"On se croirait dans une télé-réalité" :

Européennes : Olivier Hoarau urge les candidats de s'occuper de La Réunion


Publié / Actualisé
Le maire du Port Olivier Hoarau a tenu une conférence ce mardi 30 avril 2019 pour alerter les candidats aux Européennes : occupez-vous de La Réunion. Les enjeux sont considérables, souligne celui qui pour l'instant, aussi bien en sa qualité de maire du Port que de membre du parti "Pour La Réunion" (PLR), n'appelle à voter pour aucun candidat. Il attend d'abord de les rencontrer afin de constater lequel sera le plus à même de prendre à coeur les enjeux réunionnais. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le maire du Port Olivier Hoarau a tenu une conférence ce mardi 30 avril 2019 pour alerter les candidats aux Européennes : occupez-vous de La Réunion. Les enjeux sont considérables, souligne celui qui pour l'instant, aussi bien en sa qualité de maire du Port que de membre du parti "Pour La Réunion" (PLR), n'appelle à voter pour aucun candidat. Il attend d'abord de les rencontrer afin de constater lequel sera le plus à même de prendre à coeur les enjeux réunionnais. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Olivier Hoarau n'a pas mâché ses mots ce mardi 29 avril : "Nous sommes navrés de constater le piètre niveau de cette campagne électorale." Selon le maire du Port, le défilé des candidats aux Européennes relève davantage de la "télé-réalité" et il dénonce le populisme de certains, en quête de voix, mais sans prendre au sérieux les problèmes des Réunionnais.

"L'échéance des élections européennes repose sur des enjeux considérables pour le développement de La Réunion", explique celui qui redoute une forte abstention lors des élections les 25 et 26 mai prochain. Déçu de ne voir aucun candidat s'attarder vraiment sur les problèmes de l'île, il attend d'abord de les rencontrer avant de se prononcer sur un quelconque soutien. "Personne ne parle vraiment de la spécificité réunionnaise, aucun candidat n'a parlé des gilets jaunes sur l'île ou de service à la population."

Il a donc prévu de recevoir les candidats qui en feront la demande dans les prochains jours ou semaines, pour en discuter avec eux. Quant à ceux qui se sont déjà rendus sur l'île en personne, aucun n'est parvenu à le convaincre pour l'instant. "Je veux débattre avec les différents candidats, nous sommes prêts avec les élus du Port à organiser des rencontres à condition que l'on parle programme".

Plusieurs urgences selon lui : l'éducation, l'emploi, le climat et la politique publique. "Il faut que l'on soit capable de construire un vrai projet autour de la formation, de la préservation des ressources notamment l'eau. Je me sentirai enfin proche d'un candidat quand il partagera mon projet".

Le PLR "instrumentalisé"

Le maire du Port a tenu à revenir sur ce qu'il appelle "la course aux soutiens" : "j'ai été instrumentalisé", affirme-t-il, estimant alors que certains sont allés trop vite en besogne, affirmant avoir le soutien du PLR. "On a l'impression que c'est un parti qui fait gagner ou perdre l'un ou l'autre candidat, c'est flatteur, mais on est pas dans une culture de l'égo, on est dans une culture de programme et d'enjeux pour La Réunion".

Il ajoute s'être senti particulièrement visé : "J'ai lu dans la presse que certains se targuaient d'avoir le soutien du PLR. Il y a eu un malentendu. J'ai l'impression que dans cette élection c'est Olivier Hoarau qui fait gagner, c'est intéressant mais Olivier Hoarau, encore moins le PLR, ne se prononcera pas pour l'un ou l'autre candidat tant que le projet proposé sur La Réunion ne sera pas pris en compte."

Il a préféré ne pas commenter les rencontres entre Huguette Bello et Elie Hoarau, laissant peut-être envisager un rapprochement entre PLR et PCR, mais il précise que "le PCR reste un parti frère". Concernant plus particulièrement la présidente du PLR, il rassure les militants : "Nous sommes en phase avec madame Bello, j'ai toujours été en accord avec elle".

Il appelle enfin à un "rassemblement de la gauche", qui sera selon lui parfaitement illustré lors du défilé du 1er mai, porté par les syndicats afin de manifester pour les droits des travailleurs. "Le Port est un haut lieu des luttes syndicales et il n'y a pas de meilleur exemple de rassemblement de la gauche que la journée du 1er mai."

mm/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Jo, Posté
Je suis daccord avec toi Huguette. La Cgtr doit evoluer. Ce n'est pas un comite familial. Nous sommes en 2019.
Huguette Chabriat , Posté
Est ce toujours les mêmes qui decident en haut lieu de prendre en considération les droits de chacun ? Qui a dans la CGT décidé de me laisser tomber comme une moins que rien en 2007 ? Discriminations, violences etc... un ramassi de quoi ? : déguisons nous et faisons le Carnaval c' est mieux pour tout le monde !
Bla, bla, bla.... rien n' avance sur cette île !
J' attends ma réponse. Merci