Lutte contre les espèces invasives :

Les tulipiers envahissants éliminés du centre-ville du Tampon


Publié / Actualisé
La Commune, engagée pour le préservation de la biodiversité locale, souhaite éliminer progressivement les Tulipiers du Gabon qui représentent une menace pour les reliques de forêts encore présentes sur son territoire. Ce mercredi 24 juillet 2019, quatre arbres ont donc été retirés dans la nuit.
La Commune, engagée pour le préservation de la biodiversité locale, souhaite éliminer progressivement les Tulipiers du Gabon qui représentent une menace pour les reliques de forêts encore présentes sur son territoire. Ce mercredi 24 juillet 2019, quatre arbres ont donc été retirés dans la nuit.

En effet, outre les nuisances que le Tulipier du Gabon génère au niveau des infrastructures urbaines (réseaux, trottoirs), le tulipier du Gabon (Spathodea campanulata) est classé depuis quelques années parmi les 100 espèces les plus envahissantes au monde par l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), qui sont l'une des causes de la perte de biodiversité mondiale.

Christophe Lavergne, responsable du service " Conservation de la Flore et des Habitats " au Conservatoire Botanique National-CPIE Mascarin, explique que "  le tulipier du Gabon a déjà envahi de nombreux pays. A La Réunion, il a été introduit dans les années 1950 comme arbre d’ornement.

Ses nombreuses graines ailées sont dispersées par le vent et se propagent sur de longues distances à plusieurs centaines de mètres du pied mère. Des populations spontanées ont déjà été détectées à plusieurs endroits de l'île : l'espèce représente une menace très sérieuse pour nos espèces indigènes et endémiques de La Réunion".

L'arrêté ministériel du 1er avril 2019 relatif à la prévention de l'introduction et de la propagation des espèces végétales exotiques envahissantes à La Réunion dresse une liste de 150 espèces végétales qui sont interdites à La Réunion afin de préserver les milieux naturels. Le Tulipier du Gabon fait partie de cette liste.

Il est interdit  non seulement d'introduire ces espèces même en transit, quel que soit son stade de développement mais aussi d’en détenir, transporter, de colporter, d'utiliser, d'échanger, de mettre en vente, de vendre et d'en acheter. Mais pour enrayer le problème à long terme, il faut éliminer les individus qui sont déjà plantés. C'est pourquoi, la Commune, en plus d'appliquer cet arrêté, souhaite couper progressivement les tulipiers du Gabon qui sont sur le domaine communal.

En juin 2018, elle avait déjà procédé à la coupe de 9 Tulipiers du Gabon en centre-ville suite à la chute d'un arbre après un épisode cyclonique et à la détection de termites et de champignons au sein de plusieurs arbres plantés le long de la route Hubert Delisle. Les quatre sujets épargnés lors de cette première opération ont été coupés dans la soirée du 24 juillet afin de ne pas perturber les activités du centre-ville. Dans le cadre de la rénovation du centre-ville, des arbres adaptés en milieu urbain et ne présentant pas un danger pour notre patrimoine naturel
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !