Il doit se réunir avec les partenaires sociaux les 5 et 6 septembre :

Retraites: le projet devant le Parlement "dans les mois qui viennent", selon Philippe


Publié / Actualisé
Le Premier ministre Edouard Philippe a assuré vendredi que le projet de loi sur la réforme des retraites sera présenté au Parlement "dans les mois qui viennent", ajoutant qu'il préciserait le calendrier à l'issue de ses réunions avec les partenaires sociaux les 5 et 6 septembre.
Le Premier ministre Edouard Philippe a assuré vendredi que le projet de loi sur la réforme des retraites sera présenté au Parlement "dans les mois qui viennent", ajoutant qu'il préciserait le calendrier à l'issue de ses réunions avec les partenaires sociaux les 5 et 6 septembre.

Interrogé, à la suite les déclarations du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, sur un possible report de la réforme, le chef du gouvernement Premier ministre, en déplacement dans un lycée de Le Muy, a répondu: "Non, pas du tout". "Ma détermination est totale, mais dans la méthode, nous voulons prendre le temps d'abord de partager sur un texte aussi important", a-t-il expliqué.

Le Premier ministre veut "tenir compte de ce qui sera dit" lors de la vaste concertation annoncée "pour faire un projet de loi qui sera présenté au Parlement, comme je m'y suis engagé, dans les mois qui viennent".

"Lorsque j'aurai rencontré les organisations syndicales et patronales, il me reviendra de faire des annonces sur ce calendrier, sur ce rythme, sur cette méthode, mais ne croyez en rien que la détermination du gouvernement serait amoindrie", a insisté le chef du gouvernement.

Quand "vous modifiez la logique qui a prévalu pendant 70 ans, 75 ans parce qu'elle pose toute une série de questions, parce que le système n'est pas équilibré, parce qu'il est assez juste, vous n'agissez pas dans la précipitation et vous êtes obligés de prendre le temps de poser les sujets un par un", a-t-il ajouté.

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin avait déclaré vendredi matin sur RTL que la concertation voulue par Emmanuel Macron sur la réforme des retraites durerait "un peu moins d'un an", ce qui repousserait le vote du projet au-delà des élections municipales de mars 2020.

Les 5 et 6 septembre prochain, les partenaires sociaux seront reçus à Matignon, tandis qu'un processus de "concertation citoyenne" doit être lancé à l'automne.

AFP

   

1 Commentaire(s)

GECHOC, Posté
Réflexions sur la réforme des retraites
Français moyen de 78 ans, je suis atterré de constater la légèreté avec laquelle nos gouvernants conçoivent leurs orientations politiques et les réformes à mettre en application :< C'est le cas notamment avec le projet de réforme des retraites : Est-ce qu'allonger la durée de cotisation ou reculer l'âge de la retraite apportera une solution durable au problème des retraites ?
Le monde évolue de plus en plus vite et les français vivent de plus en plus longtemps
Aujourd'hui en France il y a environ 21 000 centenaires, et l'institut national pour la démographie en prévoit 30 000 pour 2030 et 60 000 pour 2060.l'INSEE prévoit qu'en 2060 1 français sur 3 aura plus de 60 ans. D'une part, très rapidement, même avec une retraite à 65 ans Il deviendra impossible de les financer et d'autre part, comme les entreprises ont maintenant une forte tendance à licencier les cinquantenaires, le problème se reportera sur l'assurance chômage et ça provoquera une augmentation des cotisations sociales et une réduction du pouvoir d'achat des français. De plus ça va freiner les innovations et favoriser le chômage des jeunes
A mon sens, la première réforme à mettre en place c'est celle de l'Ecole Normale d'Administration
en incluant dans ses programmes Â" l'analyse systémique Â" comme outil de préparation aux réformes et apprendre aux étudiants à prendre en compte les tenants et aboutissants des propositions de réformes.
Proposition d'un nouveau système de financement de la sécurité sociale :
Supprimer toutes les taxes patronales et salariales sur le travail, le coût du travail est en moyenne de 25 à 30% du prix des produits et les remplacer par une taxe sociale sur tout ce qui s'achète et se vend en France, y compris sur les produits importés (dans ce cas les charges sont réparties sur 100% du prix des produits. Le made in France baisse, le pouvoir d'achat des classes laborieuses augmente.De nouvelles possibilités de développement boostent économie lecoût des retraites est assuré, quel que soit l'allongement de la durée de vie. Tout le monde participe au financement de la sécurité sociale pendant toute la vie en fonction de ses moyens Une partie des coûts sociaux est financée par les produits importés.
Voilà une nouvelle possibilité de financer notre système social.
Mais le lobbying financier qui domine le monde permettra-t-il ce changement ?