[PHOTOS] Il y avait lors 140 kilomètres :

Grand Raid 2005 : La première de Pascal Blanc : "une révélation"


Publié / Actualisé
Grand Raid 2005 : Pascal Blanc découvrait pour la première fois les sentiers de La Réunion et la Diagonale des fous. Il terminait à la septième position. Nos republions l'interview de ce grand ce grand athlète. Pour rappel, les folles et les fous s'élanceront sur les sentier dès ce jeudi 18 octobre 2018
Grand Raid 2005 : Pascal Blanc découvrait pour la première fois les sentiers de La Réunion et la Diagonale des fous. Il terminait à la septième position. Nos republions l'interview de ce grand ce grand athlète. Pour rappel, les folles et les fous s'élanceront sur les sentier dès ce jeudi 18 octobre 2018

La compétition se déroulait du 21 au 23 octobre 2005. Après 140 kilomètres, Charles-André Fontaine s’imposait. Il ralliait Saint-Denis depuis Saint-Philippe en 19h49. Sandrine Béranger prenait la première place dans la catégorie féminine. Pascal Blanc conserve un parfait souvenir de cette 13e édition à laquelle participaient 2147 athlètes. Il s’alignait sur sa première Diagonale. Un premier ultra qu’il préparait et courait avec Sébastien Chaigneau. Le duo arrivait dix jours avant le départ et effectuait la reconnaissance du parcours en quatre jours avec un sac à dos.

Lire aussi : La victoire à Charles André Fontaine

"Nous passions notre première nuit à La Réunion sur le Piton Tortue, au pied du Piton des Neiges. Nous étions complètement émerveillés par les paysages et le dénivelé. Dans Mafate, nous étions persuadés d’être des sportifs de haut niveau et, là, un marmaille en savate deux doigts nous dépasse, son cartable à la main, en rigolant. Nous nous sommes dit que c’était un pays extraordinaire", commente l’accompagnateur en montagne. Avec son épouse, il réalise désormais du coaching sportif et, lui, propose de la préparation mentale auprès des ligues et des clubs.

En 2005, il se souvient d’une course très éprouvante pour son coéquipier et surtout pour lui. "J’ai pris un coup de bambou en montant le Taïbit. Sébastien ne voulait pas partir et j’ai dû lui jeter des cailloux pour qu’il me laisse tranquille. Il finissait troisième et moi septième", glisse-t-il en guise d’anecdote. Depuis 2006, il ne ratait que deux ou trois Grand Raid.

Une régularité incroyable qui l’a vu se classer second en 2011 et troisième en 2013. Cette année, il devait à nouveau prendre le départ mais ses douleurs au dos en décidaient autrement.

Pascal Blanc se consacre donc à sa saison de triathlon et effectue du renforcement dorsal. Il fera quand même le championnat du monde de Xterra la semaine après le Grand Raid à Hawaï. Et de la force mentale, il lui en a fallu pour s’aligner à autant de reprises sur cette grande traversée. Il revient sur les ressorts psychologiques à actionner sur une compétition aussi éprouvante.

"Il faut savoir gérer son énergie mentale sans consommer beaucoup de stress, y compris avant le départ. On a besoin de reprendre de l’énergie pendant la course. Il ne faut donc pas en perdre avant", commente-t-il. "Ma première Diagonale ? Une révélation", indique Pascal Blanc en guise de conclusion.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !