Lancement de la plateforme VOD :

Kwa films : Rendre visible des oeuvres de l'Océan Indien


Publié / Actualisé
C'est un Netflix péi. A l'initiative de trois jeunes femmes issues audiovisuel, KWA films est la première plateforme de vidéo à la demande (VOD) conçue à La Réunion. Lancée samedi 29 septembre, elle met à disposition du public la création audiovisuelle conçue dans la zone de l'Océan Indien.
C'est un Netflix péi. A l'initiative de trois jeunes femmes issues audiovisuel, KWA films est la première plateforme de vidéo à la demande (VOD) conçue à La Réunion. Lancée samedi 29 septembre, elle met à disposition du public la création audiovisuelle conçue dans la zone de l'Océan Indien.

"Notre objectif est de dénicher ces pépites, les accompagner de making-off, d'interviews, d'éditos... et de les présenter sur un plateau gourmet : à déguster sur tous les écrans, où vous voulez, quand vous voulez et avec qui vous voulez !" nous expliquait en mai dernier Audrey Bacal, directrice associée de Kwa Films. Presque cinq mois plus tard, c’est chose faite : la plateforme est née. Pour se lancer, Kwa Films a fait appelle à des établissements financiers locaux et à une campagne de financement participatif.

Lire aussi => Kwa films : 11 220 euros collectés pour le cinéma de l'Océan Indien

Marie Trouvé, Julie Fioretti et Audrey Bacal souhaitaient faciliter l'accès et la recherche d'œuvres cinématographiques péi. " Il manquait un espace de diffusion, nous l’avons créé, " résume Julie Fioretti. Au catalogue : des films longs, courts, des documentaires, de la fiction, de l’animation… des œuvres créées sur le territoire de l’Océan Indien, de l’Afrique du Sud à l’Australie, en passant par La Réunion, l’Inde, Madagascar, le Mozambique...

Lire aussi => Kwa Films : le portail de vidéo à la demande made in Réunion

Pour le moment, une trentaine de films sont proposés et la plateforme en accueillera jusqu’à une soixantaine. Un petit catalogue, " nous préférons miser sur la qualité plutôt que la quantité et mettre en avant les œuvres, " explique  Julie Fioretti. Le contenu est également éditorialisé : les œuvres sont racontées, résumées, nous nous invitons dans les coulisses d’un tournage, découvrons les acteurs et réalisateurs. Kwa Film se situe ainsi entre le média culturel et une plateforme VOD.

L’abonnement coûte 7 euros par mois, sinon il y a aussi possibilité de ne louer qu’un film pour 2 ou 4 euros, ou de l’acheter en le téléchargeant pour 3 euros

Quelques exemples de films qui seront accessibles depuis la plateforme :

Sac la mort de Emmanuel Parraud, sorti à Cannes en 2016 et tourné entièrement en créole réunionnais ; Les films fantastiques d'Aurélia Mengin ;  Les documentaires Waro Déor  ou Bartas ; I’ve seen the unicorn de Vincent Toi etc.

En savoir plus sur www.kwafilms.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !