Attentat contre Charlie Hebdo :

Les hommages continuent à La Réunion


Publié / Actualisé
Au lendemain de l'attentat orchestré contre la rédaction de Charlie Hebdo, les réactions continuent d'affluer ce jeudi 8 janvier 2014. Des personnalités issues du monde politique, associatif ou syndical ont tenu à rendre hommage aux 12 personnes décédées dans le XIème arrondissement de Paris : Elsa Cayat, Mustapha Ourrad, Cabu, Wolinski, Charb, Honoré, Tignous, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Franck Brinsolaro, Frédéric Boisseau, Michel Renaud.
Au lendemain de l'attentat orchestré contre la rédaction de Charlie Hebdo, les réactions continuent d'affluer ce jeudi 8 janvier 2014. Des personnalités issues du monde politique, associatif ou syndical ont tenu à rendre hommage aux 12 personnes décédées dans le XIème arrondissement de Paris : Elsa Cayat, Mustapha Ourrad, Cabu, Wolinski, Charb, Honoré, Tignous, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Franck Brinsolaro, Frédéric Boisseau, Michel Renaud.

Jean-Hugues Ratenon (Rézistans/ARCP) : Rézistans’/ARCP condamne de tels actes de barbaries. Aucune raison, quelle qu’elle soit, n’est suffisamment valable pour comprendre et rendre admissible de telles atteintes à la vie humaine. Nos valeurs républicaineq et humanistes, à savoir la laïcité, le droit à la liberté d’expression, à la liberté de la presse ont été bafoués, attaqués et sont menacés en France. En effet, imaginez que serait le monde sans liberté d’expression ? Que serait notre vie sans liberté d’expression ? Que serait la vie sans les médias ? Que serait notre vie sans diversités ? Face à ce drame, Rézistans’/ARCP, présente ses sincères condoléances aux familles et proches des victimes et assurons de notre compassion à tous les journalistes  qui aujourd’hui sont endeuillés et sous le choc. Plus que jamais, dans le respect, la tolérance et pour la démocratie, nous devons nous unir sur l’essentiel au de-là de nos différences".

CGTR : "L'attaque terroriste contre les journalistes de Charlie hebdo est un ace barabate contre la liberté de penser. Aucune cause ne peut justifier un acte aussi ignoble, qui pour le moment a fait 12 morts et 4 blessés graves. La CGTR affirme sa solidarité aux victimes, à leurs proches et compatit à leurs doleurs dans ces moments horribles"

Idriss Issop-Banian (président du groupe de dialogue inter-religieux de La Réunion) : "En s’attaquant à un journal et en exécutant froidement des journalistes, des terroristes fanatiques et barbares ont visé l’un des  socles de notre démocratie : la liberté de la presse. Et au nom Dieu ils ont lâchement supprimé des vies et endeuillé de nombreuses familles. Cela est totalement inacceptable, intolérable et odieux.

Ces criminels qui ont ainsi dépassé les  limites de l’ignominie devront  répondre à la justice des hommes et à celle de Dieu. J’exprime  ma profonde compassion   aux familles des victimes et toute ma solidarité à la police nationale et au monde de la presse."

Huguette Bello (députée de La Réunion) : "Douze morts, quatre blessés graves : le bilan particulièrement lourd de l’attentat commis ce jour en plein Paris dans les locaux du journal Charlie Hebdo en appelle à la condamnation unanime à laquelle le PLR (Pour La Réunion) en tant que formation politique s’associe pleinement. Cet acte terroriste vise en effet à distiller la peur dans la population et à bâillonner la liberté de presse et d’expression.

Il a été commis, selon leurs auteurs, en vue de venger le Prophète. Manière de compromettre l’ensemble des communautés musulmanes de la nation et de les prendre en otages pour en faire les complices d’une abomination.
Nous avons quant à nous, dans ces circonstances dramatiques, une pensée particulière pour nos compatriotes de confession musulmane qui pour beaucoup doivent se sentir atteints dans leur dignité de croyants."

Monique Orphé (députée de La Réunion) : "Un coup terrible vient d’être porté à notre République et à une valeur fondamentale de notre pays, la liberté de la presse. Les personnes qui ont été froidement abattues aujourd’hui l’ont été parce qu’elle n’hésitaient pas à défendre leurs idées, par le biais de leurs dessins ou de leurs articles,  attaquant l’extrémisme religieux.

Cet attentat inqualifiable et éminemment condamnable a enlevé la vie à une dizaine de personnes dont des dessinateurs célèbres et talentueux tels que Cabu, Wolinski, Charb et tous les autres qui ne faisaient qu’exercer leur métier dans notre belle démocratie dont la liberté d’expression est un pilier. Aucune provocation, aucune caricature ne peut justifier de tels actes de barbarie.

Notre démocratie est garante des valeurs de la République et nous devons tous la défendre quelque soit le prix à payer. Plus que jamais, condamnons ces intégristes, ces extrémistes qui justifient leur folie meurtrière au nom d’une religion, qu’ils salissent ainsi de leurs forfaits. J’exprime ma solidarité avec les familles des  victimes qui sont aujourd’hui plongées dans la douleur.

Dans cette épreuve, préservons-nous surtout de tout amalgame et de toute stigmatisation. Restons unis face à l’extrémisme religieux derrière nos valeurs républicaines et démocratiques."

Mairie de la Possession : Le 7 janvier 2015, 12 personnes ont été abattues au siège du journal Charlie Hebdo et 4 personnes grièvement blessées dans une attaque menée par des terroristes. Le Président de la République française, François Hollande a décrété ce jeudi 8 janvier 2015, journée de deuil national.

La Ville de la Possession, a participé à cet hommage cet après-midi sur le parvis de la mairie et en mettant en berne ses drapeaux, pour trois jours.
A La Possession comme partout à La Réunion et en France, nous nous joignons à l’hommage aux victimes et à leurs familles, en partageant l’énorme peine qui les touche. Car leur peine c’est aussi la nôtre. Une peine qui affecte le monde entier.

Ces victimes ont toujours lutté pour la liberté d’opinion et la liberté de la presse. Rien ne peut justifier, ni excuser un tel acte de barbarie.
Nous condamnons cet acte terroriste, un crime qui porte atteinte à la Liberté d’expression, l’une des valeurs fondamentales de la République.
C’est pour cela que nous nous joignons à l’hommage collectif pour dire que nous aussi, nous sommes tous Charlie ! Nout’ Tout’ Nou lé Charlie !

Dans ces moments tragiques, nous ne devons pas céder à la psychose et aux extrémismes. On voit où ce genre d’attitude nous emmène. Nous devons au contraire continuer à nous unir contre l’intolérance et à l’acceptation de nos différences qui consolident notre Unité républicaine.

Je voudrais pour terminer en hommage aux journalistes et aux policiers morts dans leur fonction et sur leur lieu de travail vous citer une phrase d’un grand Combattant de la Liberté, Nelson Mandela : " Mon idéal le plus cher a été celui d'une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie et avec des chances égales. J'espère vivre assez pour l'atteindre. Mais si cela est nécessaire, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir ".

Et pour celle et ceux qui sont morts hier pour défendre cet idéal, nous disons : Vive la Liberté ! A bas l’intolérance !

Joseph Sinimalé (maire de Saint-Paul) : "Un acte d'une lâcheté intolérable. La terrible fusillade survenue dans les locaux de Charlie Hebdo, hebdomadaire satirique, ne peut pas nous laisser indifférents. Des journalistes exécutés, froidement abattus et dont le seul tort était de faire leur métier est inadmissible dans une société basée sur la démocratie, la liberté d'expression. Je condamne fermement cet acte de lâcheté et de barbarie. En s'attaquant à organe de presse, les terroristes se sont directement attaqués à un de nos principes républicains, à nos valeurs, à notre vivre ensemble.
Tous, partout ou nous nous trouvons et quelles que soient nos convictions religieuses, politiques, nous ne devons pas céder à l'intimidation mais rester unis pour combattre le terrorisme et pour défendre la liberté de la presse, la liberté d'expression des journalistes. Une des valeurs universelles."

Didier Robert (président du conseil régional) : "Je suis comme tous les Réunionnais, comme tous les Français sous le choc et l’émotion après l’attentat ignoble qui vient d’être perpétré au siège du journal Charlie Hebdo. Je tiens naturellement à condamner cet acte odieux et barbare qui vient de coûter la vie à douze personnes, des journalistes, des policiers…

Au-delà de la cruauté et de la lâcheté de cet acte, il s’agit d’une atteinte particulièrement grave et inédite à la liberté d’expression qui est et doit demeurer un pilier fondamental de notre société. Cet attentat est une atteinte insupportable aux valeurs même de la République, des valeurs que nous défendons tous et auxquelles nous sommes tous attachés.

Nous devons, plus que jamais, nous reconnaître, nous retrouver et nous unir autour des principes de respect et de tolérance qui fondent notre démocratie. Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches."

Gilbert Annette (maire de Saint-Denis) : Tristesse, émotion et révolte, voilà les sentiments qui m'animent face à l'horreur perpétré à la rédaction de Charlie Hebdo. Cet acte barbare a plongé en l'espace de quelques minutes des dizaines de personnes dans une souffrance indescriptible, mes premières pensées vont bien sur vers les familles et proches des victimes, je leur exprime toute ma compassion.

Leurs vies ont été cruellement fauchées sur leur lieu de travail, un travail guidé par la liberté d'expression et la recherche de la vérité. Cette violente mise sous silence fait froid dans le dos et nous rappelle à quel point la démocratie est précieuse, fragile et que sa défense est l'affaire de chacun, chaque jour, à tout moment. Face à ce drame humain, nous plongeons naturellement dans l'incompréhension et la peur, Malgré tout, il ne faut pas céder aux amalgames faciles et il est de notre devoir de rester unis, de faire bloc pour nos valeurs fondamentales.

Dès demain, la Ville de Saint-Denis témoignera son soutien en mettant en berne ses drapeaux, j'invite également le plus grand nombre à participer à la manifestation de solidarité aux victimes qui aura lieu sur le parvis des Droits de l'Homme à Champ Fleuri."

Daniel Gonthier (maire de Bras-Panon) : "Mercredi 7 janvier, un attentat a été perpétré contre le journal Charlie Hebdo et des policiers en exercice. En ma qualité de Maire et en tant que citoyen affirmant mon attachement à la nation française, je condamne fermement ces actes terroristes qui ne trouvent aucun fondement dans nos valeurs humaines.

C'est la République toute entière qui a été visée par cette fusillade barbare faisant 12 morts, plusieurs blessés et une nation endeuillée. En ces moments de douloureuse émotion, je tiens à faire part de la solidarité de toute la population face à cette volonté de détruire la liberté d'expression en s'attaquant à deux institutions qui la symbolisent : la presse et l'ordre public.

Nous apportons tout notre soutien aux victimes et aux familles."

Ericka Bareigts (députée de La Réunion) : "Émotion. Indignation. Détermination. Quelques minutes auront suffit à faire basculer notre pays dans un deuil national. Notre démocratie est touchée en plein cœur. Nos valeurs républicaines sont heurtées. A l'heure où j'écris ces quelques lignes, ce sont 12 morts, dont 5 journalistes et 2 policiers, et plusieurs blessés qui ont été touchés par une attaque terroriste au siège du journal Charlie Hebdo à Paris.

Nous ne pouvons tolérer cela. Après cette attaque, certains seront tentés de glisser vers l'amalgame, la peur et la haine de l'Autre. Mais nous ne céderons pas à ces alarmes. Debout, nous resterons en conscience. La Fraternité doit nous rassembler. Nous devons nous rassembler au delà de nos appartenances religieuses, au delà de nos appartenances politiques, au delà de nos croyances.

Je salue le travail remarquable qu'exercent les caricaturistes, les journalistes, les artistes pour nous permettre d'avoir accès à l'information. Ils sont l'expression de notre démocratie. Ils sont des porteurs de la liberté d'expression. Leur liberté, leur courage et leur humour aussi nous a permis de construire une République diverse, libre et laïque.

Mes pensées vont aussi aux familles des victimes et à leurs proches. Je leur adresse ma plus chaleureuse empathie. Pour eux, pour la Liberté et pour la France nous n'oublierons pas. En solidarité, je participerai au rassemblement ce jeudi 8 janvier 2015 sur le parvis des Droits de l'Homme à Champ Fleuri. Aujourd'hui, la Fraternité doit s'exprimer fortement face aux tueurs de Liberté. L'unité doit se souder amplement face aux assassins de la République.

Nous resterons unis, vigilants, forts, résistants et indestructibles face à tout ceux qui veulent réduire notre Humanité."

Demain La Réunion : "Demain La Réunion condamne cet acte de terreur perpétré contre l'organe de presse Charlie Hebdo.
Un acte de barbarie qui porte atteinte à la démocratie, à la liberté, à La République.
Demain La Réunion adresse ses condoléances aux familles endeuillées.
Plus jamais ça !

Voltaire disait "je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à  la mort pour que vous puissiez le dire".

OUI À LA LIBERTÉ DE LA PRESSE !
OUI A LA DEMOCRATIE !
NON À LA BARBARIE AU NOM DE LA RELIGION QUELLE QU'ELLE SOIT!
NON À L'OBSCURANTISME.

Enfin, Demain La Réunion estime qu’un message fort, solidaire et unitaire doit venir de La Réunion, terre de cohésion. Demain La Réunion s’associe à toutes les initiatives allant dans ce sens."

Olivier Hoarau (maire du Port) : "Un attentat ignoble s’est produit à Paris, contre les journalistes de Charlie Hebdo, ce grand journal satirique. Nos pensées vont bien évidemment aux victimes et à leurs proches. Notre indignation est immense, car la liberté de la presse est cruellement mise à mal. Notre humanisme est souillé, car ces actes sont d’une barbarie insupportable. Notre honneur est de veiller jalousement à la liberté absolue de conscience. Celle-ci passe par la liberté de la presse et sa conception. Aussi, nous réitérons tout notre soutien à tous les organes de presse. Nous réaffirmons vouloir croire en elle comme une liberté de penser et comme symbole de la liberté en démocratie.

Jaurès disait, dans son éditorial du numéro 5 de l’Humanité, le 18 avril 1905 : "C’est pour des informations étendues et exactes que nous voudrions donner, à toutes les intelligences libres, les moyens de comprendre et de juger elles-mêmes les événements du monde… Il n’y a que les classes en décadence qui ont peur de toute la vérité." Les auteurs de ces actes abjects veulent effacer la vérité, en assassinant les journalistes qui en sont les garants, nous ne pouvons l’accepter.

Les Portoises, les Portois et le Conseil Municipal se joignent à moi pour dénoncer l’abomination qui vient de frapper le Monde libre et ceux qui les représentent. Nous serons toujours du coté de ceux qui veulent voir triompher la vérité."

Younous Omarjee (groupe GUE/NGL au Parlement européen) : C'est sous le choc que l'ensemble des Députés européens de la GUE/NGL ont appris la fusillade qui a eu lieu au siège du journal français Charlie Hebdo. La GUE/NGL condamne cet attentat terrible et tient à manifester sa plus grande fraternité avec l'ensemble des victimes, journalistes et policiers, de leurs familles et des français. C'est un massacre d'une rare gravité et horreur. Un drame national et européen. La liberté de la presse comme la liberté d'expression sont en Europe des droits indéfectibles et inaliénables. L'atteinte à la vie des journalistes et salariés du journal Charlie hebdo ne peut être vécu qu'avec profond effroi et émoi.
 
Tout doit désormais être fait et mis en œuvre par la police et la justice françaises pour arrêter les criminels qui ont organisé ce massacre inqualifiable, et pour que toute la lumière puisse être faite sur les causes et motivations de ceux qui ont perpétré ce crime abjecte.
 
C'est endeuillé que l'ensemble des députés européens de la GUE/NGL adresse leurs pensées les plus solidaires, leur soutien et leurs condoléances les plus meurtries aux familles des victimes, aux salariés de Charlie Hebdo, aux corps de police et plus largement à tous les français.
 
Des rassemblements d'hommage et de recueillement ont été organisés hier et aujourd'hui à Bruxelles auxquels ont pris part les Députés européens de la GUE/NGL présents, parmi lesquels le chef de la délégation française Younous Omarjee. Ce dernier participera dimanche à la grande marche républicaine qui se déroulera à Paris.

Mairie de l'Entre-Deux : "Le Maire Bachil Valy et le Conseil municipal de l’Entre-Deux s’inclinent devant le drame national perpétré ce mercredi 7 janvier dans les locaux du journal " Charlie Hebdo " à Paris. En premier lieu, nous présentons à toutes les familles endeuillées et à leurs proches nos sincères condoléances. Sur toute la planète, nous sommes victimes  de ce désastre humain. C’est un combat de tous les jours que nous devons dénoncer. Le combat de dire NON à la violence. Une lutte qui doit être perpétuelle à chaque souffle de la vie.

Que ce drame condamnable commis hier renforce plus que jamais nos convictions. Que la Nation renforce ses liens fraternels avant tout, dans la solidarité et le recueillement. Même si aujourd’hui l’émotion est vive, l’unité  ne doit pas céder la place à la haine. Nous devons nous efforcer de dominer notre animosité. Nous devons et nous continuerons à adopter une attitude de non-violence, et ce avec les larmes dans les yeux et le cœur meurtri. On déploie des moyens pharaoniques pour contrer l’inconnu plutôt que d’aller à sa rencontre.

Construisons une société pacifique ; un seul et même peuple qui regarde tous ENSEMBLE dans la même direction. Nous sommes humains avant d’être musulman, chrétien, hindou, juif… Nous ne sommes pas adversaire mais frère. Comme l’a si bien exprimé Nelson Mandela : " Personne n’est né avec la haine pour l’autre du fait de la couleur de sa peau, ou de son origine, ou de sa religion. Les gens doivent avoir appris à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer car l’amour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé. "

Soyons courageux et libre de croire que nous sommes HUMAINS et attentifs à une vie citoyenne harmonieuse."

Terla : Hier matin à Paris, de minables bandits au discernement pollué ont attaqué à l’arme lourde des journalistes, chroniqueurs, caricaturistes du journal Charlie Hebdo qui n’avaient pour se défendre que leurs crayons, leur engagement, leur liberté d’esprit et leur grand courage.

Nous souhaitons d’abord rendre hommage à ces résistants, qui  sont morts pour défendre la liberté d’expression et ne pas avoir voulu  céder d’un pouce au chantage et à la menace. Comme le disait Charb, ils préféraient mourir debout plutôt que de vivre couchés. Nous pensons avec affection et fraternité à eux et à leurs proches. Nous pensons aussi aux deux policiers morts dans l’exercice de leur fonction, celle de défendre les citoyens et les valeurs de notre république : liberté, égalité, fraternité.

Les bandits qui les ont assassinés sont, à nos yeux, tout sauf des musulmans. Ils ne peuvent se réclamer d’une religion qui prône l’inverse de ce qu’ils ont perpétré. Tous ceux qui prétendent agir au nom d’Allah pour tuer des innocents sont des imposteurs qui insultent en premier lieu les musulmans, en voulant faire croire qu’ils les représentent et agissent en leur nom.

Notre réponse doit être unanime et nous devons, face à de tels agissements, faire bloc tous ensemble, unis par la force de nos différences, pour défendre l’essentiel : la liberté, le droit pour chacun de vivre et d’agir pacifiquement selon ses convictions (nous n’avons pas l’impression d’égorger quelqu’un avec un feutre disait Charb) et le respect de tous. Ceci est  particulièrement vrai dans notre île où nos origines multiples, nos religions, nos cultures mêlées, sont vécues comme une force et un enrichissement plutôt que comme une source de clivage et de discrimination.

Tous réunionnais, tous différents, tous unis, face à la bêtise et à l’obscurantisme, ayons le même courage que ceux qui sont morts pour leurs convictions, levons nous tous pour dire NON. L’intimidation, la violence, les menaces, les actes barbares n’auront comme résultat que de renforcer notre soif de  liberté, de différences et d’amour de l’autre. RESISTANCE !.

Le syndicat FO COM : "Contre la barbarie, défendons la liberté qui est une et indivisible. Le syndicat FO COM apporte son soutien et sa solidarité aux proches des victimes et à la rédaction de Charlie Hebdo. Le syndicat FO COM condamne avec force l'acte barbare des terroristes commis dans les locaux de Charlie Hebdo et sur des policiers."

Le syndicat FSU : "La FSU dénonce l'attentat abominable commis aujourd'hui contre Charlie Hebdo La FSU dénonce l'attentat abominable commis aujourd'hui contre Charlie Hebdo. Elle exprime toute sa solidarité avec les victimes et les personnels de Charlie Hebdo. Elle présente ses condoléances aux familles des victimes. A l'heure actuelle ce sont douze personnes, journalistes, policiers, qui payent de leur vie le droit à l'expression. Les démocrates, quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses, ne doivent pas laisser notre société s'enfoncer dans la violence et l'obscurantisme. Ils doivent se rassembler autour des valeurs de notre République.

La FSU demande que toute la lumière soit faite sur cet attentat odieux. C'est bien la tolérance, la liberté, la démocratie, la laïcité et le vivre ensemble qui sont en jeu. Ce sont ces principes que la FSU appelle à défendre en participant aux rassemblements organisés partout en France."

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Hmitta, Posté
Cet acte abominable ne peut-être que condamnable. Qu'on fait ces pauvres gens pour avoir été fauchés si brutalement et sans aucune défense. Je ne peux qu'accompagner les familles, amis et proches de ces représentants de la liberté d'expression et de l'ordre public, dans cette terrible épreuve. Je ne vis pas en France, mais je garde un très profond amour pour ce pays merveilleux, qui a fait mon éducation, et je n'arrive pas à comprendre comment des individus vivant sur ce pays merveilleux, libre et social, peuvent accomplir de tels actes. Aucune justification (qu'elle soit d'ordre social ou religieux) ne peut justifier cette barbarie. Le deuil est dans mon âme, malgré que je ne puisse manifester auprès des français. J'espère que ces pauvres victimes sont au paradis, et qu'elles sont en paix, puisqu'elles ont quitté ce monde de violence, de barbarie et d'"inhumanité". Reposez en paix;