Les syndicats sont présents :

Réforme des retraites: deuxième jour de concertation à Matignon


Publié / Actualisé
La concertation sur la réforme des retraites a repris vendredi matin à Matignon, où le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre des Solidarités Agnès Buzyn et le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye recevaient l'Union des entreprise de proximité (U2P).
La concertation sur la réforme des retraites a repris vendredi matin à Matignon, où le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre des Solidarités Agnès Buzyn et le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye recevaient l'Union des entreprise de proximité (U2P).

Le président de l'U2P, Alain Griset, est arrivé à 8H30, accompagné de deux négociateurs, dont son vice-président Michel Picon. Ils n'ont pas fait de déclaration avant leur entretien avec les trois membres du gouvernement. M. Delevoye les avait précédés de peu, tandis que Mme Buzyn est entrée dans la foulée des représentants patronaux.

La concertation doit se poursuivre dans la matinée avec l'Unsa, puis l'après-midi avec la CGT, la CFE-CGC et enfin la CPME. Jeudi, Force ouvrière avait ouvert le bal, son secrétaire général Yves Veyrier affirmant qu'il ferait "tout pour empêcher" l'exécutif de mettre en place un "régime unique par points".

Favorable au principe de cette réforme, son homologue de la CFDT, Laurent Berger, a cependant dit s'attendre à une discussion "longue" et "compliquée".
Le numéro un de la CFTC, Philippe Louis, a également estimé qu'"il y a énormément de travail à faire" pour "passer au concret". Mais le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a souhaité "que cette réforme ait lieu dans la première partie de l'année 2020".

La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a pour sa part promis de "travailler d'arrache-pied" pour "améliorer la situation" des agriculteurs à travers cette réforme.

Ce deuxième cycle de concertation fait suite à 18 mois de discussions avec Jean-Paul Delevoye sur le futur "système universel" de retraite.

Ces nouveaux échanges s'appuient sur le rapport que le haut-commissaire a dévoilé mi-juillet, qui préconise un système par points remplaçant les 42 régimes existants et un âge de départ de 64 ans pour bénéficier d'une retraite à taux plein.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !