Pas blessé :

Le Havre: incendie maîtrisé dans une raffinerie de Total


Publié / Actualisé
L'incendie d'une pompe de pétrole brut dans la raffinerie Total de Normandie, classée Seveso seuil haut, a occasionné d'importants panaches de fumée samedi à l'aube sur une zone d'une dizaine de kilomètres à l'est du Havre, sans faire de blessé, avant d'être maîtrisé.
L'incendie d'une pompe de pétrole brut dans la raffinerie Total de Normandie, classée Seveso seuil haut, a occasionné d'importants panaches de fumée samedi à l'aube sur une zone d'une dizaine de kilomètres à l'est du Havre, sans faire de blessé, avant d'être maîtrisé.

Cet incident intervient au lendemain de la signature d'un arrêté préfectoral autorisant la réouverture partielle, mais vivement contestée, de l'usine Lubrizol de Rouen, également classé site Seveso seuil haut, dont une partie a été ravagée par les flammes le 26 septembre dernier, occasionnant un gigantesque panache de fumée noire de 22 km de long.

"Ce matin à 4H00 un incendie de pétrole brut s'est déclaré au sein d?une unité de raffinage de l'usine Total, sur la commune de Gonfreville l?Orcher. Une pompe servant à faire circuler le pétrole brut au sein de la raffinerie a pris feu générant un dégagement de fumée sur la zone industrielle du port", a indiqué en milieu de matinée la préfecture de Seine-Maritime dans un communiqué.

Un périmètre de sécurité a été mis en place autour du site, a constaté un correspondant de l'AFP. Les fumées ont notamment touché les communes de Sandouville, Rogerville, Oudalle, Gonfreville-l?Orcher et Saint Vigor d?Ymonville, à l'embouchure de la Seine, à dix kilomètres à l'est du Havre.

La préfecture avait recommandé dans un premier temps à la population de rester chez elle, avant de lever ces restrictions en milieu de matinée. Elle conseille toutefois de ne pas se rendre dans la zone industrielle du port pour ne pas gêner les opérations d'extinction. "Des mesures d'évaluation du risque chimique pour les populations (essentiellement les personnels travaillant sur la zone industrielle), réalisées par le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS), n'ont pas fait apparaître d'élément de toxicité (dioxyde de soufre, dioxyde d?azote, hydrogène sulfuré, monoxyde de carbone), indique le communiqué préfectoral.

"Il s'agit d'une défaillance d'une pompe, on se dirige vers un incident technique", a précisé la préfecture par téléphone. Un plan d'opération interne (POI) a été déclenché par le groupe à 4H10 et le feu a été maîtrisé six heures après, grâce aux moyens humains déployés par l'exploitant, environ une cinquantaine de personnes, assistés d'une équipe d'évaluation des sapeurs pompiers. "La menace de propagation est écartée. Le feu est en voie d'extinction", précise la préfecture.

-"Absence de danger" -

Dans un communiqué, le groupe Total confirme que le feu s'est déclenché "sur une pompe de charge d?alimentation de la distillation atmosphérique de la raffinerie". "Le feu est maîtrisé. Il reste des foyers résiduels qui ne sont plus alimentés et l'installation concernée est isolée. Les moyens internes conséquents de la plateforme sont toujours mobilisés", précise Total, ajoutant que toutes les personnes présentes sur le site sont en sécurité.

"Une évaluation des conséquences éventuelles de cet incendie est en cours", indique par ailleurs le groupe. Interrogée par l'AFP, la raffinerie précise que le panache de fumée est "faible" et que le secteur concerné "est localisé", l'activité pétrochimique du site n'étant pas touchée.

Dans un communiqué, le maire de Gonfreville-l'Orcher Alban Bruneau (PCF), qui s'est rendu sur place, a déclaré qu'au regard de ses "propres constatations" et des informations relatives au sinistre, il n'a "pas été utile de recourir aux différents réseaux d'alerte en l'absence de danger".

"A ce stade, les fumées dégagées par cet incendie (composées de vapeur d?eau et de la combustion d'hydrocarbures) ne sont pas analysées comme toxiques pour la population, la faune, les sols et l'eau", a-t-il ajouté, soulignant que "néanmoins, comme tout incendie de cette nature, ce sinistre n?est pas jamais bon pour l?environnement et appelle à en connaître rapidement la cause".

Contactés par l'AFP, les syndicats de l'usine n'étaient pas joignables dans l'immédiat. La plateforme Total de Normandie est, selon le groupe, la plus grande plateforme pétrochimique de France. Elle comprend une raffinerie et un site pétrochimique, et fabrique des produits pétroliers ainsi que des polymères. Le site, qui emploie 1.500 salariés, a une capacité de production de 253.000 barils par jour.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !