Football :

C1 : "Pep" ou "Zizou", en quart de finale, il n'en restera qu'un


Publié / Actualisé
L'avènement de Zinédine Zidane au Real Madrid doit beaucoup aux succès barcelonais de Pep Guardiola, et les deux techniciens s'apprécient. Mais vendredi, les entraîneurs du Real et de Manchester City lutteront d'égal à égal pour une place en quarts de Ligue des champions (21h00).
L'avènement de Zinédine Zidane au Real Madrid doit beaucoup aux succès barcelonais de Pep Guardiola, et les deux techniciens s'apprécient. Mais vendredi, les entraîneurs du Real et de Manchester City lutteront d'égal à égal pour une place en quarts de Ligue des champions (21h00).

Deux profils similaires, jeunes et brillants. Deux anciens joueurs consacrés devenus entraîneurs triomphants, et qui s'affrontent vendredi soir à Manchester dans un huitième de finale retour aux enjeux immenses et aux allures de partie d'échecs. Dans son stade à huis clos, l'équipe de Guardiola se présentera avec un avantage certain, cinq mois et demi après avoir renversé le onze de Zidane à Madrid (1-2). Soit la première victoire des "Citizens" contre le Real en cinq confrontations européennes, après 2 nuls, 2 défaites sous les ordres de Roberto Mancini puis Manuel Pellegrini.

Guardiola jouit, en outre, d'un ascendant psychologique certain, puisqu'il a battu 10 fois le Real en 18 rencontres, pour 4 nuls et 4 défaites, que ce soit avec le Barça, le Bayern ou maintenant City. Mais cinq mois et demi se sont écoulés depuis et Madrid n'est plus l'équipe sous pression de l'aller, qui risquait de voir s'envoler en quelques jours ses espoirs de titres aussi bien nationaux qu'européens.

Zidane semble avoir retrouvé sa "patte" puisque son équipe a enchaîné 10 succès de rang depuis le redémarrage de la saison pour reprendre le titre espagnol à l'ennemi juré barcelonais.

- Zidane dans son jardin -

C'est donc en toute confiance que Zidane va retrouver son "jardin", la Ligue des champions, où il n'a jamais mordu la poussière comme entraîneur. Nommé en 2016 pour être le "Guardiola du Real" en imitant les succès de "Pep" au Barça (2008-2012), "Zizou" a guidé à trois reprises la "Maison blanche" jusqu'au titre lors de son premier mandat merengue (2016-2018), avant de revenir aux commandes au printemps 2019.

Le journal Marca l'a même récemment qualifié de "Harry Houdini de la Coupe d'Europe, un vrai roi de l'évasion des situations critiques", rappelant des qualifications improbables, comme le penalty de Cristiano Ronaldo, tout au bout du temps additionnel qui avait permis d'éliminer la Juventus en quart en 2018 (3-0, 1-3) ou la renversante qualification contre Wolfsbourg en 2016 (0-2, 3-0) au même stade. "Mon boulot, c'est de transmettre un sentiment de calme dans les moments difficiles. Être tranquille, patient, positif", a-t-il expliqué en juin.

De quoi rendre Guardiola admiratif: "Faire ce qu'il a fait, gagner trois Ligues des champions de suite, remporter deux fois la Liga face à Barcelone qui a dominé cette compétition comme aucun autre club, ça montre ses capacités", a-t-il confié à la plateforme sportive DAZN récemment. "Je suis très heureux que les choses se passent bien pour lui parce que c'est très bien pour le football que ça aille bien pour des gens comme lui", avait-il poursuivi.

- City n'est plus dos au mur -

Pep, qui avait remporté 14 titres dont deux C1 en quatre saisons au Camp Nou, a continué à truster les trophées nationaux en Allemagne et en Angleterre, mais il court après la gloire continentale depuis 2011. Une ombre sur son palmarès comme il l'a reconnu en début d'année, assurant que son passage à City serait "un échec" s'il n'était pas couronné par une victoire en Ligue des champions.

Grâce à l'annulation de son exclusion pour deux ans de toutes compétitions européennes prononcé récemment par le Tribunal arbitral du sport (TAS), City n'est plus dos au mur, puisqu'il disputera encore la C1 l'an prochain. Mais la formule à match unique et sur terrain neutre, à Lisbonne, à partir des quarts, accroît encore l'incertitude quand il faut tout jouer sur un soir.

Avec la Juve ou Lyon comme adversaires potentiels en quart, puis Naples, Barcelone, le Bayern ou Chelsea en demie, City et Madrid ont hérité de la moitié de tableau la plus ardue et qui ne tolérera aucune faiblesse.

Être le premier à faire mettre genou à terre à Zidane en Ligue des Champions serait un signal fort et donnerait finalement raison à "Zizou" qui ne cesse de clamer que "Guardiola est le meilleur entraîneur du monde".

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !