[VIDEO] Kwa Films :

La Marche du Singe : "C'est fou, c'est émouvant et c'est La Réunion"


Publié / Actualisé
Anecdotes de tournage, co-écriture, genèse de l'histoire... Grégory Lucilly, réalisateur réunionnais, revient sur la fabrication de son dernier court-métrage de fiction, La Marche du Singe. Un vrai "Feel Good Movie " qui a reçu le Prix du public et de la bande son à la Fête du Court 2018.
Anecdotes de tournage, co-écriture, genèse de l'histoire... Grégory Lucilly, réalisateur réunionnais, revient sur la fabrication de son dernier court-métrage de fiction, La Marche du Singe. Un vrai "Feel Good Movie " qui a reçu le Prix du public et de la bande son à la Fête du Court 2018.

C'est un coup de coeur de Kwa Films. Trois mots pour décrire ce court-métrage du jeune et talentueux réunionnais Grégory Lucilly ? "Feel Good Movie". Bien au-dessus des comédies romantiques un peu "cliché", celle-ci fait rire, beaucoup même. La légende raconte que la plus cynique de l'équipe Kwa Films a retrouvé un semblant de coeur d'artichaut après l'avoir vu...

Le pitch

Dans quelques heures, Chloé doit dire "oui" à Sam lors d'une fastueuse cérémonie de mariage sous les tropiques. Mais à peine commencée, la journée s'annonce rude pour la future mariée. Pourquoi diable Sam avait-il besoin de lui faire cette petite blague de dernière minute ?

L'avis du réalisateur

L'origine du film vient de l'actrice principale, Emilie Granier, "c'est elle qui est venue me voir et qui m'a dit : 'j'ai eu une idée, je veux jouer une femme déguisée en singe qui chevauche un poney. Personne n'a jamais fait ça.' 48h plus tard on avait une première base. On a mobilisé tous nos potes, on a appelé les gens pour les décors... Une comédie à La Réunion ? Super, ils nous ont dit. Et 3 semaines après, le film était en boîte."

Tout est donc parti de cette idée loufoque et insolite. "Il a fallu 9 prises pour la scène du poney avec Emilie dessus. C'est finalement une doublure cavalière qui l'a remplacée, parce que le poney ne voulait pas avancer. Et Francis qui joue le cyliste dans la scène est parti totalement en impro."

Le duo fonctionne et c'est ce qui donne son authenticité au court-métrage : "Il y a le grain de folie d'Emilie, qui s'est mélangé à mon univers, très poétique", explique Grégory Lucilly. Il ajoute que les deux comédiens du film étaient faits pour tourner ensemble. "Il s'en dégage un naturel et une simplicité extra."

Il termine : "sé kréol la fé sa", fier d'avoir tourné ce film à La Réunion. "Il faut soutenir ce cinéma réunionnais."

En savoir plus sur www.kwafilms.com

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !