9ème édition du Grand Raid :

Pascal Parny grand vainqueur


Publié / Actualisé
Pascal Parny a remporté vendredi soir 19 octobre 2001 la 9ème édition de la Diagonale des Fous. Il a rallié Langevin (Saint-Joseph) à Saint-Denis (Nord) en 16 heures 1 minute et 4 secondes après avoir effectué plus de 100 des 125 kilomètres de la course en tête établissant ainsi un double record. Comme l'année précédente, Corinne Favre a remporté l'épreuve féminine
Pascal Parny a remporté vendredi soir 19 octobre 2001 la 9ème édition de la Diagonale des Fous. Il a rallié Langevin (Saint-Joseph) à Saint-Denis (Nord) en 16 heures 1 minute et 4 secondes après avoir effectué plus de 100 des 125 kilomètres de la course en tête établissant ainsi un double record. Comme l'année précédente, Corinne Favre a remporté l'épreuve féminine

Fatigué, vanné, épuisé mais heureux. Pascal Parny a réalisé le rêve qu'il avait depuis des années: il a gagné le Grand raid en 16 heures 1 minute et 47 secondes. Au passage, il pulvérise le précédent record de l'épreuve qui était de 16 heures 45 minutes. Il succède aux deux vainqueurs de l'édition précédente, Thierry Técher qui a abandonné et Gilles Diehl qui n'a pas participé à l'épreuve. Comme l'ensemble des 2 758 concurrents, il s'est élancé de Langevin Saint-Joseph à 4 heures pile vendredi 19 octobre 2001. Il est arrivé à Saint-Denis le soir même à 20 heures 1 minutes et 47. Chez les féminines, Corinne Favre a réitéré son exploit de 2000 en emportant haut la main la compétition. Charles André Fontaine termine à la deuxième en 16 heures 13 minutes et 51 secondes, soit à 12 minutes 51 du premier.
Pascal Parny avait pris la direction de la course dès le pointage du Fok-Fok au volcan. Au pointage de Cilaos, les premiers, Pascal Parny, Cléo Libelle, Jacky Murat et les autres, avaient pas moins d'une heure d'avance comparé à la précédente édition. À Grand Ilet, les choses achevaient de se décanter. Pascal Parny devançait le temps de 2000 d'au moins 30 minutes et Charles Fontaine de 15 minutes.
Dans le même temps, des dizaines de "simples" concurrents abandonnaient au fil de la course. D'autres allaient au bout de leurs efforts malgré la douleur, les crampes, le moral en berne. Ceux-là sont arrivés au stade de la Redoute samedi 20 ou dimanche 21 octobre (obligatoirement avant 16 heures s'ils voulaient être classés). Loin, très loin des premiers qui en seront déjà au décrassage d'après course. Peu importe, elles et ils l'auront fait et là sera l'essentiel.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !