Politique allemande :

Mobilisation en ex-RDA contre les "pactes" électoraux avec l'extrême droite


Publié / Actualisé
L'élection du président de Thuringe grâce à l'extrême droite a provoqué un séisme en Allemagne: des milliers de personnes manifesteront samedi à Erfurt, capitale de cette région d'ex-RDA paralysée par la recomposition politique en cours.
L'élection du président de Thuringe grâce à l'extrême droite a provoqué un séisme en Allemagne: des milliers de personnes manifesteront samedi à Erfurt, capitale de cette région d'ex-RDA paralysée par la recomposition politique en cours.

Quelque 10.000 personnes sont attendues samedi après-midi à cette mobilisation sous le mot d'ordre "Pas avec nous, pas de pacte avec les fascistes: jamais et nulle part!"

La manifestation est organisée par des ONG, artistes, syndicalistes et responsables politiques, unis dans l'alliance #Unteilbar ("indivisible" en français) et soutenus par de nombreux mouvements tels que Fridays for Future ou Bund. L'élection surprise le 5 février du libéral Thomas Kemmerich, grâce aux voix coalisées de la droite conservatrice et de l'extrême droite avait déjà provoqué nombre de rassemblements spontanés dans toute l'Allemagne.

- "Fin d'un tabou" -

Face au tollé, ce candidat du petit parti libéral FDP a jeté l'éponge 24 heures après son élection à une très courte majorité. Mais pour les organisateurs de la manifestation, le mal est fait. "Cette élection marque la fin d'un tabou", s'est ému dans la presse allemande Maximilian Becker, porte-parole de l'alliance. "Nous voulons montrer que ce qui se passe en Thuringe ne restera pas sans réponse".

Signe de la tension dans tout le pays, plusieurs locaux du FDP sont devenus depuis plusieurs jours la cible d'attaques dans toute l'Allemagne, rapporte le Spiegel.

D'autant que l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), le parti d'extrême droite créé en 2013, compte bien continuer à dynamiter le jeu politique allemand. En Thuringe, les institutions restent ainsi paralysées depuis plus d'une semaine.

L'extrême droite, accusée par Angela Merkel de vouloir "détruire la démocratie", menace désormais de porter ses suffrages, en cas de nouvelle élection à la tête de cette région enclavée, sur Bodo Ramelow. Cette personnalité de la gauche radicale était à la tête de la région jusqu'en 2019 et refuse catégoriquement tout apport de voix de l'autre extrémité de l'échiquier politique.

Les partis hors AfD doivent se réunir lundi à Erfurt pour trouver une porte de sortie à cette crise. Nouvelles élections? Coalition minoritaire? Plusieurs options sont sur la table pour gouverner cette région, concentré des incertitudes qui traversent le paysage électoral allemand.

L'onde de choc de cette crise politique continue d'ailleurs de se propager au delà des frontières du Land, dans une Allemagne confrontée à la fin, au plus tard en 2021, de l'ère Angela Merkel, au pouvoir depuis 14 ans.

- "Marche funèbre" -

Elle a ainsi provoqué la chute de la dauphine d'Angela Merkel, Annegret Kramp-Karrenbauer, qui a renoncé à la course à la chancellerie, faute d'être obéie par des cadres de son parti.

Certains membres du parti conservateur CDU, en particulier dans les régions d'ex-Allemagne de l'Est, sont en effet tentés par un rapprochement avec l'extrême droite, particulièrement puissante dans ces régions.

La rhétorique de l'AfD passe bien dans l'ex-RDA communiste, économiquement plus pauvre. En Thuringe, le revenu moyen annuel s'élevait ainsi en 2018 à 35.701 euros, contre 42.962 euros en moyenne en Allemagne, selon l'Office des statistiques.

Si le chômage y est à peine supérieur au taux fédéral (5,3% contre 5%), la Thuringe souffre d'être délaissée par les jeunes générations et d'un grave déficit de natalité. Plus d'un habitant sur 4 (25,7%) y est âgé de plus de 65 ans (21,5% en Allemagne).

Cette mobilisation contre l'extrême droite intervient aussi en pleines commémorations de la libération des camps nazis et du bombardement de la ville de Dresde il y a 75 ans.

Près de 1.500 militants néonazis, et de nombreux contre-manifestants, sont ainsi attendus samedi, sous étroite surveillance policière, dans cette ville de Saxe samedi. Ils défileront en une "marche funèbre" cultivant le mythe d'une "ville martyre", injustement sacrifiée par les Alliés.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !