Onze villes en quarantaine :

Coronavirus en Italie: combattre la peur


Publié / Actualisé
Personnes en panique, en proie à des angoisses de mort, perdant contact avec la réalité... le nouveau coronavirus en Italie et les mesures spectaculaires pour l'enrayer ont créé une "épidémie de peur" parallèle à la crise sanitaire, selon des psychologues.
Personnes en panique, en proie à des angoisses de mort, perdant contact avec la réalité... le nouveau coronavirus en Italie et les mesures spectaculaires pour l'enrayer ont créé une "épidémie de peur" parallèle à la crise sanitaire, selon des psychologues.

L'annonce de premiers décès en Italie et la mise en quarantaine de plus de 50.000 personnes dans onze villes du Nord, la fermeture des écoles et l'annulation des rassemblements sportifs et culturels ont créé une véritable psychose en début de semaine, racontent des professionnels.

Celle-ci s'est d'abord manifestée par la prise d'assaut de supermarchés, typique d'une "angoisse de mort", selon la psychiatre Rossella Candela, à Rome. "Certains s'adaptent. D'autres agissent comme s'ils étaient sous les bombardements durant la Seconde Guerre mondiale", explique-t-elle par téléphone.

La ruée sur les masques - quasiment introuvables désormais dans les pharmacies du Nord - participe du même phénomène. Passé le premier mouvement de panique, reste une angoisse permanente, régulière, alimentée par la rupture de la normalité.

"Certaines dispositions ont accru l'anxiété: la fermeture des écoles, des églises... Dans nos petits villages lombards, l'annulation de la messe, c'est fou, c'est du jamais vu", souligne Alessandra Braga, psychothérapeute à Brescia (Lombardie, nord). "J'ai passé la journée de lundi dans mon cabinet à tenter de ramener mes patients à la réalité", raconte-t-elle à l'AFP.

Ecoles et bureaux fermés oblige, "beaucoup passent la journée à la maison à regarder la télé, ça ne parle que du coronavirus, c'est totalement anxiogène. J'essaye de les convaincre de sortir, de s'aérer", poursuit Mme Braga. Mais, constate-t-elle, "c'est comme une épidémie émotive. Et c'est très difficile à gérer, l'émotivité".

- Peur et racisme anti-chinois -

Depuis le début de la crise, les autorités italiennes ont insisté sur le côté préventif des mesures et rassuré en parlant de "situation sous contrôle". Mais pour le psychologue Gabriele Zanardi, exerçant à Pavie (Lombardie), "le problème naît de l'interprétation: fermer les écoles, la quarantaine sont des mesures de prévention, mais les gens les voient comme la preuve que la catastrophe est là. Ce sont des mesures +choquantes+, alors qu'en réalité elles sont raisonnables", explique-t-il.

Difficile de lutter face à la peur suscitée par "quelque chose d'intangible, d'invisible, comme l'est un virus", reconnaît-il. "Du coup on cherche à donner un visage à cet ennemi invisible: ce sera le Chinois, la personne enrhumée...".

A Milan, le quartier chinois est désert depuis trois jours: commerçants et restaurateurs ont pris les devants et préféré fermer boutique. Par peur d'être ostracisés dans une région gouvernée par la Ligue d'extrême droite de Matteo Salvini.

A Turin, après l'annonce du premier mort de l'épidémie, une Chinoise de 40 ans a été rouée de coups dans la rue par des inconnus qui ont crié: "tu as le virus, va-t'en sinon je te tue".

"L'Italie est devenue un pays qui a peur", s'inquiète auprès du journal La Stampa Mariella Enoc, directrice de l'hôpital Bambino Gesu à Rome. "Les phobies concernant ce virus sont en train de prendre le pas sur la raison et la parole scientifique".

- Humour -

Pour les psychologues interrogés par l'AFP, le problème le plus inquiétant vient des "fake news" qui tournent en boucle. La fausse annonce de la fermeture de toutes les écoles italiennes jusqu'au 5 mars a dû faire l'objet d'un démenti officiel mardi.

Les théories complotistes s'emballent: le virus resterait actif jusqu'à six jours sur les paquets en provenance de Chine, l'épidémie viserait à tuer l'économie de la riche Lombardie...

Paradoxalement, les gens en quarantaine apparaissent moins inquiets que ceux qui se trouvent à l'extérieur. "Ils sont confrontés à la réalité, alors que ceux de l'extérieur n'ont que la perception des choses", souligne Gabriele Zanardi.

Reste, heureusement, l'humour. C'est cette femme qui s'exclame: "Après une semaine enfermés à la maison, si mes enfants ne meurent pas du coronavirus, je les tue moi-même!".

Ou cette photo sur Twitter de paquets de penne (pâtes) sur des étalages vides, avec le commentaire suivant: "la grande défaite du coronavirus est de n'avoir pas su convaincre les Italiens d'aimer ces penne".

"Je pense qu'en termes de perception psychologique nous avons vécu le pic de terreur incontrôlée ces derniers jours", relativise M. Zanardi, en ajoutant: "petit à petit, la vie reprendra un peu de normalité. Et l'homme s'habitue. L'exceptionnel deviendra la routine".

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !