2 milliards d'euros d'investissement public :

Le groupement d'intérêt public écocité de La Réunion est créé


Publié / Actualisé
Ce lundi 28 janvier, le 1er Conseil d'Administration du GIP Ecocité La Réunion s'est tenu : un nouveau cap est donné à l'Ecocité de La Réunion. Afin de répondre à l'ampleur des enjeux et à l'ambition que représente la démarche, l'État, le Territoire de la Côte Ouest, le Conseil régional de La Réunion, le Conseil départemental de La Réunion et les communes de La Possession, Le Port et Saint-Paul ont souhaité s'unir en créant un outil commun de pilotage : le " GIP Écocité La Réunion ". Un moment historique pour le territoire, marquant le franchissement d'une nouvelle étape du développement de l'Ecocité du Territoire de la Côte Ouest qui devient aujourd'hui Ecocité de La Réunion.
Ce lundi 28 janvier, le 1er Conseil d'Administration du GIP Ecocité La Réunion s'est tenu : un nouveau cap est donné à l'Ecocité de La Réunion. Afin de répondre à l'ampleur des enjeux et à l'ambition que représente la démarche, l'État, le Territoire de la Côte Ouest, le Conseil régional de La Réunion, le Conseil départemental de La Réunion et les communes de La Possession, Le Port et Saint-Paul ont souhaité s'unir en créant un outil commun de pilotage : le " GIP Écocité La Réunion ". Un moment historique pour le territoire, marquant le franchissement d'une nouvelle étape du développement de l'Ecocité du Territoire de la Côte Ouest qui devient aujourd'hui Ecocité de La Réunion.

Un outil opérationnel unique

Le Groupement d’intérêt public Ecocité La Réunion associe au sein d’une nouvelle structure publique les collectivités et l’Etat en vue de renforcer le pilotage de la démarche, de mutualiser les moyens et de co-construire la feuille de route des principaux acteurs, financeurs et maîtres d’ouvrage.

L’envergure inédite du projet et l’ampleur des enjeux pour l’Ouest et pour La Réunion impliquent en effet de changer d’échelle et d’innover en matière de gouvernance. L’intérêt régional, et même national, est affirmé par la création de cet outil, ainsi que la volonté des acteurs d’œuvrer ensemble pour rentrer dans une phase opérationnelle de la démarche.

En effet, le GIP Écocité La Réunion a vocation ainsi, dès 2019 à :

• Engager une phase de concertation publique avec l’ensemble des acteurs du territoire sur la ville durable réunionnaise et les principaux projets de l’Ecocité,
• Actualiser le plan-guide de l’Écocité de 2015,
• Contractualiser les opérations contribuant au développement urbain durable du territoire et leurs modalités
de réalisation (objectifs, planning, plan de financement) sur les 5 à 10 ans à venir,
• Réaliser les dossiers réglementaires préalables à l’aménagement de Cambaie Omega, la maîtrise foncière étant
en cours d’achèvement

Chaque membre du GIP Ecocité la Réunion contribue au financement et prend part au fonctionnement de la structure, respectant la répartition suivante : État (35%), Territoire de la Côte Ouest (22,5%), Conseil régional de La Réunion (15%), Conseil départemental de La Réunion (12,5%) et les Communes de La Possession, Le Port et Saint-Paul (5% chacune).

De l’ambition à l’action, le GIP intervient comme un accélérateur de développement pour faciliter les avancées des grandes étapes opérationnelles de l’Écocité, en devenant une démarche d’intérêt national grâce à un engagement fort de l’Etat aux côtés des collectivités locales mobilisées.

L'écocité : une réponse concrère à l'évolution des besoins des Réunionnais

Labélisée en 2009 par l’État, l’Écocité de La Réunion est la seule Écocité ultramarine, insulaire et tropicale de France.

D’utilité publique, l’Écocité vise à transformer le territoire du cœur d’agglomération du TCO en un véritable laboratoire d’expérimentation et de démonstration de la ville durable en milieu tropical.

Du littoral de La Possession au Cap la Houssaye en passant par le waterfront portois, ce projet de développement urbain s’étend sur un périmètre de 5000 ha, comprenant notamment le centre-ville de Saint-Paul, la Plaine de Cambaie, le Coeur de Ville de La Possession et tout le territoire du Port.

L’objectif de la démarche Écocité est de répondre concrètement aux besoins nouveaux du territoire et des Réunionnais dans un contexte de changement climatique : développement des transports en commun, construction de logements, création d’emplois, amélioration du cadre de vie, mise en œuvre d’une agriculture urbaine, préservation des ressources naturelles, maîtrise et diversification de l’énergie, recyclage des déchets …

A terme sont attendus 35 000 nouveaux logements permettant d’accueillir 70 000 habitants liés à la croissance démographique et à la demande croissante des familles, pour 20 000 emplois nouveaux créés sur le territoire ; soit près de 2 milliards d’investissement publics contribuant à la réalisation de plus de 60 projets démonstrateurs d’un développement urbain durable.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Zbob, Posté
Juste une remarque : lorsque des technocrates ou des politiques n'ont rien à dire , ou veulent cacher des petites magouilles pas très claires ou veulent que nous nous sentions un peu "cons " par rapport à eux , ils glissent toujours un ou deux mots d'anglais ( même s'ils n'en parle pas un traitre mot dans la réalité) ça fait tellement chic ma chèèère!
Bingo , nous avons droit au waterfront portois car voyez vous , dire front de mer ça fait peuple!
Bon , à part cette trouvaille , rien de nouveau sous le soleil, l'éco cité n'est pas prête de voir le jour , ( il suffit de voir ce qui se passe pour la zone de Cambaie où les copains et les coquins s'en donnent à coeur joie!) on n'est toujours pas capable à la Réunion ( que ce soit la CIVIS, Le TCO, La CINOR ou la CIREST) de s'entendre sur le tri ou le traitement des déchets ( la Réunion est déjà une poubelle à tous les coins de rue sans parler des magnifiques décharges .Encore bravo les gars