Certains traileurs estiment avoir été lésés :

Robert Chicaud répond aux critiques des coureurs de la Mascareignes


Publié / Actualisé
Lors de l'édition 2019 du Grand Raid, de nombreux coureurs du trail de la Mascareignes se sont plaint d'un embouteillage à La Ravine Fleurs Jaunes. Les coureurs ont du passer en file indienne, passage qui les aurait tous fortement ralenti, certains ayant patienté jusqu'à 1h45 pour pouvoir franchir la ravine. Dès la fin de la course, un collectif s'est créé via un groupe Facebook pour adresser un courrier à Robert Chicaud, président du Grand Raid, concernant "la non prise en compte de cet événement exceptionnel survenu au cours de la course". Ils affirment que plus de 200 concurrents auraient été lésés par cet événement, qui est survenu au 4ème km de la course. Si le président du Grand Raid reconnait l'existence de cet embouteillage, déjà survenu les années précédentes, il ne considère pas que l'impact a été réellement pénalisant pour les traileurs. Nous partageons avec vous le mail envoyé par le collectif "Coureurs lésés de la Mascareignes 2019, ainsi que la réponse de Robert Chicaud.
Lors de l'édition 2019 du Grand Raid, de nombreux coureurs du trail de la Mascareignes se sont plaint d'un embouteillage à La Ravine Fleurs Jaunes. Les coureurs ont du passer en file indienne, passage qui les aurait tous fortement ralenti, certains ayant patienté jusqu'à 1h45 pour pouvoir franchir la ravine. Dès la fin de la course, un collectif s'est créé via un groupe Facebook pour adresser un courrier à Robert Chicaud, président du Grand Raid, concernant "la non prise en compte de cet événement exceptionnel survenu au cours de la course". Ils affirment que plus de 200 concurrents auraient été lésés par cet événement, qui est survenu au 4ème km de la course. Si le président du Grand Raid reconnait l'existence de cet embouteillage, déjà survenu les années précédentes, il ne considère pas que l'impact a été réellement pénalisant pour les traileurs. Nous partageons avec vous le mail envoyé par le collectif "Coureurs lésés de la Mascareignes 2019, ainsi que la réponse de Robert Chicaud.

“Chers tous,

Comme vous le savez tous, un certain nombre de coureurs inscrits pour participer à la formidable aventure du Grand Raid en parcourant les 65km de la Mascareignes ont vu leur rêve se briser suite à un événement exceptionnel survenu dès le 4ème kilomètre de la course (bras de fleur jaune).

Comme échangé avec Mr Chicaud à l’occasion de la remise des prix hier, nous ne sommes pas là pour discuter du fait que ce bouchon qui a entraîné un retard de 1h15 à 1h45 ai pu ou non être anticipé, considérons qu’il s’agisse d’un événement exceptionnel et imprévisible (Cependant, depuis plusieurs éditions et selon de nombreux témoignages, ce passage pose des difficultés du même type, bien que de bien moindre ampleur que lors de l’édition 2019).

Les coureurs que le collectif rassemblent souhaitent tous obtenir des explications concernant la non prise en compte de cet événement exceptionnel survenu au cours de la course. En effet, selon nos calculs, plus de 200 concurrents avaient déjà eu les ailes brisées à l’entrée du sentier Scout et de très nombreux autres en ont subi les conséquences tout au long de la course car aucune barrière horaire n’a été adaptée à ces circonstances exceptionnelles.

Vous rendez-vous compte du sentiment de gâchis qu’ont pu ressentir l’ensemble de ces coureurs ? De ces semaines d’entrainement ? Du temps en famille sacrifié pour être à la hauteur des exigences du parcours ? Du sacrifice financier pour les participants ayant programmé ce voyage de longue date ? De la déception de devoir annoncer à l’ensemble de leurs soutien que, non, ils ne pourraient pas finir la course, non pas car ils étaient blessés ou que leurs conditions physiques étaient défaillantes mais bien parce qu’il n’avaient pas eu la chance d’être au début de la file d’attente sur la ligne de départ combiné au fait que l’organisation n’a pas tenu compte de ce fait exceptionnel produit au cours de la course ?

C’est pour l’ensemble de ces raisons que vous nous demandons trois choses :

  • Que la défaillance de l’organisation soit reconnue publiquement et dans son intégralité.
  • Qu’une solution soit apportée à ce problème récurrent et celle-ci ne peut être qu’une des 4 suivantes : aménager convenablement le passage pour que plus de 1600 personnes puissent passer de manière fluide; Avancer l’heure du départ pour rallonger la barrière horaire pour que les concurrents ne soient pas éliminés à cause d’un bouchon mais bien que le critère de sélection soit leur condition physique; Programmer un départ séquencé en différents groupes; Réduire le nombre d’inscrits.
  • Proposer une solution de dédommagement aux coureurs impactés par cette défaillance, remboursement de tout ou partie des frais d’engagement ou bien invitation à la prochaine édition suivant les cas. “Notre souhait le plus fort est que le Grand Raid reste une fête pour tout le monde et que les participants à l’édition de la Mascareignes 2019 et des prochaines éditions ne subissent plus de défaillance de ce type”.


Le collectif rassemble déjà plus de 180 coureurs et proches de coureurs et nous vous invitons à lire leurs différents témoignages sur le groupe Facebook “coureurs lésés mascareignes 2019”. Les 57 coureurs du collectif par ordre alphabétique :

Aaron Clarisse 3042, AlameleYannick 4468, AlcmeonTeddy 4047, Allain-JeannicGwenola 4755, Avantario Marine 3470, AZY Marie Françoise 3591, Bardet, Anne Aurore 3217, BernardMathieu 3362, Bobat Sarah 4825, Boironromain 3239, CASTELCathy4707, Collet Yoni 3567, conte Stephane 3617, Croenne Lucie 3216, Croenne Yannick 3223, Damour Octavie 4736, Delacote patrice 3286, DIFERNAND Marie Raïssa 3962, Dijoux Jerry 3626, DindarMohammad Samir 3825, Esclaine Bernard 4695, Fontaine Stéphane 3121, Fontaine stéphane 3121, Franck Thomas 3493, Gambée Johanna 3550, Garnes germain 3331, GILARDDavid 4601, GOUIN Stéphane 3374, GrandAlexis 4784, Isambert Jean Baptiste 3406, Lan Yeung Sylvie 3257, lasson Marie Claude 3557, law-thime Jérome 3382, Lebreton Joël 4248, Legros Laurence 3784, LEMANMarie-Angélique 4256, Masséaux Sabrina 3681, Maunier Alexandre 4138, mettonJonathan 3373, NativelNelly 4254, Noël VegasMélanie 4420,Payet Catherine 4069, Payet Emmanuelle 3960, PERIANAYAGOMAurélie 3759, PortePascal 3309, portron Cyrille 4575, POUJOL Mickaël 4605, Robert Nathalie 3529, SFStephane 3273, SotacaYann 4423, Soucramanien Harry 3530, TALPIN Nathalie 4785, ToussaintSebastien 4427, UrrutyAntonin 4775, VanwalscappelColette 4074, VoltigeJohan4307, WILPOTEMaïté 4834.

Un mail auquel Robert Chicaud et Denis Boullé ont répondu :

“Mesdames, Messieurs,

C’est toujours délicat de s’adresser à un collectif, mais comme je m’y étais engagé, j’y pourvois.

Tout d’abord, merci d’avoir choisi la voie épistolaire pour communiquer sur un sujet délicat qui nous fait obligation de fournir toutes explications.

Merci également d’avoir patienté quelques jours car il m’est apparu nécessaire de soumettre aux membres du Comité Directeur, quelque peu sortis de l’épreuve, vos doléances dont vous faites état dans votre courriel du 21 octobre 2019.

S’agissant des faits, il importe de rappeler les données du problème. MASCAREIGNES :

✓Départ : 1.570 [ femmes : 348 – hommes : 1.222 ]

✓Arrivée : 1.160 [ femmes : 233 – hommes : 927 ]

Taux d’abandon (volontaire ou imposé) 26 % alors qu’en 2018, il était de 33 %.

Cette première approche chiffrée tend à prouver que le bouchon dont il est question n’a pas impacté, de manière très importante, cette course sur le plan quantitatif.

Mais pour autant, l’on peut comprendre que cet incident de parcours a été une gêne pour un certain nombre de compétiteurs.

Donc l’existence d’un bouchon n’est pas contestée.

Sur le plan individuel, je joins à la présente un tableau récapitulatif prenant en compte les compétiteurs du collectif lequel fait apparaître les postes auxquels les compétiteurs concernés ont terminé leur course.

Sauf erreur, les hors délais du collectif s’établissent comme suit :

– Plaine des Merles : 18

– Sentier Scout
 : 16

– Aurère
 : 3

– Deux Bras : 6

– Chemin Ratinaud : 2

– La Possession
7

– Grande Chaloupe : 6

Soit au total : 58

Aussi, vous voudrez bien convenir que 34 compétiteurs furent impactés directement par le temps passé à La Ravine Fleurs Jaunes, encore que je serais tenté de considérer que ceux qui n’ont pu franchir le poste de Sentier Scout, dans le temps imparti, n’étaient peut-être pas, au mieux, préparés pour cette épreuve.

Un compétiteur bien entraîné doit être capable de fournir, au début de l’épreuve, un effort intense, pour ensuite récupérer au fil des postes.

Quant aux autres compétiteurs (24) qui n’ont pas regagné La Redoute, ils se doivent d’accepter les aléas inhérents à toute épreuve sportive.

S’agissant du temps imparti pour franchir la première étape, une large majorité des compétiteurs ont vaincu la difficulté, mais pour autant un certain nombre d’entre eux ont perdu du temps, ce qui n’est pas contesté.

Or, depuis 3 ans, le temps imparti aux compétiteurs pour arriver au poste de la Plaine des Merles (fermeture 6 h 15) n’a pas changé, même si des compétiteurs, tous les ans, sont confrontés à cette même difficulté inhérente à l’épreuve et connue des coureurs.

Néanmoins, je peux comprendre le sentiment de frustration des compétiteurs concernés et leur mécontentement de ne pas avoir pu finir cette course qui leur tenait à cœur.

C’est l’occasion pour moi de rappeler que cette Mascareignes, bien que plus courte que les autres épreuves, n’en est pas moins une vraie course de montagne pour laquelle le compétiteur doit se préparer et anticiper des situations de ralentissement.

Aussi, au regard de ce qui précède, pour l’édition 2020, le Directeur de course envisage de compartimenter les compétiteurs et de donner le départ à des groupes (3) de compétiteurs en fonction de leur capacité sportive.

Je précise que cela semble anodin, mais nécessairement cette décision sera de nature à alourdir le travail du Chef de poste concerné et de l’organisation, au sens large du terme.

Enfin, vous aurez compris que le but de l’Organisation n’est pas d’éliminer les compétiteurs dont certains viennent de loin, au prix de lourds sacrifices.

Aussi, l’Organisation décide de les dispenser du tirage au sort pour l’édition 2020.

Quant à aménager le passage délicat, une demande est entreprise pour trouver une solution qui, à la fois, ne dénature pas l’itinéraire et ne pénalise pas trop les compétiteurs les moins familiarisés avec ce type d’épreuve.

Avec mes sentiments les plus cordiaux.

Le directeur de course Denis Boullé et le président Robert Chicaud"

   

3 Commentaire(s)

Toutounde, Posté
Oui il y a un problème et cette année apparemment deux ralentissements le 1er et la rivière. Pour ma part j'ai attendu plus d'une heure avec un 1er pointage autour de la 1300eme place pour finir autour de la 520eme place .... donc oui il faut accélérer pr passer les 1eres barrières horaires...
des sas de départ serait la bonne solution.
Cordialement
Charlotte Reynaud
Thierry, Posté
Je ne sais pas si c est un problème de sous, par contre il est évident qu' il y a une incompétence évidente du directeur de course
God, Posté
Mr.chicaud veut se laver ces mains de tout ça pour ne pas donner ne serais ce qu'un demi cts il faudrait boycotter une année cette course pour voir sa reaction lui qui aime l'argent