Football :

Avec une passe, un but, Benzema emmène le Real vers le titre de champion d'Espagne


Publié / Actualisé
La garantie Karim Benzema: avec un but et une passe, l'avant-centre français est redevenu décisif pour offrir la victoire au Real Madrid contre Alavés vendredi (2-0), lors de la 35e journée de Liga, et quatre points d'avance sur Barcelone dans le sprint final pour le titre.
La garantie Karim Benzema: avec un but et une passe, l'avant-centre français est redevenu décisif pour offrir la victoire au Real Madrid contre Alavés vendredi (2-0), lors de la 35e journée de Liga, et quatre points d'avance sur Barcelone dans le sprint final pour le titre.

Le brassard lui a donné des ailes: en l'absence de Sergio Ramos, c'est un Benzema capitaine qui a transformé le penalty provoqué par l'électrique Ferland Mendy (11e) avant de servir Marco Asensio, qui n'a eu qu'à pousser le ballon dans la cage vide (51e) pour sceller la victoire.

La Maison blanche a fait un pas de plus vers un 34e sacre en Liga, à trois journées de la fin du championnat (19 juillet). Mais cette victoire contre un Alavés à la lutte pour le maintien (17e) risque de faire encore une fois jaser en Espagne.

- Encore un penalty -

Tancés pour des décisions arbitrales qui leur sont souvent favorables, les Merengues se sont encore imposés vendredi grâce à un penalty validé à la limite de la surface de réparation, puis un deuxième but d'Asensio refusé dans un premier temps pour un hors-jeu de Karim Benzema, puis très justement accepté avec l'aide du VAR par l'arbitre Rodriguez Carpallo, entré à la pause pour son premier match en Liga à la place de Gil Manzano, touché à une cheville.

On a cru que Benzema (32 ans) ne reviendrait pas après la mi-temps: avant de céder sa place à Eden Hazard (82e) en se plaignant de l'arrière de sa cuisse droite, l'attaquant français, auteur vendredi de son 18e but et sa 8e passe décisive en Liga cette saison, a posé un genou à terre avant la pause, entouré des médecins du Real, et s'est plaint en grimaçant d'un coup reçu à la nuque.

Mais "KB9", en plein boum pour la meilleure saison de sa carrière au Real, est bien revenu fouler la pelouse du petit stade Di Stefano, deux semaines après sa talonnade magique pour Casemiro, et emmené dans son sillage le Real. Le Barça se déplace samedi (17h30 GMT) à Valladolid.

- Locomotive Mendy -

La Maison blanche avait perdu certains de ses meilleurs remparts -Dani Carvajal et Ramos suspendus, Nacho et Marcelo blessés- mais elle a pu compter sur un Thibaut Courtois qui a encore confirmé son rang de meilleur gardien d'Espagne, un Luka Modric en forme, et surtout un latéral français cinq étoiles, Ferland Mendy, qui a réussi à faire oublier tous les absents.

La locomotive Mendy (25 ans) a sans doute signé vendredi son meilleur match depuis son arrivée au Real en juillet 2019 pour six ans et 48 M EUR : il a multiplié les appels dans son couloir gauche, n'hésitant à se proposer en attaque tout en remportant presque tous ses duels défensifs, en s'appuyant toujours sur son physique au-dessus de la moyenne, et a provoqué le penalty transformé par Benzema (11e).

Avec le retour d'Hazard, la confirmation Mendy constitue un gros point positif pour Zidane, qui a perdu au même poste le Brésilien Marcelo pour la fin du championnat, à cause d'une blessure à l'adducteur gauche annoncée ce vendredi.

Impressionnant d'efficacité et avec une capacité froide à gérer son match, le Real de Zidane a encore une fois prouvé sa main-mise sur la Liga: c'est son 8e succès d'affilée depuis la reprise.

On voit mal ce qui pourrait désormais empêcher le Real de rafler un 34e titre de champion d'Espagne, qui serait le deuxième de "Zizou" entraîneur : en cas de défaite du Barça samedi et de victoire du Real lundi contre Grenade, le titre sera acquis.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !