Un Français résidant au Port retenu en otage au Nigéria :

L'angoisse permanente des proches de Francis Collomp


Publié / Actualisé
Il y a huit jours ce jeudi 27 décembre 2012 que Francis Collomp, ingénieur français résident du Port, a été enlevé au Nigéria. Huit jours d'angoisse pour sa femme Anne-Marie, qui depuis plus d'une semaine, est sans nouvelles de son mari. Ce jeudi, entourée par ses soeurs, Gilda Marbois et Micheline Breda, Anne-Marie Collomp a de nouveau exprimé ses craintes pour son époux, et son sentiment d'être abandonnée par le Quai d'Orsay.
Il y a huit jours ce jeudi 27 décembre 2012 que Francis Collomp, ingénieur français résident du Port, a été enlevé au Nigéria. Huit jours d'angoisse pour sa femme Anne-Marie, qui depuis plus d'une semaine, est sans nouvelles de son mari. Ce jeudi, entourée par ses soeurs, Gilda Marbois et Micheline Breda, Anne-Marie Collomp a de nouveau exprimé ses craintes pour son époux, et son sentiment d'être abandonnée par le Quai d'Orsay.

Anne-Marie Collomp confie que "moralement, c’est très dur". "On est toujours sans aucune nouvelle. Le préfet était comme nous hier, sans plus de renseignements. On se sent vraiment délaissés, abandonnés. On ne sait pas comment il va", ajoute la femme de Francis Collomp. Agé de 63 ans, l’ingénieur français a été enlevé le mercredi 19 décembre 2012 à Rimi, dans l’Etat de Katsina au Nigéria, par une trentaine d’hommes lourdement armés. Francis Collomp souffre de problèmes cardiaques et doit prendre des médicaments quotidiennement, a informé Anne-Marie Collomp.

Gilda Marbois, de son côté, ne décolère pas face au manque de considération de la part du ministère des affaires étrangères. "Le Quai d’Orsay s’est engagé à nous appeler tous les jours, mais depuis samedi dernier, plus rien. Pourquoi s’engager si c’est pour ne pas rappeler ?", s’interroge-t-elle. "Si on ne nous considère pas comme Français parce qu’on est à La Réunion, Francis Collomp est lui un ‘vrai’ Français", ironise Gilda Marbois. "Alors, pourquoi est-ce qu’on ne nous tient pas au courant de la situation?".

Gilda Marbois s’inquiète pour son beau-frère mais aussi pour sa sœur. Anne-Marie Collomp ne travaille pas, rappelle-t-elle. Elle indique que la direction de la compagnie Vergnet, pour laquelle travaille Francis Collomp, leur a affirmé qu’il était "hors de question de laisser tomber" la femme de l’otage français. "Ils nous ont dit que les salaires de décembre et de janvier seront versés. Mais si par malheur, cette affaire devait durer plusieurs mois, qu’en sera-t-il ?", demande-t-elle.

En outre, elle s’étonne que lors de l’entretien avec Jean-Luc Marx ce mercredi 26 décembre, "la possibilité d’une piste mafieuse" n’a pas été écartée. Ce qu’elle ne comprend pas puisque le groupe islamiste Ansaru a revendiqué l’enlèvement. En effet, le dimanche 23 décembre, dans un communiqué, Ansaru a cité "le rôle majeur de la France dans l’attaque (planifiée) contre l’Etat islamique dans le Nord du Mali" comme l’une des causes de ce rapt. Les ravisseurs citent également la loi interdisant depuis 2011 la dissimulation du visage dans l'espace public en France et donc le port du voile islamique intégral par les femmes musulmanes, qui porte selon eux "atteinte aux droits religieux".

"Nous informons le gouvernement français que ce groupe va continuer à lancer des attaques sur le gouvernement français et les citoyens Français (...) en particulier en Afrique noire, tant qu'il ne changera pas sa position sur ces deux sujets", terminait Ansaru.

Rappelons que Francis Collomp est le neuvième Français à être détenu sur le sol africain. Parmi les huit autres, sept ont été enlevés au Sahel et un en Somalie.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !