Philippe Capponi, directeur du festival Kaloo Bang :

"Je ne travaille qu'avec des artistes engagés"


Publié / Actualisé
La deuxième édition du Kaloo Bang se déroulera les vendredi 7, samedi 8, et dimanche 9 octobre 2011. La programmation du festival 2011 s'annonce éclectique, chaleureuse, métissée et engagée. Philippe Capponi, directeur du Kaloo Bang, revient pour Imaz Press Réunion sur la première édition, il livre sa vision de l'événement et souligne "je ne travaille qu'avec des artistes engagés".
La deuxième édition du Kaloo Bang se déroulera les vendredi 7, samedi 8, et dimanche 9 octobre 2011. La programmation du festival 2011 s'annonce éclectique, chaleureuse, métissée et engagée. Philippe Capponi, directeur du Kaloo Bang, revient pour Imaz Press Réunion sur la première édition, il livre sa vision de l'événement et souligne "je ne travaille qu'avec des artistes engagés".
Qu'avez-vous retenu de la première édition du Kaloo Bang ?

Je suis satisfait du premier festival. Avec le peu de temps qu'on a eu pour le préparer, selon moi, c'était une réussite. Même s'il faut reconnaître qu'il était perfectible, parce qu'à l'époque, on ne connaissait pas bien le site du Parc des expositions et que certaines choses nous ont échappé en raison du peu de temps de préparation qu'on a eu. Mais on a réussi à réunir 6 700 personnes sur deux jours, c'est une satisfaction.

Y aura-t-il des changements pour cette deuxième édition ?

Nous avons fait un débriefing après le premier festival. On a pris en compte les différentes remarques et avis qu'on nous a donné, par exemple sur les réseaux sociaux. L'an dernier, les premiers concerts étaient programmés vers 17h30 ou 18h, on s'est aperçu que c'était trop tôt pour les spectateurs. Cette année, les concerts seront programmés plus tardivement, vers 19h, 19h30. Pour les entrées aussi, il y a quelques changements. Nous allons proposer un pass pour chaque journée. La billetterie sera ouverte dès le 4 juillet.

Qu'est-ce qui est au programme cette année ?

Nous avons une programmation variée au niveau musical, avec des artistes locaux, comme Rouge reggae, Psychorigid ou Sabouk. Il y aura aussi des artistes issus de différents pays : entre autres, Hifana du Japon, Nortec Collective du Mexique, Eric Manana de Madagascar, Boteco Electro du Brésil...Nous aurons aussi Alpha Blondy et Magic System sur scène. Au niveau animations, on veut mettre en place divers ateliers : marionnettes, slam, cirque. Un bal guyanais sera aussi organisé sur le Barachois le dimanche 9 octobre.

Qu'est-ce qui fait l'originalité de Kaloo Bang ?

Le festival, au-delà de son éclectisme, suit une ligne éditoriale. On a réuni des artistes autour des musiques du Sud. On fait de belles rencontres artistiques. Ce sont des artistes qui écrivent des textes engagés. De toute façon, je ne travaille qu'avec des engagés.

Vous avez un coup de c?ur dans votre programmation ?

Ce sont tous des coups de c?ur, c'est bien pour cela que je les programme. Parmi mes préférences, il y a Mike Ibrahim. Ses textes sont très forts, c'est un très bon défenseur de la créolité.

Quel est le public visé par Kaloo Bang ?

Le festival est ouvert au grand public. L'an dernier, on a eu une clientèle métissée, familiale, multicolore. C'est ce qu'on souhaite retrouver cette année.

Entretien réalisé par Samia Omarjee pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !