[PHOTOS RÉTRO IMAZ PRESS] Les objectifs de Jean-Pierre Grondin "Monsieur Mafate" :

Grand Raid 2011 : Julien Chorier signe un doublé


Publié / Actualisé
La rétrospective du Grand Raid, organisé du 19 au 22 octobre 2017, continue avec le témoignage de Jean-Pierre Grondin. Le Mafatais se lance cette année pour la première fois sur la Diagonale des Fous après sa victoire sur le Trail de Bourbon l'an dernier. Notre photos rétro porte également sur l'édition 2011 avec la deuxième victoire de Julien Chorier, après celle de 2009.
La rétrospective du Grand Raid, organisé du 19 au 22 octobre 2017, continue avec le témoignage de Jean-Pierre Grondin. Le Mafatais se lance cette année pour la première fois sur la Diagonale des Fous après sa victoire sur le Trail de Bourbon l'an dernier. Notre photos rétro porte également sur l'édition 2011 avec la deuxième victoire de Julien Chorier, après celle de 2009.

 

Il s’imposait au bout de 23 heures et 56 minutes devant Pascal Blanc et Didier Mussard. Karine Herry montait sur la plus haute marche du podium chez les féminines. Sur 2315 concurrents au départ, 1228 parvenaient à rallier le stade de La Redoute, à Saint-Denis, depuis le Cap Méchant à Saint-Philippe. La semaine prochaine, Jean-Pierre Grondin craint de ne pouvoir s’aligner à cette grande épreuve. Il soigne actuellement une blessure à un genou.

Le coureur de la Team Prudence Créole -avec Marcelle Puy, Gilberte Libelle, Freddy Thévenin et Gilsey Félicité entre autres- tente de se remettre physiquement avant le jour J. "C’est le dernier Grand Raid de Marcelle Puy. C’est un peu une façon de lui rendre hommage et de participer à la Diagonale que j’ai toujours voulu faire. L’objectif est de finir la course. Je ne cherche pas le classement ou le temps. C’est l’occasion de voir ce qu’est cette Diagonale", glisse-t-il.

Lire aussi : Julien Chorier vainqueur

Ce grand événement lui tient à cœur. Notamment car il représentera le cirque mafatais où il vit et travaille pour le compte de l’Office national des forêts. Il encadre une équipe de nettoyage des sentiers, chargée d’évacuer les déchets. Le trentenaire court depuis 15 ans. "Je  vis à Mafate mais le passage dans le cirque peut être un avantage comme un piège. Je connais cette partie par cœur mais il faut faire attention à ne pas se mettre dans le rouge", précise le régional de l'étape. Jean-Pierre Grondin souhaite bien évidemment voir un Réunionnais s'imposer.

Même s’il sait que cela sera compliqué. Plusieurs concurrents évoquent son nom pour une victoire finale. Ils pensent qu’il peut aller "chatouiller" les anciens vainqueurs Julien Chorier et Antoine Guillon, de retour tous les deux cette année. Il préfère en rigoler et la jouer modeste. "Je n’ai pas travaillé la longue distance qui n'est pas ma spécialité. Si les gens pensent ça de moi, je peux aussi dire la même chose pour d’autres coureurs", lance-t-il pour conclure.

Retrouvez aussi la rubrique Photos rétro d'Imaz Press

Jean-Pierre Grondin espère surtout "être encore vivant" comme il dit quand il arrivera à Mafate. Son fief où il pourra compter sur le soutien inconditionnel de ses proches. Enfin, si son problème physique le laisse tranquille.

ts/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !