Une marche pour la libération de l'ingénieur français ce dimanche :

Francis Collomp, otage depuis un mois


Publié / Actualisé
Ce dimanche 20 janvier 2013, cela fait déjà un mois que Francis Collomp, ingénieur français marié à une Réunionnaise, a été enlevé au Nigéria. Un long mois d'absence synonyme d'angoisse permanente pour sa famille et ses proches, sans nouvelles de lui depuis le 19 décembre 2012, jour de son anniversaire, qui est aussi le jour où il a été enlevé. A l'initiative du collectif pour la libération de Francis Collomp, présidé par sa femme Anne-Marie, une marche est organisée ce dimanche au Port. Elle partira à 16 heures du rond-point des Danseuses, pour rejoindre la place des Cheminots.
Ce dimanche 20 janvier 2013, cela fait déjà un mois que Francis Collomp, ingénieur français marié à une Réunionnaise, a été enlevé au Nigéria. Un long mois d'absence synonyme d'angoisse permanente pour sa famille et ses proches, sans nouvelles de lui depuis le 19 décembre 2012, jour de son anniversaire, qui est aussi le jour où il a été enlevé. A l'initiative du collectif pour la libération de Francis Collomp, présidé par sa femme Anne-Marie, une marche est organisée ce dimanche au Port. Elle partira à 16 heures du rond-point des Danseuses, pour rejoindre la place des Cheminots.

32e jour de captivité pour Francis Collomp ce dimanche 20 janvier. 32 jours d’inquiétude et de désarroi pour son épouse Anne-Marie. Une angoisse qui ne fait que s’accroître depuis l’engagement des forces françaises au Mali et la récente prise d’otages sur le complexe gazier d’In Amenas en Algérie.

Ce jeudi 17 janvier, Anne-Marie Collomp confiait ne pas vouloir que la France intervienne pour libérer les otages. "J’ai peur qu’un carnage ne se produise, peur pour les autres otages et les soldats", avouait-elle. L’épouse de l’ingénieur français ne baisse pourtant pas les bras. Elle, qui dit ne pas être croyante, s’est réfugiée dans la prière depuis l’enlèvement de Francis Collomp. Elle a par ailleurs déclaré : "J’ai espoir que mon mari va être libéré, ainsi que tous les otages".

Ce dimanche, à l’initiative du collectif pour la libération de Francis Collomp, présidé par Anne-Marie Collomp, une marche aura lieu au Port, à partir de 16 heures. Elle partira du rond-point des Danseuses jusqu’à la place des Cheminots. Le collectif a invité les 24 maires et l'ensemble des parlementaires de l'île à participer à cette marche, au terme de laquelle des ballons multicolores seront lâchés "pour symboliser la diversité ethnique de La Réunion".

Pour rappel, ce collectif a été mis en place le 11 janvier dernier. Son objectif est d’organiser "toutes les actions susceptibles d’aboutir à la libération de Francis Collomp". Ses membres espèrent "rassembler le plus grand nombre de personnes au delà des confessions religieuses, des clivages politiques et des appartenances ethniques".

Outre cette marche, d’autres actions sont prévues et les membres de l’association ont affirmé qu’ils souhaitent "prendre contact et travailler en concertation, autant de fois que possible, avec les autres collectifs et associations demandant la libération d'autres otages français". Anne-Marie Collomp a notamment reçu le soutien de Jean-Pierre Verdon, père de Philippe Verdon, enlevé il y a 14 mois au Mali.

Par ailleurs, au cours de ce mois, à de nombreuses reprises, Anne-Marie Collomp et sa famille ont exprimé leur sentiment d’être délaissé par l’Etat français. "Je le dis, je le répète et je continuerai à le dire tant que cela sera le cas. Pour l’État français, nous sommes des français de seconde zone. Il y a d’un côté, la France de l’hexagone, et de l’autre, la France de l’outre-mer", déclarait notamment Gilda Marbois, belle-sœur de Francis Collomp.

Anne-Marie Collomp devrait être reçue par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avant la fin du mois de janvier 2013, soit près d'un mois après les entrevues qu’il a déjà eues avec les autres familles d’otages français.

Rappelons que Francis Collomp a été enlevé le mercredi 19 décembre 2012, le jour de son anniversaire à Rimi, à 25 km de l’Etat de Katsina, dans le nord du Nigéria. L’homme est malade du cœur et doit prendre des médicaments quotidiennement. Le rapt a été revendiqué par le groupe islamiste Ansaru, qui a justifié l'enlèvement par "la position du gouvernement français et des Français contre l'islam et les musulmans". Toutefois, "la possibilité d’une piste mafieuse", - notamment évoquée lors d’un entretien entre la belle-famille de l’otage et le préfet Jean-Luc Marx le 26 décembre dernier -, n’a pas encore été écartée. Il n’est pas exclu que Francis Collomp ait été enlevé par un groupuscule mafieux avant d’être "vendu" à Ansaru. Une pratique qui semble courante dans cette région.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

SoutienOtages, Posté
Une page de soutien aux otages
http://www.facebook.com/SoutienOtages