[LIVE] Les mesures se durcissent en Europe :

Un reconfinement de quatre semaines envisagé dès ce jeudi minuit


Publié / Actualisé
L'heure de trancher pour Emmanuel Macron: face à l'aggravation "exponentielle" de l'épidémie de Covid-19, le président doit décider et annoncer mercredi aux Français d'impopulaires nouvelles restrictions qui pourraient aller jusqu'au reconfinement du pays, toutefois moins strict qu'au printemps. Selon BFM TV, un reconfinement de quatre semaines serait envisagé sur tout le territoire national, dès ce jeudi minuit. Suivez notre live (Photos AFP)
L'heure de trancher pour Emmanuel Macron: face à l'aggravation "exponentielle" de l'épidémie de Covid-19, le président doit décider et annoncer mercredi aux Français d'impopulaires nouvelles restrictions qui pourraient aller jusqu'au reconfinement du pays, toutefois moins strict qu'au printemps. Selon BFM TV, un reconfinement de quatre semaines serait envisagé sur tout le territoire national, dès ce jeudi minuit. Suivez notre live (Photos AFP)
  • IPR

    Les mesures se durcissent en Europe

    La Suisse ordonne l'interruption des cours en présentiel à l'université à partir de début novembre. Les rassemblements vont également être limités à 50 personnes, tandis que les activités sportives et culturelles seront ramenées à 15 personnes au maximum.

    L'Allemagne se reconfirme partiellement du 2 au 30 novembre. Angela Merkel annonce que l'Allemagne va fermer ses restaurants, les institutions culturelles et de loisir à partir de lundi, et ce jusqu'au 30 novembre.

  • IPR

    Les écoles, collèges, lycées et services publics devraient rester ouverts, d'après une information de BFMTV.

  • IPR

    "La deuxième vague est là, nous devons tout faire pour qu'elle ne nous submerge pas" indique Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement

    Ce dernier s'est exprimé à l'issue du Conseil des ministres. Il n'a pas donné d'indications sur les annonces qui seront faites ce soir. Retrouvez son intervention :

  • IPR

    La Fédération hospitalière de France veut un reconfinement national immédiat

    La Fédération hospitalière de France (FHF) "appelle à un reconfinement national immédiat pour éviter la submersion du système de santé". Pour la FHF, "ce choix apparaît comme l'unique solution pour réussir à soigner tous les Français, qu'ils soient atteints du Covid, de toute autre pathologie lourde ou d'accidents graves de la vie".

    "Les données en termes de contamination, d’hospitalisation et d’admission en réanimation sont pires encore que les projections faites par l’Institut Pasteur et Santé publique France, que certains qualifiaient 'de pessimistes'", s'alarme la FHF.

    "Il faut des mesures radicales, et je préconise un reconfinement total", a estimé pour sa part sur France Inter ce mercredi le président de la Fédération hospitalière de France. Il s'est dit très inquiet de l'état des hôpitaux, alors "qu'on rentre dans une période qui sera très différente du mois de mars". "On entre dans l'hiver (en métropole - ndlr). Le combat va être long. La sollicitation des hôpitaux va être particulièrement marquée. On est à une période où on a d'autres épidémies. On ne pourra plus déprogrammer comme on l'a fait."

    Selon Frédéric Valletoux, il faut "enrayer massivement cette vague qui monte, parce qu'elle sera beaucoup plus dévastatrice pour le système hospitalier".

  • IPR

    Le député Philippe Naillet contre un reconfinement de La Réunion 

    En amont de l'allocution du président Emmanuel Macron, ce mercredi soir 28 octobre 2020, au cous de laquelle il devrait annoncer un reconfinement généralisé, le député de La Réunion Philippe Naillet lui adresse un courrier s'opposant à une telle mesure sur l'île. Le parlementaire préconise deux autres mesures : les tests obligatoires après le retour des voyageurs à La Réunion et un confinement strict à domicile ou en lieu dédié dans l'attente des résultats.

    Retrouvez la lettre dans son intégralité ici.

  • IPR

    "Un reconfinement n'est pas nécessaire à La Réunion, car notre département est sous contrôle"

    Le président de la CCIR Ibahim Patel fait le point sur les conséquences économiques d'un confinement à La Réunion.

    Suivez notre live ici.

  • IPR

    Contrairement au printemps, les oppositions se montrent très sévères avec le gouvernement

    Notamment pour son "manque d'anticipation" et la mise en scène d'une concertation qui serait de pure forme. "On a perdu un mois et demi dans des mesures de protection qui auraient pu endiguer l'avancée du virus. Aujourd'hui il n'y a plus d'autre solution, c'est trop tard. La deuxième vague c'est l'échec de la stratégie tester, tracer, isoler", a regretté le député LR Eric Ciotti sur Public Sénat.

    L'ancien président socialiste François Hollande a pour sa part estimé sur France Info que le déconfinement, dont était chargé Jean Castex, "a été trop rapide" en mai et que "la rentrée de septembre a été sûrement organisée de manière trop optimiste".

  • IPR

    De "nouvelles mesures" sont "indispensables", a affirmé le Premier ministre Jean Castex aux responsables politiques ainsi qu'aux partenaires sociaux

    "Le sentiment qu'on a, c'est que ça va durer quelques semaines et que le gouvernement essaie de trouver les moyens de préserver les écoles, les services publics" et "de maintenir un semblant de vie économique pour éviter une catastrophe", a résumé François Baroin, président de l'Association des maires de France.

    Le Premier ministre a annoncé aux responsables politiques que des débats suivis de votes sur la lutte contre le Covid-19 auraient lieu à l'Assemblée nationale jeudi matin et au Sénat l'après-midi.

  • IPR

    JH Ratenon : "Les mesures prises à l'échelle nationale ne doivent à mon sens pas être appliquées à La Réunion"

    "A l'attention de Monsieur le ministre des Outre Mers, Monsieur Sébastien Lecornu. En ma qualité de député, je suis de plus en plus interpellé par les gens, les chefs d'entreprises, qui m'expriment une certaine inquiétude face à l'évolution du coronavirus, notamment dans l'Hexagone. Un virus tueur puisqu'il a déjà causé plus d'1 millions 150 milles décès dans le monde et pourrait atteindre même les 1,5 millions de morts d'ici la fin 2020, début 2021. (...)

    Toutefois, Monsieur le Ministre, devant la menace d’un reconfinement et d’une aggravation sanitaire, devant les conséquences sociales et économiques qu’auront ces annonces ;

    Au vu d’une situation trop tendue et des tensions psychologiques déjà palpables au sein de la population, je souhaiterai qu’une discussion s’ouvre dès à présent avec les représentants de la Réunion car une catastrophe de plus doit être évitée. Cette consultation doit se faire avant même que la représentation nationale soit saisie sur la question, une saisine qui devrait avoir lieu surement avant la fin de cette semaine. Et dans l’attente de cette concertation, les mesures prises à l’échelle nationale ne doivent à mon sens pas être appliquées à La Réunion."

    Lire la tribune ici.

  • IPR

    Anaïs Patel propose des mesures plus strictes mais pas de reconfinement total pour la Réunion

    Nos indicateurs sanitaires actuels étant aucunement comparables à ceux de la France Métropolitaine (50 000 cas par jour), j'ai demandé au Président de la République de prendre des mesures plus strictes pour notre territoire mais d'exclure un reconfinement total. Sans minimiser l'ampleur de la crise sanitaire que nous traversons, nous devons anticiper les conséquences notamment sur l'emploi d'un éventuel reconfinement total.

    Plus d'infos par ici.

  • IPR

    Annonces : quels sont les scénarios possibles ?

    La situation sanitaire flambe en Métropole et le gouvernement s'alarme. Alors qu'Emmanuel Macron a convoqué deux conseils de défense, l'un ce mardi, l'autre ce mercredi, les théories et hypothèses en tout genre vont bon train : reconfinement partiel ou global, couvre-feu renforcé, zones en alerte maximale ou ensemble du territoire français...

    Des médias nationaux évoquent la possibilité d'un reconfinement de quatre semaines, dans toute la France. L'incertitude est palpable, à seulement un mois et demi des fêtes de fin d'année. Le président annoncera les nouvelles mesures choisies ce mercredi soir, à 23h heure de La Réunion.

    Plus d'informations dans notre papier dédié.

  • IPR

    Les compétitions sportives professionnelles seraient maintenues

    En cas de reconfinement les compétitions sportives professionnelles seraient maintenues, croit savoir lequipe.fr

    "Il n'y a pas de scénario dans lequel on considèrerait indispensable de devoir interrompre ou suspendre le sport professionnel" indique le média en citant une source à à l'Elysée. "Le sport professionnel continuera quel que soit le scénario retenu en termes de restrictions et de protocole sanitaire. Dans la diversité des solutions qui existent aujourd'hui pour adapter notre réponse à la situation du virus, aucune ne prévoit, à date, une suspension des activités du sport professionnel" a précisé la même source

     

    Lequipe.fr ne donne aucune précision concernant le sport amateur

  • IPR

    Le télétravail serait obligatoire

    Selon nos confrères d'Europe 1 , en cas de reconfinement "le télétravail serait rendu obligatoir" et "une liste plus importante de dérogations pour se déplacer pourrait être décidée"

     

     

  • IPR

    La chambre de commerce et d'industrie en conférence de presse

    La chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR) va tenir une conférence de presse ce mercredi à 14h30 "dans la perspetive des annonces du Président de la République et gouvernement sur un possible reconfinement - dans le contexte actuel de dégradation de la situation sanitaire sur le plan national et dans une moindre mesure à La Réunion - , dans une situation économique préoccupante avec un plan de relance non adapté".

     

  • IPR

    Selon BFM TV, un reconfinement national de 4 semaines sera mis en place dès jeudi, minuit

    "Le reconfinement de la population française, qui doit être confirmé mercredi par l'exécutif, prendra effet jeudi à minuit, selon nos informations" écrit BFM TV sur son site.

    - Il serait plus souple que le précédent
    - Une tolérance devrait être accordée à celles et ceux qui rentrent de vacances
    - Les écoles, collèges et lycées devraient rester ouverts, les universités devraient fermer

  • IPR

    Bonjour nous ouvrons ce live pour suivre ensemble l'actualité liée à la Covid-19

    De nouvelles restrictions vont être annoncées par le chef de l'Etat ce soir à 23h heure de La Réunion et certaines informations commencent déjà à tomber.

    Suivez notre direct

A propos

Macron tranche mercredi: deux semaines après le couvre-feu, le reconfinement ?

Deux semaines après avoir annoncé le couvre-feu pour 46 millions de Français, Emmanuel Macron est contraint de réduire encore la voilure, face à une "hausse exponentielle, dans une majeure partie de l'Europe, de l'épidémie", selon les termes mardi soir du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Le chef de l'Etat présidera un nouveau Conseil de défense mercredi matin, le deuxième en deux jours, avant le Conseil des ministres. Conjectures et rumeurs devraient suivre jusqu'aux annonces d'Emmanuel Macron à 20H00 à la télévision. "Tout peut bouger jusqu'au dernier moment", a prévenu un conseiller ministériel.

En attendant, l'exécutif prépare les esprits: de "nouvelles mesures" sont "indispensables", a affirmé le Premier ministre Jean Castex aux responsables politiques ainsi qu'aux partenaires sociaux conviés mardi soir à une réunion de concertation.

Même discours de Gabriel Attal qui a énuméré les mesures "possibles", "à savoir un élargissement du couvre-feu (ou) un confinement qui peut être (soit) territorialisé, (soit) national".

Le scénario du reconfinement national envisagé serait toutefois plus souple que celui de mars puisque les écoles et des commerces resteraient ouverts, à l'image de celui imposé en Irlande.

L'exécutif a également examiné l'hypothèse d'un renforcement du couvre-feu, qui touche actuellement 54 départements et quelque 46 millions d'habitants entre 21H00 et 06H00 du matin.

"Le sentiment qu'on a, c'est plutôt qu'on va vers un confinement, que ça va durer quelques semaines et que le gouvernement essaie de trouver les moyens de préserver les écoles, les services publics" et "de maintenir un semblant de vie économique pour éviter une catastrophe", a résumé François Baroin, président de l'Association des maires de France, à l'issue de la réunion.

"On a compris que la gravité était à un niveau important et que les décisions que le gouvernement s'apprête à prendre vont répondre à cette responsabilité", a déclaré Yves Veyrier, secrétaire général de FO après plus de deux heures de rencontre avec le Premier ministre.

- "Sentiment de panique" -

Jean Castex a annoncé aux responsables politiques que des débats suivis de votes sur la lutte contre le Covid-19 auraient lieu à l'Assemblée nationale jeudi matin et au Sénat l'après-midi.

Mais après une séance déjà houleuse de questions au gouvernement dans l'après-midi à l'Assemblée, les oppositions ont sonné la charge, critiquant un gouvernement en retard d'un métro et une fausse concertation.

"Rien n'a été mis sur la table" par le Premier ministre, a regretté Christian Jacob, le patron des Républicains, en déplorant "le sentiment d'improvisation, de panique, de manque d'anticipation" du pouvoir.

Marine Le Pen a mis en cause "la gestion complètement erratique de la crise sanitaire" tandis que le communiste Fabien Roussel a réclamé des "mesures cohérentes qui soient comprises par nos concitoyens".

Gabriel Attal a pour sa part fustigé ceux qui critiquent sans rien proposer, visant particulièrement Marine Le Pen, partie selon lui avant que Jean Castex n'ait répondu aux questions posées.

- La moitié des lits de réa -

La crainte des autorités est avant tout la saturation des services de réanimation: le nombre de patients en réanimation s'élevait mardi à 2.900, soit la moitié des 5.800 lits de réa disponibles dans toute la France, où l'épidémie a déjà fait plus de 35.000 morts. Le gouvernement a fait état mardi de 288 morts à l'hôpital pour les dernières 24h00 et 235 en Ehpad sur les quatre derniers jours.

Mardi, huit patients d'Auvergne-Rhône-Alpes ont été transférés en avion sanitaire vers les Pays de la Loire pour soulager les services de réanimation de la région. Au total, ce sont 25 malades qui devraient avoir été transférés d'ici à mercredi vers d'autres régions depuis la reprise de ces vols en fin de semaine dernière.

Plus de 33.000 nouveaux cas positifs confirmés ont été enregistrés mardi, en deçà du cap des 50.000 par jour atteint dimanche. Mais le professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, estime que le nombre réel de contaminations tournerait "autour de 100.000 cas par jour", une situation "critique" avec la crainte d'une deuxième vague "plus forte que la première".

Pour l'infectiologue Gilles Pialoux, il faut imposer un nouveau confinement, une "mesure drastique" indispensable car la circulation du virus "est hors de contrôle".

Mais attention, a mis en garde le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, dès lundi: "si on reconfine totalement comme on l'a fait en mars, ce n'est pas moins 10% de récession qu'on risque, c'est un écroulement de l'économie".

Avant même les annonces du chef de l'Etat, la ministre du Travail Élisabeth Borne a assuré les partenaires sociaux mardi soir de la prolongation au-delà du 1er novembre du reste à charge de 15% lorsqu'une entreprise n'a d'autre choix que de mettre tout ou partie de ses salariés en chômage partiel.

L'Alliance du commerce, qui représente 27.000 magasins, a demandé au gouvernement de maintenir les magasins ouverts "en journée et le week-end", craignant des "conséquences dramatiques à l'approche de la période des fêtes de fin d'année".

Afin d'éviter le vent de panique du printemps, les supermarchés ont assuré les consommateurs qu'ils seraient approvisionnés et qu'il n'y avait "pas besoin de faire du stock" de certains produits.

AFP

   

3 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Une situation difficile pour tout le monde ;
Et des décisions à prendre lourdes de conséquences pour la nation , mais devant ce virus inconnu il faut agir ..... et qui ne serait pas embêté pour décider .... qui peut dire : c est moi qui ai raison ???
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
ça part dans tous les sens les informations dans les médias . Le pouvoir Macronien met de l'huile sur le feu , confinement et il dit va travailler vraiment c'est la preuve d'une confusion mentale .Au fait, Emmanuel Macron sait-il qui il est vraiment ? C'est bien là toute la question.
Missouk, Posté
Si un reconfinement national est annoncé ce soir, ça va être un beau b... Et à la Réunion, on fait comment ? On suit le mouvement comme en mars-avril, alors que l'épidémie semble sous contrÃ'le ?