Justice :

Procès Fifa: jugement attendu pour Al-Khelaïfi et Valcke


Publié / Actualisé
Personnages-clés du football mondial, ils risquent désormais la prison: le patron de beIN et du PSG Nasser Al-Khelaïfi et l'ex-numéro 2 de la Fifa Jérôme Valcke connaîtront leur sort vendredi en Suisse dans une affaire de droits télévisés.
Personnages-clés du football mondial, ils risquent désormais la prison: le patron de beIN et du PSG Nasser Al-Khelaïfi et l'ex-numéro 2 de la Fifa Jérôme Valcke connaîtront leur sort vendredi en Suisse dans une affaire de droits télévisés.

Les trois magistrats du Tribunal pénal fédéral de Bellinzone liront à 13H30 locales (12H30 GMT) leur décision contre les deux prévenus, ainsi que contre Dinos Deris, un homme d'affaires grec absent pour raison de santé de l'audience tenue en septembre.

Dans cette affaire, le parquet avait demandé 28 mois d'emprisonnement contre M. Al-Khelaïfi, qui n'assistera pas au jugement en raison des restrictions sanitaires, 3 ans contre M. Valcke et 30 mois contre M. Deris, avec sursis partiel dans les trois cas.

Il s'agit pour la justice suisse de trancher pour la première fois l'un des multiples scandales qui entourent la Fifa depuis 2015, alors que les Etats-Unis ont déjà envoyé deux dirigeants latino-américains du football derrière les barreaux pour "racket".

- "Fantastique" contrat -

Ancien bras droit du patron déchu de la Fifa Sepp Blatter, Jérôme Valcke se voit reprocher d'avoir conclu dans le dos de son employeur un pacte avec Nasser Al-Khelaïfi, relevant de la "gestion déloyale" passible de cinq ans de prison.

Pour l'accusation, M. Valcke a monnayé son soutien à beIN en échange de "l'usage exclusif" d'une luxueuse villa sur la Côte d'Emeraude sarde, achetée pour lui 5 millions d'euros fin 2013 par une société brièvement détenue par Nasser Al-Khelaïfi.

L'ancien secrétaire général de la Fifa a admis avoir sollicité l'aide du dirigeant qatari pour financer la "Villa Bianca", quelques mois avant la signature en avril 2014 d'un contrat entre beIN et l'instance du football portant sur les droits en Afrique du Nord et au Moyen-Orient des Mondiaux-2026 et 2030.

Mais pour les prévenus, qui plaident chacun la relaxe, ces deux épisodes n'ont "rien à voir": ils ont l'un comme l'autre évoqué un arrangement "privé", assurant que verser des pots-de-vin n'aurait eu aucun sens tant beIN, seul en lice, a payé un montant très élevé dont la Fifa ne s'est jamais plainte.

Devenue un géant mondial des droits sportifs, la chaîne qatari a en effet déboursé 480 millions de dollars pour deux Coupes du Monde, soit 60% de plus que pour les Mondiaux-2018 et 2022, un contrat qualifié par M. Valcke de "stupéfiant", "fantastique", "sublime pour la Fifa".

- Vingtaine d'enquêtes en cours -

La défense de Nasser Al-Khelaïfi conteste de surcroît "l'instigation à la gestion déloyale", seule charge restante depuis que le parquet a dû abandonner celle de "corruption privée", en raison d'un accord fin janvier entre le patron de beIN et la Fifa.

Dans un dossier distinct mais joint à la même audience, Jérôme Valcke est accusé d'avoir touché 1,25 million d'euros de la part de Dinos Deris, en trois versements depuis le Liechtenstein, pour favoriser l'obtention des droits médias de plusieurs Coupes du monde en Grèce et en Italie.

Partie plaignante, la Fifa réclame "entre 1,4 et 2,3 millions d'euros" à son ancien secrétaire général pour avoir profité pendant 18 mois de la "Villa Bianca". Elle demande par ailleurs 1,25 million d'euros à M. Valcke et à Dinos Deris.

Au-delà du sort des trois prévenus, ce procès est un jalon important pour la justice suisse, qui abrite sur son sol la plupart des organisations sportives internationales, et a ouvert depuis cinq ans une vingtaine d'enquêtes autour de la Fifa.

En avril, le Tribunal pénal fédéral avait été contraint de clore un procès entamé en mars sur des soupçons de corruption dans l'attribution du Mondial-2006 à l'Allemagne: d'abord repoussé en raison du Covid-19, ce dossier impliquant l'ancien "Kaiser" du foot Frank Beckenbauer a été rattrapé par la prescription.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !