Coupe du monde :

Levés tôt, sale météo, retour au dodo, les skieurs face au report du slalom de Val d'Isère


Publié / Actualisé
La météo a eu le dernier mot samedi à Val d'Isère, où le slalom de la Coupe du monde a été reprogrammé dimanche: alors qu'ils étaient prêts à en découdre, les skieurs ont dû adapter leur programme réglé au millimètre.
La météo a eu le dernier mot samedi à Val d'Isère, où le slalom de la Coupe du monde a été reprogrammé dimanche: alors qu'ils étaient prêts à en découdre, les skieurs ont dû adapter leur programme réglé au millimètre.

Depuis vendredi le vent sévit sur la station savoyarde de Val d'Isère, avec ses bourrasques porteuses de neige qui fouettent les visages. Après une matinée d'interrogations et de reports, alors que le vent pliait les piquets et faisaient s'envoler des matelas de protection, la décision a été prise de repousser le slalom au lendemain.

Comme d'habitude, les champions de la glisse s'étaient levés aux alentours de 6h du matin pour un petit-déjeuner suivi d'un premier réveil musculaire (sur un vélo par exemple) afin d'être prêt pour la reconnaissance de la piste un peu avant 8h. Puis ils se sont échauffés sérieusement prêt de la cabane de départ avant leur entrée en piste qui n'est jamais venue.

"J'étais prêt depuis 6h du matin, indique Victor Muffat-Jeandet. J'ai profité du premier report pour faire une petite sieste puis je me suis remis en mode course avant d'apprendre l'annulation. Mais on a l'habitude de gérer cela depuis tout petit." "C'est pas évident, car on n'a fait que s'adapter, ajoute le double champion du monde du slalom Jean-Baptiste Grange. On s'est levés dans l'incertitude, on s'est échauffés une première fois, on est rentrés à l'hôtel, puis on s'est échauffés une deuxième fois croyant courir, mais finalement non."

- Goûter, sieste ou sport -

Pour l'après-midi, c'est un programme "à la carte" qui les attend selon leurs envies, en dehors d'un traditionnel passage entre les mains du kiné. "L'après midi je vais laisser retomber la pression et me reposer un maximum avec une sieste, puis je me remettrai ensuite tranquillement sur un rythme de veille de course habituel", continue Jean-Baptiste Grange.

Contrairement à leur coéquipier, spécialiste du slalom, les polyvalents Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet devaient eux de toute façon courir le géant dimanche, course qui sera reprogrammée plus tard dans la saison. "Pour moi le report du slalom ne change donc pas grand chose, détaille Alexis Pinturault, l'un des favoris pour le classement général cette saison. Là je dois éliminer un peu de +tension+ grâce à une petite séance de sport dans l'après-midi, comme d'habitude les veilles de course".

Le nouveau cador du slalom français Clément Noël a lui prévu un "goûter" avec les enfants du club de ski de la station dans l'une des boulangeries de la famille Chevallot, chez qui il a vécu de 15 à 18 ans pour son apprentissage du haut niveau à Val d'Isère.

Il a ensuite rendez-vous à 18h30 au centre de Val d'Isère pour le tirage au sort public du slalom, qui concerne les 15 meilleurs mondiaux de la discipline (et donc Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet), les autres étant déterminés lors de la réunion des capitaines. Dimanche, avec des conditions météo plus clémentes annoncées, le réveil sonnera donc de nouveau vers 6h pour une première manche à 09h30, et avant la deuxième manche prévue à 12h30.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !