Les packages pour les raideurs extérieurs à La Réunion soulèvent le mécontentement :

Grand raid 2016 - Des professionnels du tourisme alertent la Direction de la concurrence


Publié / Actualisé
Les coureurs métropolitains et des professionnels du tourisme poussent un coup de gueule. Pour la première année, les organisateurs du Grand Raid ont mis en place un système de "package" pour les non résidents, comprenant au minimum l'inscription à une course, un billet d'avion aller-retour et trois nuitées à choisir dans une sélection d'hébergements, essentiellement des hôtels deux, trois ou quatre étoiles. 500 packages sont en vente auprès de l'agence Bourbon Voyages. Les coureurs qui les achèteront n'auront pas besoin de se soumettre au tirage au sort autorisant ou non la participation à l'une des trois courses. Estimant que cela porte atteinte à "la liberté des concurrents Yves Sculier, président de l'association Défit qui regroupe des professionnels du tourisme a alerté la Direction de la concurrence
Les coureurs métropolitains et des professionnels du tourisme poussent un coup de gueule. Pour la première année, les organisateurs du Grand Raid ont mis en place un système de "package" pour les non résidents, comprenant au minimum l'inscription à une course, un billet d'avion aller-retour et trois nuitées à choisir dans une sélection d'hébergements, essentiellement des hôtels deux, trois ou quatre étoiles. 500 packages sont en vente auprès de l'agence Bourbon Voyages. Les coureurs qui les achèteront n'auront pas besoin de se soumettre au tirage au sort autorisant ou non la participation à l'une des trois courses. Estimant que cela porte atteinte à "la liberté des concurrents Yves Sculier, président de l'association Défit qui regroupe des professionnels du tourisme a alerté la Direction de la concurrence

700 places restent à pourvoir par tirage au sort auquel n'auront pas besoin de se soumettre ceux qui auront choisi le package puisqu'ils seront inscrits d'office. De quoi hérisser les poils des professionnels indépendants de l'hébergement. "Que vont faire ceux qui n'ont pas envie d'aller à l'hôtel et préfèrent un autre type d'hébergement?" interroge Yves Sculier, président de l'association Défit qui regroupe des professionnels du tourisme (hébergement, restauration etc). "C'est notamment le cas d'Antoine Guillon qui vient chez nous chaque année. Cela porte atteinte à la liberté de choix des participants" ajoute le président de Défit.

L'an dernier déjà les organisateurs avaient émis l'idée de la mise en place de packages, celle-ci avait été retoquée par la Direction régionale des entreprises de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Dieccte) "à juste titre", reconnait Stéphane André, de l'agence Ilop, chargé de la communication du Grand Raid. "Nous proposions uniquement un système de packages. Cette année, nous avons eu des négociations avec la Direction de la concurrence et elle a estimé qu'il n'y avait plus de système de position dominante et que ce principe de double inscription était tout à fait légal. C'est d'ailleurs l'organisation classique de toutes les grandes manifestations sportives."

Ceux qui ne choisissent pas le package ne sont pas prioritaires

Yves Sculier a écrit la semaine dernière un courrier à destination de la Dieccte et un second au président de l'Ile de la Réunion Tourisme. "J'ai actuellement deux coureurs qui voudraient réserver dans mon hébergement - qui ne fait pas partie de la sélection proposée par Bourbon Voyages - mais ils ne peuvent pas tant qu'ils ne sont pas certains de participer puisqu'ils ne sont pas prioritaires."

Deux jours après l'envoi de ses courriers, Yves Sculier a été contacté par l'agence Bourbon voyages pour travailler ensemble. "Si on n'avait pas fait du bruit, ils ne nous auraient jamais contacté, s'agace-t-il. En plus de ça, ils demandent qu'on leur laisse 15%!" Le professionnel, qui a refusé l'offre, regrette qu'il n'y ait eu aucune concertation en amont et d'avoir appris la nouvelle par la bouche de son fils, coureur. "On favorise même certains hôteliers par rapport à d'autres puisque certains n'ont pas non plus été contactés", estime-t-il. Contacté par mail et par téléphone à ce sujet, Bourbon Voyages n'a pas encore donné suite à nos demandes d'interview.

Pourtant, du côté du Grand Raid on affirme "la volonté de faire travailler le monde économique de La Réunion". "Il y a eu un cahier des charges, explique Stéphane André. Il a été décidé qu'on n'impose pas de compagnie aérienne particulière. On propose également tous les types d'hébergement légal, du gîte, en passant par la chambre d'hôte, jusqu'à l'hôtel 5 étoiles. Après, que Bourbon Voyages préfère travailler avec tel ou tel gîte, nous n'intervenons pas à ce niveau de détail. Ils choisissent peut-être ceux qu'ils considèrent comme les meilleurs, ça on ne sait pas."

"Eviter les tarifs aériens hors de prix"

Avec ce système, "notre objectif est avant tout d'organiser au mieux la venue des raideurs non résidents et d'éviter soit des tarifs aériens hors de prix, comme nous avons pu le constater l'an dernier, soit des hébergements non contrôlés, pouvant engendrer quelques surprises", explique Robert Chicaud, le président du Grand Raid, sur Facebook.

Du côté des raideurs, le constat n'est pourtant pas le même et ils n'hésitent pas à faire entendre leur mécontentement dans les commentaires. "L'histoire des packs fait grimper les prix des vols et rend les packs davantage compétitifs", note un internaute.

Les traileurs se partagent les devis reçus par le Grand Raid et comparent avec les prix trouvés par leur propre recherche. L'agacement monte. Un autre internaute renchérit : "Je viens de recevoir mon devis, 1 516 euros en partant de Mayotte pour : billets aller-retour pour deux personnes du 17 au 24, hôtel du 17 au 22 à Cilaos, location de voiture du 17 au 24, inscription au trail du Bourbon. Je viens de faire une recherche pour me faire un avis, et bien accrochez-vous !!! 400 euros de moins si je me debrouille moi-même."

"Il y a toujours des bookeurs qui proposent des prix très bas, mais il faut voir ça en fonction des prix moyens, affirme Stéphane André. Et puis Bourbon Voyages se prend aussi une petite marge pour son travail, ce qui est normal. Après, sur les réseaux sociaux, il y a aussi beaucoup de gens qui ne s'expriment pas et sont satisfaits." "Les métropolitains ne remettent pas en cause le système de double inscription, estime-t-il. Je pense que l'amélioration est dans le délai de traitement des packages. Il faudra s'y prendre plus tôt l'année prochaine et anticiper l'afflux de demandes de devis."

• Les préinscriptions pour les courses ont commencé sur internet ce mercredi.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Zitoune, Posté
Tant qu'il n'y aura que le seul Bourbon Voyages, il y aura des polémiques. La vraie concurrence est de proposer aux coureurs de choisir un package parmi ceux de plusieurs Tour Opérateurs de la place.
Fanfan, Posté
J'ai du mal à comprendre en quoi le package fait mieux travailler les prestataires de l'île. Certains sont exclus, bourbon semble prendre une commission à ceux qui ne le sont pas... qui y gagne?

Et l'article ne soulève pas le point de la discrimination à la nationalité (quota de 250 places pour les étrangers, 1200 pour les résidents réunionnais et 1100 pour les "français non-résidents de l'île") qui me semble très limite...