Le bilan humain approche les 11.000 morts :

Coronavirus: confinement prolongé dans une France en récession


Publié / Actualisé
Le confinement de la population va être prolongé en France, que l'épidémie de coronavirus a déjà plongé dans une récession économique historique et où le bilan humain ne cesse de s'alourdir, approchant des 11.000 morts.
Le confinement de la population va être prolongé en France, que l'épidémie de coronavirus a déjà plongé dans une récession économique historique et où le bilan humain ne cesse de s'alourdir, approchant des 11.000 morts.

Déjà prolongé une fois jusqu'au 15 avril, le confinement va se poursuivre au delà de cette date et le président Emmanuel Macron s'adressera lundi soir aux Français pour présenter ses décisions concernant la lutte contre l'épidémie durant les prochaines semaines, a indiqué l’Élysée.

La présidence n'a pas précisé la durée de cette nouvelle prolongation, dont l'annonce était attendue.

Le chef de l'Etat devrait également aborder la situation économique et sociale, alors que l'épidémie, qui a mis à l'arrêt une bonne partie des activités du pays, a déjà précipité la France dans une récession historique. La Banque de France a en effet estimé mercredi que le PIB s'était effondré de 6% de janvier à mars, soit la pire performance trimestrielle depuis 1945.

L'activité générale a notamment été inférieure d'environ un tiers (-32%) à la normale sur les quinze derniers jours de mars.

"L'impact (économique) sera considérable, il est encore beaucoup trop tôt pour l'apprécier" totalement, a mis en garde mercredi après-midi le Premier ministre Edouard Philippe devant le Sénat.

Face à cette crise sans précédent, l’État se tient prêt à renflouer le capital d'Air France et de Renault, a indiqué le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, alors que la Bourse de Paris a fini la journée à l'équilibre, après deux journées de forte hausse.

En dépit de ces nouvelles sombres, l'annonce d'une prolongation du confinement n'est pas une surprise.

Dans son dernier avis, rendu public mardi soir, le Conseil scientifique avait en effet mis plusieurs conditions à sa fin: que la "saturation" des services de réanimation soit "jugulée", une "réduction du nombre de cas Covid-19 sur le territoire national" et que les "mesures de contrôle" qui prendront le relais soient "opérationnelles".

- Nouvelles restrictions -

Sur les modalités même du confinement, de nouvelles restrictions sont entrées en vigueur mercredi, alors qu'autorités et soignants craignent un relâchement avec la conjonction des beaux jours et des vacances de Pâques (en zone C pour le moment, Ile-de-France et Occitanie).

Dans la capitale et cinq autres départements franciliens, toute activité sportive individuelle est désormais interdite de 10h00 à 19h00, face au nombre inhabituel de "joggeurs" multipliant les sorties.

Mercredi matin, le long du canal Saint-Martin à Paris, ils étaient nombreux à courir au soleil ou à pratiquer ping-pong, tai-chi, rollers ou stretching, avant que les policiers ne sifflent la fin de la partie.

La ville de Béziers a de son côté carrément fait enlever tous ses bancs publics.

La France a enregistré mercredi un nouveau très lourd bilan quotidien dans les hôpitaux, avec 541 décès supplémentaires en 24 heures, soit un total de 7.632 depuis début mars. S'y ajoutent 3.237 morts déjà recensés dans les Ehpad et établissements médico-sociaux (qui n'ont pu mettre à jour leurs chiffres mercredi en raison d'un "problème technique"), soit un total de 10.869 décès.

Au total, 7.148 patients gravement atteints sont en réanimation, "un record absolu en France", signe que l'épidémie "est toujours très active" a relevé le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !