Suite au départ de la délégation comorienne :

Couacs aux Jeux des Îles : Didier Robert et Nassimah Dindar regrettent l'attitude du gouvernement


Publié / Actualisé
Dans une conférence de presse commune organisée ce jeudi 13 août 2015, Didier Robert et Nassimah Dindar sont revenus sur l'organisation des derniers Jeux des îles. Pour le président du conseil régional et la présidente du conseil départemental, cette 9e édition a été un succès sur le plan sportif. Mais il n'en demeure pas moins selon les représentants des deux principales collectivités de l'île que le départ de la délégation comorienne est due à une ingérence du gouvernement français. (photo Noël Técher / RTL Réunion)
Dans une conférence de presse commune organisée ce jeudi 13 août 2015, Didier Robert et Nassimah Dindar sont revenus sur l'organisation des derniers Jeux des îles. Pour le président du conseil régional et la présidente du conseil départemental, cette 9e édition a été un succès sur le plan sportif. Mais il n'en demeure pas moins selon les représentants des deux principales collectivités de l'île que le départ de la délégation comorienne est due à une ingérence du gouvernement français. (photo Noël Técher / RTL Réunion)

Pour la première fois, Didier Robert s'est exprimé sur l'organisation de la 9e édition des Jeux des îles. Suite au départ de la délégation comorienne, qui a déclenché des tensions diplomatiques entre Paris et Moroni, le président de la Région Réunion - chargée de la coopération régionale - estime que la compétition a été "prise en otage".

"L'Etat et l'archipel des Comores doivent renouer le dialogue pour faire en sorte que le débat entre la France et les Comores sur l'appartenance de Mayotte soit de nouveau posé et puisse être réglé. L'indépendance remonte à 1975, il serait temps de régler cette question. Cela pollue l'ensemble des relations dans le cadre des îles de l'océan Indien", estime-t-il.

De son côté, Nassimah Dindar appelle à "préparer l'avenir avec les collectivités et les associations de Mahorais, de Comoriens et de Réunionnais." Alors que les Comores doivent organiser les prochains Jeux, la présidente du conseil départemental qu'il "faut faire en sorte que la coopération au niveau sportif puisse être accompagnée d'une coopération sociétale de grande ampleur."

Alors que la représentante du département propose notamment "d'apporter de l'eau potable" à l'ensemble de la population comorienne, Didier Robert a assuré qu'il faut "commencer à construire pour que ces prochains Jeux des îles prévus aux Comores ne soient pas de nouveau entachés par des questions politiques et diplomatiques qui n'ont pas leur place sur les terrains sportifs."

Les deux présidents de collectivité ont ainsi annoncé qu'un courrier retraçant les différents incidents des Jeux sera envoyé à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et à son Premier ministre Manuel Valls.

www.ipreunion.com avec RTL Réunion

   

8 Commentaire(s)

Jhon, Posté
la girouette et bébé cadum c'est deux bon a rien
Mécoué, Posté
Dire tout et son contraire en même pas 15 jours, y faut le faire. Pour la contradiction et la langue de bois, ces responsables politiques locaux, doivent assurément être dans le top des records.
En effet entre, être la semaine dernière, pour le déroulé du Drapeau National pour nos sportifs et, ne plus partager ce même positionnement en dénonçant « l’ingérence sur les Jeux du gouvernement » qui demande en occurrence la même chose, difficile de faire mieux comme girouette de service.
En dehors de la dérive politicienne tout azimut constatée, y a tout de même quelque chose de positif après-coup, qui en est ressorti du comité de pilotage sportif de ces jeux : Seul l’Hymne et le Drapeau Olympique ont été admis à couvrir tous les actes officiels de la manifestation.(Déduction : doivent s’affronter que les athlètes, pas les Pays)
Nos Hymnes et drapeaux Nationaux respectifs si chargés de symboles, de sacrifices ultimes, comme il se doit, seront ainsi mieux respectés et protégés …
CHABAN, Posté
C'est qui qui porte la culotte entre les 2?
Stan, Posté
Quel aveu d'impuissance! quel est le poids politique du président de la Région et de la Présidente du Département? c 'est humiliant pour eux, que le gouvernement n'a pas estimé utile de recueuilir leur avis avant de prendre la décision anti diplomatique que l'on connait. A moins qu'ils étaient d'accord. qui ne dit mot consent car Didier Robert et Nassimah Dindar ont été bien silencieux lorsque l'incident du départ des Comores a eu lieu. Ils sont restés assis dans la tribune et ont tout cautionné. idem pour les député(e)s
le drame pour La Réunion aujourd'hui, c'est qu on a aujourd'hui des élus faibles, qui n'ont aucun poids
Valval, Posté
Ce qui nous intéresse le plus ce que DIDI 1er nous informe sur les magouilles révélées par Zinfos 974 concernant le NRL.
Zinfos 974 nous parle de deux vice-présidents qui seront bientôt inquiétés par la Justice pour avoir semble t-il touché des pots de vins et obtenu des villas par les sociétés bénéficiaires de ce marché.
@mytho, Posté


" Didier Robert a profité de l’occasion ...critiques Manuel Valls et son ministre des Sports inflexibles ... Un passage en force qui s’est soldé par cette crise avec les Comores.

Ce boug la lé en campagne des élections régionales 2015 .

Ce n’est pas Vincent Lambert qu’il faut débrancher, c’est le sortant de la pyramide inversée !

Aidez , le partant de la pyramide inversée à sortir définitivement !!!
Le malbar, depuis son mobile, Posté
Nous ont regrettes de les avoir comme responsables politiques (nasi et dier).les jeux des iles c pas politiques c du sport pour les sportifs
Vel, Posté
Pas sociétal. Vous vous trompez d'enjeu : économique ! Place aux neurones de l'océan Indien, même si l'organisation de ces JIO nous a montré certaines carences du côté réunionnais. Mais nous pourrons toujours progresser.
A vous de jouer, de saisir au bond ce petit "cadeau" de l'Histoire. Ne laissez pas les gros doigts de Paris reprendre la main... Car les JOI représentent notre seul espoir de fraternité dans cette partie du monde où se jouera bientôt le dernier acte de la globalisation. Suspense...