[VIDÉOS/PHOTOS] Elles sont installées dans deux écoles :

Le Port : les bornes anti-moustiques passent en mode opérationnel


Publié / Actualisé
Ces bornes simulent la respiration humaine, rejettent du dioxyde de carbone et de l'acide, les moustiques femelles ( ce sont elles qui piquent ) sont attirées, pensant s'approcher d'un appétissant mammifère mais c'est un piège, dès qu'elles sont à proximité, la machine les aspirent. Un système ingénieux qui a fait ses preuves, dans la commune du Port. Le dispositif était en phase expérimentale depuis la fin d'année dernière, séduit le maire a choisi de compléter le dispositif de lutte anti-vectorielle en installant ces bornes dans les écoles Eugène Dayot et Laurent Vergès. (rb/www.ipreunion.com)
Ces bornes simulent la respiration humaine, rejettent du dioxyde de carbone et de l'acide, les moustiques femelles ( ce sont elles qui piquent ) sont attirées, pensant s'approcher d'un appétissant mammifère mais c'est un piège, dès qu'elles sont à proximité, la machine les aspirent. Un système ingénieux qui a fait ses preuves, dans la commune du Port. Le dispositif était en phase expérimentale depuis la fin d'année dernière, séduit le maire a choisi de compléter le dispositif de lutte anti-vectorielle en installant ces bornes dans les écoles Eugène Dayot et Laurent Vergès. (rb/www.ipreunion.com)

L’installation de ces bornes anti-moustiques est aussi l’occasion de revenir sur les bons gestes à adopter pour lutter contre la propagation des moustiques. Les marmailles sont curieux, ils interrogent l’inventeur de la machine pour savoir d’où lui est venue l’idée, regardez :

Chaque borne coûte plus de 1000 euros. La commune, l’agence de l'environnement et de la maîtrise de l’énergie et l’agence régionale de santé ont mis la main à la poche. Un coût important que le maire du Port assume "on ne peut pas évaluer la santé des enfants, ça n’a pas de prix" indique-t’il.

Ces bornes ont démontré leur efficacité mais tout le système de lutte contre anti-vectorielle communal ne repose pas uniquement sur ce dispositif " les services de la ville mènent une guerre sans relâche contre les moustiques qui porte ses fruits. Ces trois derniers mois, nous avons enregistré une baisse extraordinaire des cas de dengue sur le territoire du Port, ces bornes vont venir compléter ce dispositif de lutte anti-vectorielle ".

1116 cas de dengue ont été recensés sur l’île la semaine dernière, les autorités peinent à contenir l’expansion de la maladie, toutes les communes sont maintenant touchées. Les communes sont donc maillons clés de la lutte anti-vectorielle, le maire du Port en a fait l’une de ses priorités, l’installation de ces bornes anti-moustique sont un bon signal. 

fh/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !