Attaques sur l'Arabie :

L'Iran a écrit à Washington et dément tout lien


Publié / Actualisé
L'Iran a adressé aux Etats-Unis par l'intermédiaire de la Suisse une "note officielle" dans laquelle il met en garde Washington et dément avoir joué le moindre rôle dans les attaques perpétrées samedi contre l'Arabie saoudite, rapporte mercredi l'agence officielle Irna.
L'Iran a adressé aux Etats-Unis par l'intermédiaire de la Suisse une "note officielle" dans laquelle il met en garde Washington et dément avoir joué le moindre rôle dans les attaques perpétrées samedi contre l'Arabie saoudite, rapporte mercredi l'agence officielle Irna.

Dans cette note transmise lundi à l'ambassade de Suisse à Téhéran, qui représente les intérêts américains en Iran, la République islamique "insiste sur le fait qu'elle n'a joué aucun rôle dans cette attaque", écrit Irna.

Selon l'agence, le texte "dément et condamne les accusations [du président américain Donald] Trump et [de son ministre des Affaires étrangères Mike] Pompeo" à l'égard de la République islamique. Le message "met en garde les responsables américains" en soulignant "que si une action quelconque devait être prise contre l'Iran, celui-ci opposerait une réponse immédiate d'une portée bien plus grande qu'une simple menace", ajoute la dépêche d'Irna.

M. Pompeo a accusé directement dimanche l'Iran d'être responsable des attaques revendiquées la veille par les rebelles yéménites Houthis contre des installations pétrolières de premier plan en Arabie saoudite, rivale régionale de la République islamique. M. Trump avait déclaré de son côté être prêt à riposter à ces attaques en soutien à son allié saoudien. "Il semble" que l'Iran soit derrière, "mais je veux savoir avec certitude qui est responsable" avant de prendre une décision, avait-il néanmoins déclaré.

L'Iran et les Etats-Unis n'entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1980.

L'Arabie saoudite doit annoncer mercredi les résultats de son enquête sur ces attaques contre le royaume, où le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo est attendu pour discuter d'une éventuelle riposte.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !