Le ministre des Affaires étrangères reçoit des familles d'otages :

Quai d'Orsay - La famille de Francis Collomp "ne sera pas reçue maintenant"


Publié / Actualisé
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères a reçu ce jeudi 3 janvier 2013, les familles de quatre otages français enlevés il y a plus de deux ans dans le nord du Niger. "D'autres familles ont été reçues ce jour (vendredi - ndlr) a indiqué le porte-parolat du Quai d'Orsay ce vendredi 4 janvier. "La famille de M. Collomp sera reçue plus tard, mais nous n'avons pas encore de date pour le moment" a précisé la même source à Imaz Press Réunion. "Nous ne comprenons pas pourquoi une fois encore on ne nous prend pas en considération. Nous allons vraiment finir par croire que l'on prend les Réunionnais comme des Français de seconde zone", s'insurge Gilda Marbois, belle-soeur de Francis Collomp et porte-parole de la belle-famille de l'ingénieur français qui habite au Port avec son épouse Anne-Marie. L'ingénieur français a été enlevé au Nigéria le 19 décembre 2012.
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères a reçu ce jeudi 3 janvier 2013, les familles de quatre otages français enlevés il y a plus de deux ans dans le nord du Niger. "D'autres familles ont été reçues ce jour (vendredi - ndlr) a indiqué le porte-parolat du Quai d'Orsay ce vendredi 4 janvier. "La famille de M. Collomp sera reçue plus tard, mais nous n'avons pas encore de date pour le moment" a précisé la même source à Imaz Press Réunion. "Nous ne comprenons pas pourquoi une fois encore on ne nous prend pas en considération. Nous allons vraiment finir par croire que l'on prend les Réunionnais comme des Français de seconde zone", s'insurge Gilda Marbois, belle-soeur de Francis Collomp et porte-parole de la belle-famille de l'ingénieur français qui habite au Port avec son épouse Anne-Marie. L'ingénieur français a été enlevé au Nigéria le 19 décembre 2012.

Anne Marie Collomp, ses soeurs et ses frères ont appris par la presse nationale en ligne que Laurent Fabius, chef de la diplomatie française, avait reçu ce jeudi et ce vendredi des familles d'otages enlevés en Afrique. " Nous sommes contents pour ces familles car nous vivons la même peine et la même angoisse qu'elles" souligne Gilda Marbois. "En ce qui nous concerne, personne du Quai d'Orsay ne nous a contacté pour nous inviter à une rencontre avec le ministre Laurent Fabius ou avec le président de la République. Rien n'a été fait dans ce sens" s'étonne la belle-soeur de l'ingénieur français.

"Si la presse n'avait pas parlé de ces rencontres avec les autres familles nous n'aurions rien su. Ce n'est vraiment pas normal. Pourquoi personne ne nous dit rien, pourquoi nous ne sommes pas invités? Parce que nous sommes trop loin? Parce que nous sommes des Français de seconde zone?" s'interroge, très en colère, Gilda Marbois. Elle souligne qu'elle s'exprime "au nom de (sa) soeur, Anne Marie, l'épouse de Francis, et de toute sa famille à La Réunion. Tous ici nous nous sentons abandonnés, délaissés".

Elle se veut toutefois conciliante., "j'ai aussi lu dans la presse sur internet que des familles seraient reçues le 10 janvier. Nous allons attendre jusqu'à la fin de ce week-end peut-être qu'une invitation du ministère des Affaires étrangères arrivera d'ici là" dit-elle. "Ce qui est certain est que si nous ne sommes pas invités, nous nous inviterons nous mêmes" prévient-elle.

Interrogé ce vendredi par Imaz Press Réunion, le ministère des Affaires étrangères n'a donné aucune indication sur la date d'une rencontre entre Laurent Fabius, Anne Marie Collomp et ses proches. "La famille n'a pas encore été reçue par le ministre. Elle ne le sera pas maintenant. Elle le sera plus tard, mais nous n'avons pas encore de date pour le moment" a simplement indiqué le porte-parolat du Quai d'Orsay. Vendredi soir toujours, le service de presse de l'Élysée a été encore plus laconique. "Une rencontre entre la famille de M. Collomp et le président de la République ne figure pas à l'agenda officiel du Président" a toutefois précisé le service de presse avant d'ajouter "nous ne communiquons pas sur cette affaire".

Pour sa part Gilda Marbois prévient " j'espère vraiment que nous serons invités, sinon nous nous poserons de très sérieuses questions". Cela d'autant plus qu'"après s'être engagé à nous téléphoner quotidiennement, le Quai d'Orsay nous a laissé sans nouvelles pendant plusieurs jours. Il a fallu que l'on proteste dans la presse pour qu'il reprenne contact avec nous" se souvient-elle. "Quant à Monsieur le ministre des Outre-mers ce n'est que le 2 janvier, 14 jours après l'enlèvement de mon beau-frère qu'il a fait parvenir un courrier de soutien à ma soeur. Un courrier, rien d'autre, pas un appel téléphonique, un courrier qu'il a fait apporter par deux policiers" ne décolère pas la belle-soeur de Francis Collomp.

À noter que ce n'était pas la première visite de la police au domicile des Collomp. Sur réquisition du parquet de Paris, spécialisé dans les affaires liées au terrorisme, les policiers de l'antenne locale de la DCRI (direction centrale du renseignement Intérieur) ont perquisitionné le domicile des Collomp au Port le samedi 29 décembre. La veille, ils ont longuement interrogés Anne Marie Collomp. Une source proche du ministère de la Justice avait alors indiqué à Imaz Press qu'"il s'agit d'une procédure habituelle dans ce type d'affaire". Il n'empêche que les proches de l'ingénieur français ont été très choqués par ces investigations.

Rappelons par ailleurs que dans une vidéo de 48 secondes postée sur internet dans la soirée du dimanche 30 au lundi 31 décembre 2012 Gilda Marbois, adresse un message poignant et digne aux ravisseurs de l'ingénieur français enlevé au Nigéria le mercredi 19 décembre. "Messieurs les ravisseur, ayez pitié de nous, libérez mon beau-frère car ma soeur est dans la peine, dans la détresse. Nous aussi sa famille nous souffrons avec elle" demande-t-elle face à la caméra d'Imaz Press Réunion.

Le groupe islamiste Ansaru qui a revendiqué le rapt dit être passé à l'acte pour protester contre "le rôle majeur de la France dans l’attaque (planifiée) contre l’Etat islamique dans le Nord du Mali" et pour réclamer l'abrogation de la loi interdisant le port du voile intégral dans l'espace public en France.

Le rapt de l'ingénieur français a eu lieu le mercredi 19 décembre 2012, le jour de son anniversaire, à Rimi, à 25 km de l’Etat de Katsina, dans le nord du pays . Ce samedi 5 janvier 2013, marque donc le 12ème jour d'absence de Francis Collomp.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Michel, Posté
pour madame collomp francis la France san foue de votre mari elle panse au africain pour vendre du materielle elle leur donne tout j ai demander un logement pour me raprochez de mes enfant vue mon age il sans foue vive les affricain pour le ps vive le pen pour les francias abat ump abat ps