Le président du comité olympique des Comores s'explique :

Ibrahim Ben Ali : "D'autres pays pourraient quitter les Jeux"


Publié / Actualisé
Les Comores ont décidé officiellement de quitter la 9e édition des Jeux des îles de l'océan Indien. Lors d'une conférence de presse organisée ce lundi 3 août 2015, Ibrahim Ben Ali, le président du comité olympique de l'archipel, a décidé de motiver sa décision. "Avant de partir, nous avons estimé nécessaire d'apporter un certain nombre d'explications à la population réunionnaise par courtoisie. L'Etat comorien est en train de nous trouver un avion pour décoller illico-presto", explique-t-il. Le départ des athlètes comoriens est prévu ce mardi soir.
Les Comores ont décidé officiellement de quitter la 9e édition des Jeux des îles de l'océan Indien. Lors d'une conférence de presse organisée ce lundi 3 août 2015, Ibrahim Ben Ali, le président du comité olympique de l'archipel, a décidé de motiver sa décision. "Avant de partir, nous avons estimé nécessaire d'apporter un certain nombre d'explications à la population réunionnaise par courtoisie. L'Etat comorien est en train de nous trouver un avion pour décoller illico-presto", explique-t-il. Le départ des athlètes comoriens est prévu ce mardi soir.

Samedi, lors de cérémonie d'ouverture des Jeux des îles, la délégation comorienne a quitté le stade Paul-Julius Bénard de Saint-Paul. Pour quelle raison ?

Ce qui s'est passé samedi à la cérémonie d'ouverture est dû au non respect et à la limite de la violation de la charte des Jeux qui stipule quelle doit être la position de Mayotte par rapport à ses jeux. Mayotte a un statut d'observateur dans les réunions du CIJ (ndlr : Conseil international des Jeux) et doit participer aux Jeux avec le drapeau et l'hymne des Jeux. La Réunion devait accepter la charte des jeux, le pays qui organise les jeux doit s'engager à appliquer la charte qui n'a pas été respectée lors de la cérémonie d'ouverture.

Quelle a été votre réaction suite au défilé de la délégation mahoraise derrière le drapeau français ?

Cet événement là a suscité la réprobation des athlètes comoriens qui ont quitté sans concertation le stade olympique. Quand j'ai vu l'incident, je me suis déplacé pour aller m'expliquer. J'ai eu l'occasion de le dire : ça fait 4 ans que nous préparons pour nous préparer avec des moyens modestes. Ce loupé indispose chacun d'entre nous. Quand j'ai vu cet incident, je suis allé vers les jeunes pour comprendre. Je pensais que c'était lié à un accident, à un oubli : dans ce cas, on peut espérer que les choses puissent s'arranger. Manifestement, les organisateurs ont programmé ce qui s'était passé. Les Jeux des îles sont à tous. Malheureusement, le COJI (ndlr : Comité organisateur des Jeux des îles) n'a pas respecté la charte. Lors de la réunion que nous avons eu hier, l'Etat français a reconnu qu'il y a eu violation de la charte des jeux.

Qu'en est-il des autres pays ? Les Seychelles ou encore Madagascar soutiendrait votre position...

Tous les pays qui composent le conseil international des Jeux déplorent le fait que la charte ait été violée. Un communiqué a été acté pour avertir les organisateurs des Jeux qu'en cas de manquements graves par rapport au respect de la charte, d'autres pays pourraient quitter les Jeux. C'est aussi une réalité. La plupart des pays est pour que l'on respecte la charte. Nous sommes unis autour de la charte. Tout le monde exige à ce qu'elle soit respectée. Qu'aurait-on dit si les Comores n'avaient pas respecté la charte ?

Lorsque le ministre des sports français Patrick Kanner a été interrogé à ce sujet, il a répondu que le défilé de Mayotte derrière le drapeau français a été prévu lors de précédentes réunions lors desquelles les Comores n'ont pas réagi. Qu'en est-il vraiment ?

C'est faux, faux et archi faux. Lorsque nous nous réunissons, il y a un procès-verbal. Demandez au secrétaire du CIJ qui gère les archives. Dans aucune réunion il n'a jamais été question de passer outre la charte des Jeux. C'est vrai que dans la dernière réunion, on nous a glissé au fin fond du dossier l'organisation du défilé, mais je n'ai pas eu le temps de regarder le dossier. J'avais d'autres soucis comme les athlètes bloqués à Moroni.

N'estimez-vous pas qu'il est regrettable d'avoir mêlé sport et politique lors des Jeux ?

Je ne sais pas qui mêle sport et politique. Pour nous, la réaction qui a été la notre a été motivée par le non respect de la charte. Nous sommes des sportifs : lorsque nous établissons des règles du jeu, on sait qu'on ne modifie pas les règles. Aujourd'hui, le camp français argumente disant que nous sommes sur un territoire français et que la constitution doit être respectée. Mais la France signe des conventions.

Tout de même, les athlètes comoriens doivent être déçus de rater des Jeux qu'ils préparent depuis 4 ans.

Les athlètes et nous-mêmes sommes déçus. Nous nous sommes préparés et nous avons mis tout ce que nous avions pour venir. Vous êtes au courant de la bataille que nous avons mené pour les visas. J'ai des footballeurs professionnels qui sont venus en laissant de côté des contrats de travail pour défendre le drapeau comorien. Mais que faire lorsqu'on vous écrase le pied ? On ne dit pas qu'on a mal ? Ne fallait-il pas faire la part des choses ?

Est-ce que vous n'auriez pas pu seulement quitter la cérémonie d'ouverture et participer tout de même aux Jeux ?

On aurait pu uniquement boycotter la cérémonie. Je pensais que cette situation par rapport à la cérémonie d'ouverture était un incident qu'on pourrait régler. Mais c'était quelque chose qui était préparé et prémédité et que l'on impose à l'ensemble des pays des Jeux. Si aujourd'hui on ne peut pas se fier à la charte, à quoi bon de participer à des Jeux ?

Quelle a été votre réaction suite à la médaille de bronze d'une athlète mahoraise, qui a été présentée sur le podium devant un drapeau français ?

Ça n'inspire rien de plus qu'une volonté délibérée de ne pas respecter la charte. J'espère que les Jeux continueront, mais je ne sais pas si cette situation ne va pas impliquer des réactions en cascade. Le président du CIJ est de plus en plus dans une situation inconfortable : les organisateurs et le CROS Réunion (ndlr : Comité régional olympique et sportif) doivent respecter la charte des Jeux. Est-ce que le CIJ va rester passif ou insensible à cette succession de violations ? J'espère que la raison va l'emporter.

Qu'en est-il de la candidature des Comores pour les Jeux prévus en 2019 ?

Je sais que les Comores sont candidats et sont bien préparés pour 2019. Mais actuellement, je ne peux pas rentrer dans ce jeu. On doit organiser les Jeux dans un cadre où l'on respecte les Comores. Ce respect passe par le respect de la charte.

Pensez-vous que l'organisation même des Jeux est menacée ?

Les choses peuvent aller très vite. Le gouvernement comorien s'en est saisi. Le fond des choses va remettre en cause la participation des Comores à l'institution. Les choses sont suffisamment graves pour que l'on comprenne quelles sont les responsabilités. S'obstiner à faire fi des règles peut provoquer une perte de ces Jeux malheureusement. C'est pourtant l'un des acquis forts de la zone. Ce sont nos Jeux olympiques de l'océan indien. Ces Jeux avaient beaucoup d'atouts pour nous tous.

Ne pouvez-vous pas considérer une évolution de la charte des Jeux ?

Tout le monde sait que ce problème de Mayotte est récurrent au niveau de l'ONU. On connaît la position des pays aux Nations-Unies. Je ne veux pas rentrer dedans, je n'ai pas envie de faire de la politique. Nous avons accepté que Mayotte participe aux Jeux. Cette évolution, nous l'avons accepté car les athlètes mahorais ne pouvaient pas subir cela. Nous voulions que les athlètes participent aux compétitions sportives. Cette participation n'a pas été guidée par des aspects politiques, mais sportifs. C'est la seule façon pour eux de pouvoir permettre des échanges. Dans les Jeux olympiques, quand il y a une difficulté institutionnelle, le pays participe avec le drapeau et l'hymne des jeux. Nous nous sommes inspirés de la charte des jeux.

Mayotte est un département français depuis 2011 et région ultra-périphérique de l'Union européenne depuis 2014. N'est-il pas temps de passer à autre chose ?

Je ne peux pas débattre sur ces questions politiques. J'observe une situation de fait que j'ai du mal à comprendre. On ne peut pas amener les gens à débattre en faisant du chantage, quand on vous dit que c'est comme ça ou pas autrement. Les conditions ne sont pas valables pour discuter de la sorte.

Avez-vous un message pour les Réunionnais, et notamment la communauté comorienne de La Réunion ?

Nous sommes désolés de cet événement qui fait que les Jeux ne sont pas les Jeux. Nous sommes désolés pour cet incident.

www.ipreunion.com

   

10 Commentaire(s)

Popol, Posté
ouais c'est surtout l'occasion de faire parler de lui en remuant la m........
personne pour faire rentrer dans le rang ses ptits "écoliers" qui font la boude ................
si seulement ces jeux pouvaient ne plus avoir lieu...........
Après demandez-vous pourquoi les services publiques n'ont plus de moyen ?
Ben pour filer du pognon au jeux..............
, Posté
Bouffoon
Citoyen du monde, Posté
Vous avez eu raison de prendre ces décisions courageuses, mais qui honorent l'archipel des Comores. Aucun pays organisateur encore plus La France, le plus puissant des nations présentes n'a le droit de faire fi des règles. C'est une erreur grave, qui met un pavé dans la diplomatie française.
Fax, Posté
A FOX UN PEU DE RESPECT SVP .......
FOX, Posté
Ibrahim, arréte de nous fatigué avec tes conneries et tes mensonges.......J espère que d ici demain tu auras quitté notre ile.....j ai une pensée pour les athètes comoriens qui se sont donné beaucoup de mal pour préparer ce grand moment.
Ok mais, depuis son mobile, Posté
Mayotte est Francaise oui ou non? Donc les comores se refugient derriere la charte mais c'est un pretexte qui les arrangent bien!! Ouvrez les yeux. C'est de la malhonnetete intellectuelle que de ne pas mettre carte sur table et d'expliquer clairement pourquoi ca les derange, encore aujourd'hui, en 2015!!!
R I P O S T E, Posté
Prenez attache avec M. Ali S. , un Franco Comorien à la retraite sise à Sainte Clotilde candidat aux Régionales2015 pour la Coopération Régionales !
Maki, Posté
Je cite: je n'ai pas eu le temps de regarder le dossier.
Donc la notion était bien inscrite dans le règlement. Le fait que seul les Comores n'aient pas signé ce changement de règlement implique forcément qu'ils étaient au courant. Cette problématique était connu de leur politique depuis bien longtemps!
Quelle menteur celui la...
RIDICULE, Posté
Band Comoriens lavaient peur de perdre.....
Haya Yivo, Posté
Bien parlé. Ceux qui vous ont choisi ont bien vu. Le sport se pratique toujours dans le respect des règles.Et nul n'est au-dessus des lois, serait-il le faiseur des lois !