Epidémie :

En Italie, Macron affiche "la solidarité européenne" face au coronavirus


Publié / Actualisé
Le président français Emmanuel Macron a affirmé jeudi la nécessité d'une "solidarité européenne" face à la crise du coronavirus, en s'affichant aux côtés des dirigeants de l'Italie, le pays européen le plus touché par l'épidémie.
Le président français Emmanuel Macron a affirmé jeudi la nécessité d'une "solidarité européenne" face à la crise du coronavirus, en s'affichant aux côtés des dirigeants de l'Italie, le pays européen le plus touché par l'épidémie.

"Dans ce moment particulier, je suis très heureux d'être aux côtés de nos amis italiens", a déclaré Emmanuel Macron à son arrivée à Naples pour le 35e sommet franco-italien. "Il est important de montrer que les mesures sanitaires sont prises par chaque pays avec une coordination européenne très étroite", a-t-il ajouté aux côtés du Premier ministre italien Giuseppe Conte. Il a ainsi rappelé que les ministres de la Santé de l'Union européenne s'étaient réunis la veille à Rome.
Les pays voisins de l'Italie ont décidé de maintenir ouvertes leurs frontières, même si certains responsables politiques ont appelé à la mise en place de contrôles plus étroits.

Les autorités italiennes ont maintenu le sommet de Naples en dépit du choc provoqué dans le pays par la brutale apparition, ces derniers jours, de l'épidémie de pneumonie virale partie de Chine en décembre.

Avec 528 cas de personnes positives au virus et 14 morts, la péninsule est devenue une plateforme de diffusion sur le reste du continent. Rome a pris des mesures drastiques en plaçant onze villes en quarantaine dans le Nord, en Lombardie et Vénétie.

Cependant, aucun signe d'inquiétude n'était palpable dans les rues de Naples où Giuseppe Conte et Emmanuel Macron ont déambulé sans mesures d'hygiène visible sous un beau soleil de printemps. Très rares étaient les habitants ou les touristes à porter un masque de protection.

Présent à Naples, le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio a d'ailleurs appelé les touristes étrangers à ne pas fuir la péninsule, regrettant que les informations présentent toute l'Italie comme une zone à risque alors que seules quelques zones sont concernées. "Nos enfants vont à l'école. Si nos enfants vont à l'école, alors les touristes et les entrepreneurs peuvent également venir", a lancé M. Di Maio à la presse étrangère à Rome.

Pour sa part, Emmanuel Macron est arrivé en Italie après une visite organisée à la dernière minute à l'hôpital parisien où est décédé mercredi le premier Français victime du coronavirus. "On a devant nous une crise, une épidémie qui arrive (...) On va devoir l'affronter au mieux", a-t-il prévenu.
"Nous continuons de prendre les décisions qui s'imposent à la lumière de ce que les scientifiques et les médecins nous disent", a-t-il ensuite assuré à Naples.

- Climat apaisé -

Ce 35e sommet franco-italien, le premier depuis celui de Lyon (centre-est de la France) fin 2017, a été présenté comme celui de "la relance" des relations bilatérales après une période de tensions. Pendant plus d'un an, Paris et Rome ont mené une guerre des mots qui a culminé avec le rappel temporaire de l'ambassadeur français en Italie, la plus grave crise diplomatique transalpine depuis 1945.

L'ex-ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini, patron de la Ligue, un parti d'extrême droite, avait pris pour cible privilégiée Emmanuel Macron, dont il avait fustigé l'"arrogance" et l'"hypocrisie" en matière d'immigration.

De son côté, Emmanuel Macron avait fait de Matteo Salvini son "opposant principal" en Europe et avait fustigé la "lèpre nationaliste". Les relations se sont progressivement apaisées depuis l'avènement, en septembre 2019, d'un gouvernement de coalition entre le Mouvement 5 Etoiles (M5S, anti-establishment) et le Parti démocrate (centre gauche), Matteo Salvini retournant dans l'opposition.

Paris et Rome sont désormais "sur la même ligne" sur de nombreux dossiers européens, comme celui de l'accueil des migrants en Méditerranée. A l'occasion du sommet - auquel participent 11 ministres français et 12 italiens - les deux pays devaient signer un accord pour soutenir la coentreprise Naviris, récemment créée par l'italien Fincantieri et le français Naval Group, et discuter de l'avenir de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, qu'ils espèrent faire financer à hauteur de 50% par des fonds européens.

Autre sujet de friction il y a peu, le dossier libyen fait désormais l'objet d'un "alignement", selon la présidence française, entre Paris et Rome, qui travaillent à la relance de la mission navale Sophia, désormais centrée sur le contrôle de l'embargo sur les armes à destination de la Libye.

MM. Macron et Conte devaient affirmer leur volonté de signer dans les prochains mois le Traité du Quirinal (nom du siège de la présidence italienne), annoncé en 2017, pour donner "un cadre plus stable et ambitieux" à la coopération franco-italienne.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !