Pour "meurtre aggravé" :

La mère de la petite Vanille toujours en garde à vue


Publié / Actualisé
La mère de la petite Vanille, un an, retrouvée morte dimanche à Angers dans un conteneur à vêtements, était toujours en garde à vue lundi matin pour "meurtre aggravé", a indiqué le procureur d'Angers.
La mère de la petite Vanille, un an, retrouvée morte dimanche à Angers dans un conteneur à vêtements, était toujours en garde à vue lundi matin pour "meurtre aggravé", a indiqué le procureur d'Angers.

Nathalie Stephan, 39 ans, qui a avoué avoir tué son enfant vendredi, devrait être déférée au parquet lundi soir ou mardi matin, a précisé à l'AFP le procureur Eric Bouillard.

L'examen médical de la mère n'a pas révélé de "contre-indication" à sa garde à vue, a-t-il précisé. Le magistrat devrait ouvrir une information judiciaire pour "meurtre aggravé". L'autopsie du corps de l'enfant doit avoir lieu lundi après-midi et ses résultats seront connus dans la soirée. Des auditions auront par ailleurs lieu dans la journée de lundi.

La mère avait été retrouvée seule dimanche matin dans un hôtel de Nantes. Elle a avoué durant sa garde à vue "avoir donné la mort à son enfant vendredi, avant même l'heure à laquelle elle devait le remettre" à sa référente de l'aide sociale à l'enfance (ASE), avait indiqué le procureur dimanche.

Nathalie Stephan, qui présente des troubles psychiatriques importants, a fourni des explications "un peu fantaisistes", selon le procureur, indiquant dans un premier temps avoir confié son enfant à une amie, puis l'avoir tué "par étouffement ou strangulation".

Mme Stephan était hébergée depuis un an dans le centre maternel d?Angers, un foyer pour femmes enceintes et mères isolées. Sa fillette avait été confiée à l'ASE et placée dans une famille d'accueil par le juge des enfants, mais elle pouvait continuer à voir sa mère régulièrement pendant un temps donné durant la semaine.

La mère avait quitté le foyer vendredi à 11H00 et aurait dû ramener sa fille à 17H30 à sa référente de l?ASE. "A aucun moment la mère n'avait par le passé mis en danger l'un ou l'autre de ses enfants", a souligné le procureur dimanche soir.

AFP

   

1 Commentaire(s)

Jacques, Posté
Elle avait déjà un enfant placé, et elle en a eu une autre par la suite, placée également. Jusqu'à combien d'enfants peut-on faire comme ça, alors qu'on ne peut pas s'en occuper ?
A un moment, il faudrait se poser les bonnes questions !