Cameroun - La famille française enlevée par Boko Haram a été libérée :

Anne-Marie Collomp : "j'attends la libération de Francis"


Publié / Actualisé
Ce vendredi 19 avril 2013, Paul Biya, président du Cameroun, a annoncé la libération de la famille de sept otages français. Ces derniers avaient été enlevés il y a deux mois dans le nord du Cameroun par le groupe islamiste nigérian Boko Haram. L'information a été confirmée par le Quai d'Orsay. À La Réunion, Anne-Marie Collomp, épouse de Francis Collomp, enlevé au Nigéria le mercredi 19 décembre dernier, ne cache pas sa joie. "J'en ai des frissons", lâche-t-elle. Elle affirme également garder espoir pour son mari. "Cela peut être Francis", affirme-t-elle.
Ce vendredi 19 avril 2013, Paul Biya, président du Cameroun, a annoncé la libération de la famille de sept otages français. Ces derniers avaient été enlevés il y a deux mois dans le nord du Cameroun par le groupe islamiste nigérian Boko Haram. L'information a été confirmée par le Quai d'Orsay. À La Réunion, Anne-Marie Collomp, épouse de Francis Collomp, enlevé au Nigéria le mercredi 19 décembre dernier, ne cache pas sa joie. "J'en ai des frissons", lâche-t-elle. Elle affirme également garder espoir pour son mari. "Cela peut être Francis", affirme-t-elle.

C’est dans la nuit de ce jeudi 18 à vendredi 19 avril que les sept otages français ont été rendus aux autorités camerounaises. L’annonce a été faite ce vendredi par le président camerounais Paul Biya, dans un communiqué, puis confirmée par l’État français. Les membres de la famille sont "sains et saufs", selon le communiqué, cité par l’AFP.

À La Réunion, l’annonce de la libération de la famille redonne un peu d’espoir à la famille de Francis Collomp, retenu en otage depuis bientôt quatre mois au Nigéria. "Je suis tellement contente pour eux. Je ne sais plus quoi dire", déclare Anne-Marie Collomp, son épouse.

Cette dernière ne cache pas sa joie et "remercie Dieu". "Lorsque j’ai appris la nouvelle par les médias ce matin, j’ai de suite appelé le Quai d’Orsay. Mais à ce moment précis, il n’en savait pas plus et ne pouvait me confirmer l’information. J’en ai des frissons maintenant", explique-t-elle.

L’épouse de l’ingénieur dit maintenant garder espoir pour sa libération. "Cela peut être le tour de Francis", souligne-t-elle, avant de confier que "la situation n’est pas facile à vivre tous les jours".

Par ailleurs, Anne-Marie Collomp affirme ne pas avoir eu de nouvelles preuves de vie de son époux depuis le mois de mars dernier. Le Quai d’Orsay avait, en effet, confirmé que ce dernier était toujours en vie. Elle note, toutefois, avoir reçu hier jeudi un appel de Didier Le Bret, directeur du centre de crise du ministère des Affaires étrangères. "Il m’a indiqué de pas avoir de nouvelles. Nous avons surtout parlé des autres otages", termine-t-elle.

Rappelons que Francis Collomp a été enlevé le mercredi 19 décembre 2012, le jour de son anniversaire à Rimi, à 25 km de l’Etat de Katsina, dans le nord du Nigéria. L’homme est malade du cœur et doit prendre des médicaments quotidiennement. Le rapt a été revendiqué par le groupe islamiste Ansaru, qui a justifié l'enlèvement par "la position du gouvernement français et des Français contre l'islam et les musulmans".

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !