Tensions :

Amazonie: Bolsonaro "ne peut accepter" les attaques "déplacées" de Macron


Publié / Actualisé
Le président brésilien Jair Bolsonaro a riposté rapidement lundi au président français Emmanuel Macron avec qui les échanges sont de plus en plus vifs autour des incendies en Amazonie, l'accusant une nouvelle fois de "colonialisme" avec ses attaques "déplacées".
Le président brésilien Jair Bolsonaro a riposté rapidement lundi au président français Emmanuel Macron avec qui les échanges sont de plus en plus vifs autour des incendies en Amazonie, l'accusant une nouvelle fois de "colonialisme" avec ses attaques "déplacées".

"Nous ne pouvons accepter qu'un président, Macron, lance des attaques déplacées et gratuites contre l'Amazonie, ni qu'il déguise ses intentions derrière l'idée d'une +alliance+ de pays du G7 pour +sauver+ l'Amazonie, comme si c'était une colonie", a écrit Jair Bolsonaro sur son compte Twitter.

"D'autres chefs d'Etat se sont solidarisés avec le Brésil", poursuit le président d'extrême droite dans un second tweet, "le respect de la souveraineté de quelque pays que ce soit est le minimum qu'on puisse attendre dans un monde civilisé". Ce tweet a été publié peu après que M. Macron a déploré les propos offensants la veille de Jair Bolsonaro à l'encontre de son épouse Brigitte.

M. Bolsonaro a tenu "des propos extraordinairement irrespectueux à l'égard de mon épouse", a-t-il lancé en marge du sommet du G7 à Biarritz. "Qu'est-ce que je peux vous dire ? (...) C'est triste, mais c'est triste d'abord pour lui et pour les Brésiliens", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il espérait "très rapidement" que les Brésiliens "auront un président qui se comporte à la hauteur". "Je pense que les Brésiliens qui sont un grand peuple ont un peu honte de voir ces comportements", a encore dit M. Macron.

Jair Bolsonaro a endossé dimanche sur Facebook un commentaire offensant pour Brigitte Macron, tandis qu'un de ses ministres traitait le chef de l'Etat français de "crétin opportuniste". Ces attaques inédites marquent une très nette escalade dans les tensions entre Brasilia et Paris, avivées ces derniers jours par les pressions exercées par la France, qui accueillait un sommet du G7, sur Jair Bolsonaro pour qu'il agisse contre les dramatiques incendies en Amazonie.

A la veille du G7, Emmanuel Macron avait accusé M. Bolsonaro de lui avoir "menti" sur ses engagements en matière d'écologie et annoncé que la France s'opposait désormais à l'accord controversé de libre-échange entre l'UE et le Mercosur, un groupe de pays sud-américains, dont le Brésil. Il avait annoncé que l'Amazonie serait discutée au sommet du G7. Jair Bolsonaro avait répliqué en fustigeant chez son homologue français une "mentalité colonialiste".

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !