Restitution de Kid Kréol & Boogie au collège des Deux-Canons :

Résidence d'artistes : un dispositif de soutien à la création artistique et de valorisation du patrimoine


Publié / Actualisé
Les résidences d'artistes "création et patrimoine" ont pour objectif de permettre une connexion, un dialogue entre la valorisation du patrimoine et le soutien à la création artistique. La réussite des résidences lancées en 2018, a conduit le Département à renouveler ce dispositif en 2019.
Les résidences d'artistes "création et patrimoine" ont pour objectif de permettre une connexion, un dialogue entre la valorisation du patrimoine et le soutien à la création artistique. La réussite des résidences lancées en 2018, a conduit le Département à renouveler ce dispositif en 2019.

Ce jeudi 10 octobre, c’est au collège des Deux-Canons que le Département a donné rendez-vous aux médias, partenaires, parents  pour découvrir la restitution de la résidence des artistes Kid Kréol & Boogie (Jean-Sébastien CLAIN et Yannis NANGUET) menée à l’Iconothèque Historique de l’Océan Indien (IHOI) pendant 6 mois, avec la collaboration des collégiens.
 
Une dimension indiaocéanique à leur résidence : reconnexion de l'île à l’océan Indien

Kid Kréol & Boogie ont été sélectionnés pour leur approche originale des images à caractère historique dont ils s'inspirent pour leur art urbain ou street art. Ils ont su donner à cette résidence une dimension indiaocéanique en l'envisageant itinérante. Aujourd’hui, il est possible d’apercevoir des traces iconographiques de leur création aux Comores, à Madagascar, à Maurice. Leur reconnaissance dépasse même les frontières de l’île et est maintenant mondiale. Ils viennent d'être invités à l'Université de Stanford à San Francisco et ont participé à un projet artistique au sein d'une des plus vieilles universités des Etats-Unis à Williamsburg, en Virginie.

"L’originalité de cette résidence est d’être un projet international qui valorise tout ce qu’il y a de plus fort dans le patrimoine des îles de l’océan Indien, c’est aussi une reconnexion de l’île à l’océan Indien. Les artistes se sont appuyés sur l’IHOI et ont travaillé sur des éléments de l’histoire, le contact avec les populations, etc. Le film qui a été projeté renforce encore plus la qualité des œuvres des artistes, il nous donne le contexte, avec les populations et leur patrimoine. Le Département ne peut que se réjouir et se féliciter du choix qu’il a fait il y a quelques mois en les accueillant au sein de ce dispositif des résidences et suivra avec beaucoup d’attention ce parcours très prometteur" a souligné la Vice-présidente du Département déléguée à la Culture.
 
La médiation au collège des deux canons

En matière de médiation, les deux artistes ont une solide expérience auprès des publics jeunes qui figurent parmi les publics prioritaires de la politique culturelle du Département. Le Collège des Deux-Canons avait déjà accueilli le tandem Kid Kréol & Boogie pour la réalisation de deux fresques murales avec les élèves en 2014. En 2019, pour clore leur Résidence "Patrimoine et Création" à l’IHOI, ils renouvellent l’opération dans cet établissement en occupant le dernier espace semi ouvert, donnant une perspective historique à leur création au sein du collège depuis 5 ans. D’un commun effort, les élèves, sous la houlette de leur enseignante en Arts plastiques, et les artistes ont réalisé un écheveau graphique original. 

"Le principe des résidences d’artistes, c’est de travailler avec les publics du Département avec l'obligation d'exercer sur les sites patrimoniaux ou les bâtiments appartenant à la Collectivité. C’est ce qui a été réalisé ici avec les collégiens dans ce collège. Faire du lien, créer des passerelles avec le public, permettre à ces jeunes de pouvoir créer, apporter un savoir dans leur création, c’est essentiel. Car lorsqu’un jeune découvre cette capacité de créer, il est sur les traces d’artistes en devenir" précise la Vice-présidente.
 
Résumé de leur projet

Dans cette idée de mise en réseau des patrimoines iconographiques de l'océan Indien, l’Iconothèque apparaît être l’outil idéal pour leur démarche artistique. Les artistes-plasticiens ont à leur disposition une kyrielle d'images. Ce "matériau numérique" constitue un véritable espace d’études et de recherches et d'inspiration pour leur création. Leur travail a pour but de reconnecter l’île à son océan, aux cultures et peuples qui ont constitué sa population, en passant par le biais de l’imaginaire et de la poésie graphique.

Il était donc logique pour eux de travailler avec une institution comme l’Iconothèque historique de l'océan Indien. En tant qu’artistes, leur souhait est de recréer les liens visuellement, trouver les correspondances et les différences, et ensuite produire en fonction de nos sensations et observations. Il ne s'agit pas de retravailler les images existantes, mais les comprendre et les analyser pour imaginer celles qui sont manquantes, utiliser l’imaginaire pour nous reconnecter à notre mémoire, notre terre, notre mer, notre océan, nos îles.
 
Une nouvelle saison pour les résidences d’artistes a été lancée.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !