Tribunal administratif - La Diagonale des fous fixée sur son départ ce mercredi matin :

Robert Chicaud : "le Grand raid est en danger"


Publié / Actualisé
Le tribunal administratif a examiné ce mardi 25 juin 2013 les deux recours déposés par le Grand raid à l'encontre de la ville de Saint-Philippe. L'association dirigée par Robert Chicaud voudrait obtenir de la juridiction administrative une ordonnance qui maintienne le départ de la course à partir de Saint-Philippe. Pour rappel, en février dernier, le maire Saint-Philippois, Olivier Rivière annonçait que sa commune se désengageait du Grand Raid, à moins d'en obtenir l'arrivée pour cette édition 2013. Le tribunal administratif rendra sa décision ce mercredi matin 26 juin. La course doit avoir lieu du vendredi 17 au dimanche 20 octobre. À l'issue de l'audience, faisant allusion à la lourdeur des démarches administratives à mettre en oeuvre pour la tenue de l'ultra trail, Robert Chicaud a affirmé "oui, le grand raid est en danger" (Photo : Robert Chicaud, président de l'association Grand raid -en veste blanche -).
Le tribunal administratif a examiné ce mardi 25 juin 2013 les deux recours déposés par le Grand raid à l'encontre de la ville de Saint-Philippe. L'association dirigée par Robert Chicaud voudrait obtenir de la juridiction administrative une ordonnance qui maintienne le départ de la course à partir de Saint-Philippe. Pour rappel, en février dernier, le maire Saint-Philippois, Olivier Rivière annonçait que sa commune se désengageait du Grand Raid, à moins d'en obtenir l'arrivée pour cette édition 2013. Le tribunal administratif rendra sa décision ce mercredi matin 26 juin. La course doit avoir lieu du vendredi 17 au dimanche 20 octobre. À l'issue de l'audience, faisant allusion à la lourdeur des démarches administratives à mettre en oeuvre pour la tenue de l'ultra trail, Robert Chicaud a affirmé "oui, le grand raid est en danger" (Photo : Robert Chicaud, président de l'association Grand raid -en veste blanche -).

"Nous organisons trois courses (le Grand raid, le trail de bourbon et la Mascareignes - ndlr). Les procédures et les démarches admnistratives pour la validation des parcours, l'organisation de la sécurité des coureurs etc, sont longues et compliquées. Nous sommes tout juste dans les temps, il faut maintenant que nous soyons fixés rapidement sur le lieu du départ. Si tel n'était pas le cas, oui le Grand raid serait en danger" a commenté Robert Chicaud.

Le Grand raid a déposé deux recours devant le tribunal administratif. Le premier en annulation contre le refus d’Olivier Rivière, maire de Saint-Phiippe, de maintenir le départ sur sa commune. Le second en référé suspensif afin que le départ de l’épreuve soit autorisé à Saint-Philippe. "Nous n’avons pas le choix", avait expliqué Robert Chicaud, lors d’un point presse tenu le jeudi 13 juin et confirmant une information donnée par Imaz Press dès le mercredi 12 juin.

Il faut dire que toutes les réunions de concertation ont échoué, les deux parties campant sur leurs positions. Olivier Rivière veut l'arrivée de la Diagonale des fous ou rien, le Grand raid veut maintenir le départ à Saint-Philippe et l'arrivée à Saint-Denis. "Nous avons eu affaire à un enfant capricieux", a indiqué Robert Chicaud en parlant du maire saint-philippois dans sa conférence de presse. Il a précisé ensuite : "nous avons demandé l’avis de tous les spécialistes, Samu, PGHM (peloton de gendarmerie de haute montagne), le médecin chef du Grand Raid ainsi qu'un spécialiste de l’ultra-trail. Tous ont jugé déraisonnable de faire une arrivée à Saint-Philippe". D'après ces spécialistes, cités par Robert Chicaud, une telle modification du parcours entraînerait de gros problèmes de sécurité, en plaçant notamment le volcan trop près de l'arrivée. Sans compter les soucis d'infrastructures.

A peu près sur le même ton, Olivier Rivière répondait le jour même : " il y a eu beaucoup de petites gouttes et celle-ci a fait déborder le vase ". Le maire saint-philippois évoquait ainsi "beaucoup de promesses non tenues". Il détaillait : "en 2010, on nous avait promis une grande campagne de promotion et je l’attends toujours. Et en 2012, on nous avait promis le retrait des dossards qui s’est finalement fait à Saint-Denis. "

La municipalité de Saint-Philippe se considère donc dans son bon droit. "On pris le soin d’informer l’organisation qu’on ne voulait plus accueillir le départ dès le début de l’année, pour leur laisser le temps de se retourner", explique Olivier Rivière. Il estime que "le départ peut se faire ailleurs". Et pour lui, les arguments avancés évoquant des problèmes de sécurité en cas d’arrivée à Saint-Philippe "ne tiennent pas la route".

Il s’explique : "on me dit que cela pourrait nuire à la santé des compétiteurs. Mais justement, ce sont des compétiteurs. Les modalités d’inscription sont de plus en plus drastiques et ils savent où ils mettent les pieds. Quand on rajoute 10 ou 20 km, ça ne pose pas de problème, mais quand on veut changer de sens, là ça pose problème..."

Concernant les solutions de repli, pour le cas où Saint-Philippe obtiendrait gain de cause au tribunal, les organisateurs du Grand raid ont souligné que l’option Sainte-Rose avait d’ores et déjà été éliminée en raison du mauvais état des sentiers, endommagés par les intempéries.

Pour Saint-Joseph, qui a déjà accueilli le départ de l’épreuve par le passé, ils ont noté que se poserait le même problème qu’à Saint-Philippe, la ville voulant l’arrivée d'au moins l'une des trois courses organisées par l'associations. Petite-Ile a fait savoir qu'elle n'était pas intéressée. Reste Saint-Pierre, mais de l’aveu de Robert Chicaud, "cela dénaturerait la course". Cette dernière hypothèse sera toutefois éventuellement envisagée en cas de jugement défavorable de la juridiction administrative.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Saint-philippois, Posté
Mais enfin, Olivier Rivière est le maire de Saint-Philippe et avec son conseil municipal ils ont le droit d'accepter ou pas qu'une telle manifestation ait lieu sur leur territoire, c'est normal, logique et légal non? Alors si on veut obliger Saint-Philippe à accepter le départ de cette course, il faut que ceux qui ont pris cette décision organisent eux même la sécurité, le plan de circulation etc puisque le droit au conseil municipal, élu par le suffrage universel, de décider de ce qui se passe sur la commune lui aura été retiré
Christian Marcheur des Cimes, Posté
Que Chicaud n'est pas le seigneur des Montagnes. Qu'il se fait plus plaisir à lui, qu'il utilise les magnifiques paysages de la Reunion à des fins personnelles. Qu'il ne s'occupe pas vraiment avec honnêteté de la santé des coureurs, et de la non dégradation des sentiers. Un point c'est TOUT !