le désamour des électeurs ukrainiens face à des élites éclaboussées par des scandales de corruption à répétition et par leur déception cinq ans après le soulèvement pro-occidental du Maïdan, qui a porté au pouvoir M. Porochenko.
Les détracteurs de M. Zelensky s'interrogent cependant sur sa capacité à gouverner le pays, tandis que ses partisans voient en lui un nouveau visage, vierge des compromissions et des échecs de la classe politique actuelle.

L'acteur, qui n'a pas fait de campagne traditionnelle, préférant les spectacles aux meetings électoraux et les réseaux sociaux aux interviews, a passé les dernières heures de la campagne officielle vendredi à se produire en banlieue de Kiev avec sa troupe.

Infatigable figure de la politique ukrainienne, Mme Timochenko, 58 ans, dont c'est la troisième présidentielle, a pour sa part fait campagne en promettant notamment de diviser par deux les prix du gaz pour la population, au risque de fâcher les bailleurs de fonds de Kiev.
Taxée de populisme par ses détracteurs, elle a plaidé lors de son dernier rassemblement vendredi en faveur d'une "nouvelle stratégie" pour faire sortir la situation de l'impasse dans l'est séparatiste.

Les trois candidats favoris sont en faveur de la poursuite du rapprochement avec l'Occident.

- Pas de vote en Russie -

Pays de 45 millions d'habitants aux portes de l'Union européenne, l'Ukraine est aujourd'hui l'un des Etats les plus pauvres d'Europe. Si le pays s'est brouillé avec la Russie et s'est résolument tourné vers l'Occident, il traverse aujourd'hui la pire crise depuis son indépendance en 1991.
L'arrivée de pro-occidentaux au pouvoir en 2014 a été suivie par l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie et d'un conflit avec des séparatistes prorusses dans l'Est, qui a fait plus de 13.000 morts.

Samedi, l'armée ukrainienne a fait état d'un soldat tué dans l'Est, le seizième mort depuis le début de l'année dans un conflit largement vu en Ukraine comme une "guerre pour l'indépendance" face à des séparatistes soutenus militairement par la Russie selon Kiev et les Occidentaux.
Plus de 2.300 observateurs internationaux doivent superviser le déroulement du vote dimanche, qui se tient de 05h00 GMT à 17h00 GMT.

Sur fond de crise avec Moscou, Kiev a interdit aux observateurs russes de faire partie du dispositif de supervision et a fermé ses bureaux de vote en Russie, une décision inédite qui prive potentiellement de scrutin au moins 2,5 millions de citoyens ukrainiens résidant dans ce pays.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...