Sports et covid-19 :

Salaires, mercato? La Fifa se veut "flexible" face au coronavirus


Publié / Actualisé
Se voulant "flexible" en pleine crise sanitaire, la Fifa a recommandé lundi de trouver des accords salariaux dans les clubs, fragilisés financièrement, et de reporter le mercato d'été et les éventuelles fins de contrats pour pouvoir achever la saison, selon des sources proches de l'instance.
Se voulant "flexible" en pleine crise sanitaire, la Fifa a recommandé lundi de trouver des accords salariaux dans les clubs, fragilisés financièrement, et de reporter le mercato d'été et les éventuelles fins de contrats pour pouvoir achever la saison, selon des sources proches de l'instance.

C'est le résultat d'une réflexion entamée le 18 mars par un groupe de travail, au lendemain de l'annonce du report inédit à 2021 de l'Euro de football: puisque la pandémie de coronavirus a eu "un impact majeur" sur les revenus des clubs, précipitant certains au bord du dépôts de bilan, le football "doit trouver des solutions justes et équitables (...) avec l'objectif de protéger des emplois", estime la Fifa, selon des sources interrogées par l'AFP.

Dans un ensemble de directives établies en accord avec les confédérations et qui vont être transmises aux 211 fédérations membres, l'instance basée à Zurich encourage "fortement les clubs et les joueurs" à collaborer pour trouver des accords pendant la suspension des compétitions nationales et internationales.

La Fifa suggère d'étudier quelles mesures sont envisageables, "y compris des mesures gouvernementales" pour soutenir les clubs et les joueurs, que les salaires "soient retardés ou réduits" et si un système d'assurance peut s'appliquer.

- Contrats prolongés au-delà du 30 juin ? -

Si clubs et joueurs ne peuvent tomber d'accord, essentiellement sur une baisse du salaire déjà mise en ?uvre par plusieurs clubs en Europe mais contestée par certains joueurs, des litiges seront alors soumis à la Fifa. L'instance vérifiera dès lors notamment s'il y eu une "véritable tentative" du club de trouver un accord avec les joueurs, quelle est la situation économique du club et si les joueurs ont été traités de façon "juste".

Si en Allemagne, Espagne ou Italie, les sacrifices salariaux de joueurs se multiplient face à la crise du coronavirus, la Premier League anglaise espère pour sa part obtenir 30% de baisse de salaires des footballeurs mais ces derniers se montrent réticents malgré la pression de l'opinion.

L'attaquant Wayne Rooney, ancien capitaine de l'Angleterre, a affirmé dimanche que les footballeurs professionnels, fustigés par certains membres du gouvernement parce qu'ils tardaient à accepter de baisser leurs salaires, sont "des cibles faciles".

La Fifa suggère également que les contrats des joueurs, ce qui inclut les prêts, "soient prolongés jusqu'à la fin de la saison actuelle", c'est-à-dire au-delà du 30 juin, afin de préserver "l'intégrité et la stabilité" sportive. Si la saison s'étire pendant l'été, de telles prolongations permettraient par exemple à un club comme le Paris SG de conserver jusqu'au terme de l'exercice son avant-centre Edinson Cavani ou son capitaine Thiago Silva, qui sont en principe libres de tout contrat au 1er juillet.

- La Fifa mise sur son "autorité morale" -

Certes, ces directives de la Fifa ne sont que des recommandations car c'est le droit national, notamment le droit du travail qui s'applique dans chaque Etat. Mais ces consignes "sont importantes et étaient attendues dans la mesure où la Fifa a une autorité morale très forte", estime une source proche de l'instance.

Concernant le mercato estival, dont les dates sont habituelles très encadrées, la Fifa permettra de "repousser les fenêtres de transferts pour qu'elles tombent entre la fin de la saison en cours et le début de la prochaine". La fédération internationale, qui promet de se montrer "flexible" à ce sujet, s'assurera cependant qu'un niveau de "coordination" existe entre les différents pays.

Une mesure réclamée par plusieurs dirigeants de club, comme le nouveau président de Rennes (France), Nicolas Holveck: "Si le championnat doit se finir après le 30 juin, ce qui est plus qu'une probabilité, et si on veut que l'équité soit respectée, forcément il faudra que les contrats se terminant au 30 juin ou les contrats de prêt soient prolongés pour que les clubs puissent finir avec leur effectif", a-t-il déclaré dimanche lors d'une conférence téléphonique. "Le premier niveau, c'est le droit du travail, il prévaudra. Et le deuxième, c'est la Fifa, qui a un rôle important à jouer avec la période de mercato", a-t-il ajouté.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !