La France, deuxième pays d'Europe le plus touché :

Coronavirus: des premiers cas en Outre-mer, à Saint-Martin et Saint-Barth


Publié / Actualisé
Trois cas de Covid-19 ont été confirmés comme positifs à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, les Iles du Nord de la Guadeloupe, a annoncé dimanche l'Agence régionale de santé de Guadeloupe. Les premiers recensés en Outre-mer. "A ce jour, il n'y a pas de cas possibles ou de cas confirmés en Guadeloupe", ajoute l'ARS
Trois cas de Covid-19 ont été confirmés comme positifs à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, les Iles du Nord de la Guadeloupe, a annoncé dimanche l'Agence régionale de santé de Guadeloupe. Les premiers recensés en Outre-mer. "A ce jour, il n'y a pas de cas possibles ou de cas confirmés en Guadeloupe", ajoute l'ARS

Le premier patient est un habitant de Saint-Barthélémy, ainsi que ses parents. Il a été confiné chez lui, tandis que ses parents, qui s'apprétaient à rentrer à Paris, ont été remis aux autorités car ils présentaient des symptômes. Ils ont finalement été testés positifs au virus par le laboratoire Pasteur de Guadeloupe et placé en isolement à l'hôpital de Saint-Martin, où ils devaient prendre l'avion.

Le fils est "confiné à son domicile avec une surveillance quotidienne. Son état de santé n'est pas inquiétant", selon l'ARS. Ses parents se trouvent "en isolement à l'hôpital de Saint-Martin et sont suivis de près", ajoute l'ARS, qui précise que "leur état de santé n'est pas inquiétant".

En métropole, les événemnts sont annulés les uns après les autres

Louvre fermé pour cause d'inquiétude du personnel, Salon de l'agriculture écourté, semi-marathon de Paris reporté: le nouveau coronavirus commence à avoir des effets concrets sur la vie des Français.

Dernière annulation en date: le salon Livre Paris, qui prévoyait d'accueillir quelque 160.000 visiteurs du 20 au 23 mars Porte de Versailles."Notre sens de la responsabilité nous oblige à ne prendre aucun risque avec la santé de toutes celles et ceux qui font le succès" de ce salon, s'est justifié dimanche soir le président du Syndicat national de l'édition (SNE), Vincent Montagne.

L'Hexagone est depuis samedi l'un des principaux foyers du coronavirus en Europe avec l'Italie et l'Allemagne, avec 130 cas depuis la fin janvier. Sur ces 130 personnes infectées, 12 sont guéries, 2 sont mortes et 116 hospitalisées, dont 9 dans un état grave, selon le dernier bilan annoncé dimanche soir par le ministère de la Santé. "Nous faisons tout pour ralentir la propagation du virus", a assuré Jérôme Salomon, le directeur général de la santé.

L'intensification de l'épidémie a soulevé des craintes chez les personnels du Louvre, qui, s'estimant en danger, ont exercé dimanche leur droit de retrait lors d'une AG: le musée le plus fréquenté au monde (9,6 millions de visiteurs l'an dernier) est ainsi resté fermé toute la journée.

"Il y a une réelle inquiétude de la part des agents", a dit à l'AFP Christian Galani, membre du personnel et du bureau national de la CGT Culture. "Il est possible que le droit de retrait soit reconduit" lundi matin, a-t-il affirmé, la direction assurant ne pas savoir si le musée rouvrirait.

Selon la CGT, les salariés ne comprennent pas pourquoi la principale mesure prise samedi par le gouvernement pour freiner la propagation du virus, à savoir l'interdiction de tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné, ne s'applique pas au musée.

Réponse du ministère de la Santé: "on n'est pas aujourd'hui dans des mesures de fermeture des grands établissements, parce que la situation épidémiologique ne l'exige pas".

"On n'est pas dans un virus qui flotte dans l'air" mais qui "se transmet par les personnes qui éternuent, qui se mouchent et qui vous serrent la main donc c'est vraiment du contact. Les activités en extérieur où vous êtes à deux mètres les uns des autres ne posent pas problème", a développé Jérôme Salomon, interrogé sur la fermeture éventuelle d'un parc d'attraction comme Disneyland.

Sont en revanche supprimés les rassemblements "en milieu ouvert quand ils conduisent à des mélanges avec des populations issues de zones où le virus circule possiblement". Ces mesures correspondent au passage au stade 2 de l'épidémie, sur une échelle de 3.

L'interdiction "touche potentiellement des centaines de salles de spectacles en France de plus de 5.000 places, et donc des milliers d'événements culturels", s'est inquiété le syndicat du spectacle Prodiss, qui regroupe les producteurs, diffuseurs, salles et festivals.

Dimanche, le grand évènement de danse hip hop "Juste Debout" prévu à Bercy a été annulé. Le sport n'est pas épargné. Le week-end a ainsi été amputé du semi-marathon de Paris et la rencontre du Championnat de France de basket entre Villeurbanne et Monaco reportée. Pour le moment, les matches de football de L1 ne sont pas remis en cause.

Le Salon de l'agriculture a lui fermé ses portes samedi soir avec 24 heures d'avance.

- Maire contaminé -

Des mesures encore plus strictes ont été prises pour les deux principaux foyers de propagation du virus en France, l'Oise, d'où sont issus 47 cas, et la commune de La Balme-de-Sillingy en Haute-Savoie (10 cas), où "tous les rassemblements seront interdits jusqu'à nouvel ordre". Le maire de La Balme-de-Sillingy, François Daviet, a annoncé qu'il était lui aussi contaminé.

Dans les cinq communes de l'Oise particulièrement touchées (Creil, Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lamorlaye, Lagny-le-Sec) ainsi qu'à la Balme, les habitants sont encouragés à limiter leurs déplacements et télétravailler.

A Crépy-en-Valois, dimanche matin, les quelque commerçants présents sur le marché ont été évacués par les forces de l'ordre brandissant un arrêt d'interdiction municipal.

Les établissements scolaires de l'agglomération de Creil et des communes de Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lagny-le-Sec et Lamorlaye ne rouvriront pas lundi après la fin des vacances d'hiver.

Ailleurs en revanche, les élèves de retour de Lombardie et de Vénétie, deux des régions très touchées en Italie, pourront retourner à l'école dès lundi.

L'inquiétude gagne également l'outre-mer après ces trois cas confirmés en Guadeloupe. A la Réunion comme en Martinique, des heurts ont opposé la police à des manifestants qui craignent de voir débarquer sur l'île des malades du Covid-19.

D'autres cas positifs ont été annoncés localement, dont deux enfants de 1 et 5 ans en Alsace. Depuis le début de l'épidémie mondiale, aucun cas grave n'a été observé chez des enfants.

L'un des enjeux des jours à venir sera d'éviter les contaminations parmi le personnel soignant. Des syndicats de médecins libéraux ont réclamé que des masques à haut niveau de protection (dits FFP2) soient distribués d'urgence aux personnels, en première ligne.

3.000 morts dans le monde

Le bilan de l'épidémie de nouveau coronavirus a dépassé lundi les 3.000 morts dans le monde et continue d'avoir de sérieuses conséquences partout à travers la planète, notamment en Italie où le nombre de cas explose.



En Chine, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès, portant le bilan de la maladie dans le pays à 2.912 morts et celui dans le monde à plus de 3.000. Les 202 nouveaux cas signalés lundi en Chine continentale constituent toutefois le plus faible chiffre quotidien depuis fin janvier.

En dehors de la province du Hubei, à l'épicentre de l'épidémie, une reprise de l'activité, paralysée depuis fin janvier, est perceptible dans le pays, avec la réapparition de quelques embouteillages à Pékin aux heures de pointe.

L'épidémie de Covid-19 semble faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes ont visé plus de 50 millions de personnes. Elle continue de s'aggraver dans plusieurs autres pays du monde.

En Italie, quelque 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, un bond spectaculaire qui porte le nombre de contagions à près de 1.700 dans le pays. Cinq nouveaux décès ont par ailleurs été rapportés, portant le bilan à 34 morts dans la péninsule, toujours dans trois régions du nord du pays: Lombardie, Emilie-Romagne et Vénétie.

L'Allemagne enregistre pour sa part 129 cas. Plus de de la moitié des malades allemands viennent de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), là où un couple infecté avait participé fin février au carnaval de Heinsberg.

L'Iran a fait état dimanche de 11 nouveaux décès, portant le bilan officiel à 54 morts. Le service en farsi de la BBC évoque cependant un bilan beaucoup plus lourd, au moins 210 morts, un chiffre démenti par les autorités.

Quant à la Corée du Sud, le deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé dimanche 586 cas supplémentaires, pour un total de 3.736 contaminations, dont 18 mortels.

L'épidémie fait redouter une crise économique d'ampleur planétaire. Les marchés ont subi la semaine dernière leur plus forte dégringolade depuis la crise financière de 2008, mais la Bourse de Tokyo se reprenait lundi.

Certaines entreprises ou grands groupes commencent à sentir les effets de propagation du coronavirus sur leur chiffre d'affaires. Dimanche, la compagnie aérienne israélienne El Al a déclaré qu'elle envisageait de licencier 1.000 de ses 6.000 employés en raison de pertes financières causées par l'annulation de plusieurs vols à l'étranger en lien avec l'épidémie.

Plusieurs pays comme l'Allemagne ou l'Italie prévoient déjà des mesures d'aides et débloquent des fonds pour les secteurs affectés.

- Grand Prix annulé -

L'épidémie bouleverse aussi le calendrier sportif. Le Grand Prix moto du Qatar, prévu le 8 mars en ouverture du championnat du monde, a été annulé. En Italie, plusieurs matches du championnat de football (Serie A) ont été reportés.

Outre un premier décès, dans l'Etat de Washington, 21 cas ont été recensés aux Etats-Unis, auxquels s'ajoutent 47 malades rapatriés dans le pays. Plusieurs patients diagnostiqués ces derniers jours n'avaient aucun lien connu avec un foyer de l'épidémie, ce qui laisse penser que la maladie commence à se propager sur le sol américain, encore très épargné.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a porté en fin de semaine à "très élevé", son niveau de menace le plus élevé. Elle a averti que se croire à l'abri du Covid-19 serait une "erreur fatale".

L'agence des Nations unies a rappelé que les symptômes sont bénins pour la plupart des malades, sérieux (pneumonies) pour 14% d'entre eux, et que 5% des personnes atteintes se trouvent dans un état critique.

Le taux de mortalité semble être de 2 à 5%, selon l'OMS, qui a pressé dimanche les pays à travers le monde à s'approvisionner en dispositifs médicaux d'assistance respiratoire, indispensables pour traiter les patients atteints de la forme sévère de la maladie.

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

1 Commentaire(s)

Alp974, Posté
"..où ils ont été arrêtés..." arrêtés à quel titre c'est un délit de contracter un virus ?