Brésil :

Lava Jato, enquête pour empêcher le retour au pouvoir de Lula, selon The Intercept


Publié / Actualisé
Les responsables de l'enquête anticorruption Lava Jato (Lavage express) au Brésil ont manoeuvré pour empêcher le retour de l'ex-président de gauche Lula au pouvoir l'an dernier, rapporte dimanche The Intercept, sur la base de fuites potentiellement explosives.
Les responsables de l'enquête anticorruption Lava Jato (Lavage express) au Brésil ont manoeuvré pour empêcher le retour de l'ex-président de gauche Lula au pouvoir l'an dernier, rapporte dimanche The Intercept, sur la base de fuites potentiellement explosives.

Le site d'investigation -- cofondé par le journaliste américain Glenn Greenwald --, a lancé ces accusations après avoir eu accès à un grand volume de messages privés échangés notamment sur Telegram entre les procureurs et le juge Sergio Moro, chargé de Lava Jato, et obtenus par "une source anonyme". Ce juge est aujourd'hui le ministre de la Justice du président d'extrême droite Jair Bolsonaro. "Alors qu'ils ont assuré longtemps qu'ils étaient apolitiques et motivés par la seule lutte anticorruption, les procureurs de Lava Jato ont en fait comploté entre eux sur les moyens d'empêcher le retour au pouvoir de Lula et de son Parti des Travailleurs", écrit le site.

Si leur véracité est établie, ces échanges battent en brèche la supposée nécessaire impartialité du juge Moro, qui aurait fourni des indications et conseils aux procureurs contre sa bête noire, l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, qu'il avait condamné en première instance en 2017. D'autres messages révèlent aussi que les procureurs avaient eux-mêmes "de sérieux doutes sur des preuves suffisantes de la culpabilité de Lula" dans l'affaire de l'obtention d'un triplex en pot-de-vin et qui l'a finalement envoyé en prison, pour huit ans et 10 mois après une révision récente de sa peine.

Sa condamnation a empêché Lula, le favori des intentions de vote à l'époque, de se représenter à la présidentielle d'octobre dernier. Il n'a cessé de clamer son innocence et de se dire victime d'une machination politique destinée à l'empêcher de se présenter à un troisième mandat, après ceux de 2003 à 2010.

Dans une réaction rapide, les responsables de Lava Jato se sont dits "sereins" face aux accusations selon lesquelles ils auraient agi dans l'illégalité, tout en déplorant d'avoir été "les victimes de l'action criminelle d'un pirate qui a mené des activités très graves contre le parquet, la vie privée et la sécurité de ses membres".

- "Sortis de leur contexte" -

Le juge Moro a de son côté "déploré la non-identification de la source (...) responsable du piratage criminel des portables des procureurs" et le fait que le site "ne soit pas entré en contact (avec lui) avant la publication, ce qui est contraire aux règles de base du journalisme". Les messages illégalement obtenus ont été "sortis de leur contexte", se défend-il.

Sur le fond, il dément toute irrégularité dans son comportement lors de l'enquête tentaculaire qui a permis de mettre sous les verrous des centaines de responsables politiques et économiques en cinq ans, en relation avec un gigantesque réseau de pots-de-vin autour des marchés publics du groupe Petrobras.

"Les archives obtenues par notre site sur le Brésil sont parmi les plus importantes de l'Histoire du journalisme", a écrit dans un Tweet le cofondateur de The Intercept, Glenn Greenwald. "Elles contiennent des secrets explosifs sous la forme de chats, d'audios, de vidéos, de photos et autres documents" sur le procureur de Lava Jato, Deltan Dallagnol, le juge Moro et "un grand nombre de responsables qui continuent d'exercer une importante influence politique et économique au Brésil et dans d'autres pays". "Nos reportages ne font que commencer", a-t-il averti.

- © 2019 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !